Le fatbike, la nouvelle tendance vélo

Un employé de Demers bicyclettes et skis de... (Photo Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Un employé de Demers bicyclettes et skis de fond, Martin Pipon, fait la démonstration du fatbike sur la neige. Ce vélo aux pneus roues peut être utilisé sur différents types de terrains, été comme hiver.

Photo Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Une nouvelle activité hivernale envahit les montagnes et les routes du Québec: le fatbike. Le vélo à pneus surdimensionnés a plus que jamais quitté les plages ensoleillées des côtes des États-Unis pour venir dompter les routes enneigées de l'Amérique du Nord.

Un fatbike peut avoir des pneus de 3,5 pouces... (Photo Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Un fatbike peut avoir des pneus de 3,5 pouces à 4,8 pouces, ce qui est un standard pour rouler dans la neige, indique Dominique Faure.

Photo Le Soleil, Erick Labbé

Depuis deux ans, encore plus cette année, la demande ne cesse de croître pour ce nouveau type de moyen de transport. Actuellement, «il y a 10 demandeurs pour un vélo», calcule Dominique Faure, copropriétaire de l'entreprise spécialisée en vélo Magma Developpement. «Et ce n'est que le début du boum. On devrait connaître une ascension du sport dans les quatre à cinq prochaines années.»

Le fatbike est un vélo qui offre de nouveaux horizons aux amateurs de freeride. Ses roues larges - offrant une plus grande stabilité - permettent à son utilisateur d'explorer différents types de terrain. 

«C'est comme un tout-terrain», affirme Dominique Faure. «Que ça soit des sentiers enneigés, une route ou une montagne; le fatbike peut être utilisé été comme hiver. Ça ne touche pas juste les amateurs de vélo, ça touche aussi notamment les gens qui font de la raquette et du ski hors piste. Ils peuvent rouler dans les mêmes sentiers et varier leurs activités.»

Depuis le début de décembre, Magma Developpement a écoulé auprès de marchands québécois tous ses modèles de fatbikes, de marque Spherik. «La demande est très présente. Nous avons vendu des centaines de vélos fatbike, et j'estime que nous aurions pu en vendre le double que ce que nous avions commandé au point de départ», souligne au Soleil M. Faure, qui offre ses produits notamment à La Vie Sportive, à Demers bicyclettes et skis de fond et à Sports Maguire.

Utilisé au départ pour mieux se déplacer sur le sable, le fatbike est aujourd'hui bien adapté pour les hivers québécois.

Chez Demers bicyclettes et skis de fond, c'est la deuxième année que le produit est offert aux amateurs de plein air. «Par le passé, les fabricants ont eu des difficultés à répondre à la demande. Cette année, nous avons trois marques différentes», soutient Pier-Luc Auger, conseiller depuis cinq ans chez Demers bicyclettes et skis de fond. «L'hiver dernier, quelques individus en parlaient; seulement des connaisseurs. Cette année, il n'y a pas une journée où je ne discute pas de fatbike avec un client.» 

Des origines en Alaska

Le premier modèle de fatbike remonte dans les années 80, en Alaska, lors de la course Idita-bike. Certains concurrents avaient alors eu l'idée de souder deux jantes côte à côte et de coudre deux pneus ensemble, de façon à augmenter leur stabilité dans les sentiers de motoneige. Ce n'est que 25 ans plus tard, en 2005, qu'un manufacturier (Surly) décide de produire en série un modèle de fatbike.

«Le fatbike existe vraiment depuis environ quatre ans», explique Dominique Faure. «Cela a débuté dans le nord des États-Unis. Depuis trois ans, le vélo est présent au Canada. De façon plus visible, c'est l'année dernière qu'il a percé le marché québécois.»

Le fatbike est inspiré du vélo beach-bike, qui est en vogue depuis plusieurs années sur les plages de la Californie. L'idée du beachbike était d'avoir un «pneu balloune» pour glisser sur le sable, facilitant ainsi les déplacements.

«Après est venue l'évolution du fatbike tel qu'on le connaît aujourd'hui», raconte M. Faure. «Un fatbike peut avoir des pneus de 3,5 pouces à 4,8 pouces, qui est un standard pour rouler dans la neige.»

Le prix pour un fatbike peut varier entre 1100 $ et 6000 $, selon la qualité du vélo. À l'heure actuelle, il est très difficile de trouver un fatbike pour enfant. «C'est quelque chose de rare, même très rare», conclut Pier-Luc Auger, de chez Demers bicyclettes et skis de fond. «C'est quelque chose qu'on devrait voir plus sur le marché au cours des prochaines années.»

Pour l'instant, il n'existe pas vraiment de sentiers réservés à la pratique du fatbike. Les vélos partagent les sentiers avec les amateurs de plein air qui pratiquent le ski de fond et la raquette. Pour plus d'information sur les pistes: goo.gl/PsoZVX

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer