Apprivoiser les montagnes avec de jeunes enfants

Les deux filles de notre chroniqueur peuvent enfin... (Collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte)

Agrandir

Les deux filles de notre chroniqueur peuvent enfin partir à la découverte de la montagne, à la fin d'un processus amorcé à petites doses dès qu'elles ont eu trois ans.

Collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) La «grosse montagne» et ses «chaises volantes». Elles en rêvaient depuis la première fois où elles avaient débarqué, skis aux pieds, à la station Stoneham, au nord de Québec. Mais avant de pouvoir s'envoler vers les sommets, il fallait faire ce passage obligé par la pente-école. Un apprentissage parfois plus pénible que le souhaiteraient parents et enfants...

Au moment où le télésiège nous emportait pour la première fois récemment, une étape importante était franchie pour mes deux fillettes, âgées de quatre et six ans. La patience des petites sportives était enfin récompensée.

Leur sourire dévoilait un mélange de fierté et d'excitation au moment de quitter le sol. C'était surtout la preuve de leur autonomie sur les planches. La cérémonie de graduation qui annonce le début d'une nouvelle étape. Elles pouvaient enfin partir à la découverte de la montagne.

La fin d'un processus amorcé à petites doses dès qu'elles ont eu respectivement trois ans. Une expérience somme toute positive, tandis que mes filles ont rapidement adopté le ski avec bonheur, au grand soulagement de «papa le moniteur», qui avait décidé de transmettre lui-même sa passion. Mais une mission non sans risque... Car enseigner le ski à ses enfants n'est pas de tout repos.

***

De toutes les fêtes de Noël de mon enfance, une en particulier est restée clairement gravée dans mon esprit. Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, je n'ai aucun souvenir de ce que j'avais reçu cette année-là, au milieu des années 80. Mais ce qui était sous le sapin pour ma soeur, ça, je m'en rappelle.

Des skis Rossignol bourgognes et des bottes Salomon gris éléphant. Dans la famille de non-skieurs que nous étions, cet ensemble de ski espéré par ma grande soeur avait été le «hit» de ce Noël. Une affaire de sortie scolaire et d'amie qui skiait déjà avait convaincu ma frangine de s'équiper. Et il devait aussi y avoir une histoire de garçons derrière cela...

Qu'importe, sans vraiment le réaliser, une étrange fascination pour ce sport qui n'avait jamais été sur notre radar venait de commencer. Quelques semaines plus tard, tout le reste de la famille se mettait au ski alpin.

Bien des hivers plus tard, ma passion pour les sports de glisse n'a toujours pas diminuée. Un «héritage» que je me devais de partager à mes filles, elles qui avaient la chance de commencer dès leur plus jeune âge.

***

Skier avec de jeunes enfants est un sport sans aucune garantie. Avant même d'être sur les pistes, la journée peut se terminer. Fatigue, froid, inconfort, craintes... Plusieurs facteurs peuvent venir bousiller vos plus beaux plans. Il faut savoir vivre avec ça et s'armer de patience à grande dose. Sinon, mieux vaut s'en remettre à des moniteurs formés, qui en ont vu d'autres. Idem si vos talents de skieur laissent à désirer.

Car il y a eu ces sorties où après avoir fait la route et s'être tout le monde équipé, au bout de deux descentes dans la pente-école, s'en était assez. Reste alors la pause chocolat chaud pour tenter de sauver la journée, mais le miracle n'opère pas toujours.

Puis, il y a des moments où l'on se sent bien indigne comme parent, devant notre petite skieuse en crise de larmes, qui ne veut plus se relever en faisant le «bacon» dans la neige. Il s'agit de regarder autour pour constater que tous les parents passent par là. De quoi se consoler.

Il faut donc savoir quand s'arrêter et quand insister, tout en cherchant à s'assurer que le plaisir ne s'envole pas. Une ligne mince sur laquelle il faut savoir glisser avec psychologie, car ne l'oublions pas, le ski doit toujours demeurer un jeu.

L'objectif est de terminer avec le sourire chaque sortie, aussi courte ou longue soit-elle. Puis à force de persévérer, la progression des enfants impressionnera au fur et à mesure que le plaisir de la glisse s'installera.

Une fois capables de se relever seuls et de contrôler leur vitesse, ils seront lancés pour de bon.

Peut-être même pour la vie.

Conseils pour du ski réussi avec les petits

  • Avoir tout son temps et respecter le rythme des enfants. Garder en tête que le ski est un jeu et que notre attitude doit le leur faire sentir en tout temps.
  • Ne pas hésiter à avoir recours aux services d'un moniteur de ski, ne serait-ce que pour quelques séances sur la neige. Un investissement judicieux qui peut faire «débloquer» l'enfant.
  • Apporter amplement de vêtements chauds et privilégier l'habillement multicouche pour plus de confort et de chaleur dans l'action.
  • Utiliser un équipement adapté à la taille de l'enfant. L'achat et la vente dans l'usagé permettent de diminuer grandement les coûts. Mettre l'accent sur la qualité des bottes.
  • Minimiser les efforts de l'enfant en route vers les pentes. Un traîneau fait des miracles pour se rendre au pied des pistes sans tracas.
  • Garder les petits bien alimentés tout au long de la sortie. Avoir sur soi, au chaud, des collations rapides et idéalement de l'eau.
  • Lire - et regarder - en famille le divertissant livre Ski Tips for Kids, du talentueux dessinateur Mike Clelland et de l'instructeur de ski niveau III Alex Everett. En vente notamment chez MEC (13,50 $) ou encore sur le Web (falcon.com).  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer