Deux pompiers de Québec s'attaquent au passage du Nord-Ouest en kayak

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) C'est à croire que Sébastien Lapierre et Olivier Giasson, deux pompiers à la Ville de Québec, aiment fuir le feu et sa chaleur. En effet, le duo s'apprête à repartir dans l'Arctique, cette fois pour des «vacances» en kayak de mer. Une longue pause loin des incendies pour s'attaquer au légendaire passage du Nord-Ouest, à concrétiser ce qu'ils appellent leur «rêve de glace».

Ça fait trois ans que les deux sapeurs préparent leur périple, un impressionnant parcours d'environ 3500 km entre Tuktoyaktuk, dans les Territoires du Nord-Ouest, et Igloolik, au Nunavut. Lapierre et Giasson espèrent pouvoir rallier la distance en moins de 80 jours.

Le couvert de glace n'étant plus ce qu'il a déjà été, les deux résidants de Québec font le pari qu'ils pourront profiter d'une fenêtre assez longue pour faire l'audacieux trajet au complet en une seule saison, avant le retour de la banquise. S'ils y arrivent, ils deviendront les premiers à réaliser l'exploit en kayak. 

«On est dans les premières années où c'est théoriquement possible de le faire», a expliqué Lapierre. «C'est un gros risque qu'on prend...» Car en l'absence de données précises fournies par d'autres passés avant eux, rien n'est joué pour la paire.

Dans un mois pratiquement jour pour jour, les kayakistes amorceront donc leur course contre la montre. Normalement, Lapierre et Giasson devraient prendre le large le 18 juillet avec l'espoir d'arriver à destination autour du 30 septembre.

Attention aux ours polaires!

Un défi colossal durant lequel ils devront enchaîner jour après jour 45 km en moyenne, tout en se méfiant des courants et des marées, des glaces qui pourraient bloquer leur passage et des caprices de Dame Nature. Ah oui! Les ours polaires seront aussi à surveiller...

Un itinéraire découpé en six étapes d'une douzaine de jours chacune. C'est l'autonomie que les gars auront à bord de leur tandem, un Boréal Design Béluga de 21 pieds. Théoriquement, la sécurité du prochain village ne sera donc jamais à plus de cinq ou six jours de kayak. À la fin de chaque étape, de la bouffe lyophilisée et de l'équipement de rechange - acheminés par la poste -, les attendront dans les communautés où les deux aventuriers s'arrêteront pour compléter leur réapprovisionnement.

Conditions extrêmes

Le rendez-vous avait été donné au quai des Cageux, à quelques coups de pagaie des ponts de Québec. En ce beau et chaud matin de juin, les conditions n'auraient pu être plus différentes de celles qui attendront Sébastien et Olivier dans quelques semaines.

Tandis que le soleil qui tapait fort rendait les drysuits un peu inconfortables, les pagayeurs se réjouissaient à l'idée d'aller se rafraîchir dans le fleuve. «Là-bas, on ne fera pas exprès pour se baigner», a précisé dans un éclat de rire Lapierre, un natif du Saguenay.

Car ne laissant rien au hasard, les gars profitaient de cette autre journée sur l'eau pour notamment peaufiner leurs techniques en cas d'urgence, s'ils devaient chavirer et nager. Du coup, le Saint-Laurent jouait encore son rôle de précieux partenaire d'entraînement.

Un fidèle allié que Lapierre et Giasson ont côtoyé dans diverses conditions au fil des derniers mois en prévision de leur rêve de glace. Chaque fois, une occasion aussi de revoir et de tester l'équipement apporté pour s'assurer d'avoir l'essentiel. «Le matériel qu'on apporte, on l'apporte avec une approche optimale et minimaliste. À chaque sortie, on est en train de voir ce qu'on peut couper. Voir ce qui est du surplus», a résumé Giasson, qui vient de Québec.

La force de l'amitié

Au fil des manoeuvres et des conversations sur l'eau en leur compagnie, il est apparu évident que la complicité des deux amis est leur plus grande force pour relever ce défi extrême. Sans trop parler, les gars se comprennent et agissent avec efficacité. À bord de leur kayak tandem, même si leur expérience se situe plutôt en solo, ils ne font déjà plus qu'un.

Âgés respectivement de 34 et 28 ans, Lapierre et Giasson se connaissent depuis l'école des pompiers, il y a une dizaine d'années. Une amitié qui a été testée au travail, mais aussi en expédition par le passé. Notamment en 2010, quand le duo a parcouru à ski le Groenland, un périple au grand froid de 27 jours sur la glace de l'Arctique.

Durant leur voyage à travers le passage du Nord-Ouest, le duo prévoit tenir à jour la page Facebook Rêve de glace aussi souvent que possible. Patientes à Québec pendant que leurs «chums» seront dans le Grand Nord, Tania et Marie-Ève pourront quant à elles garder le fil de l'aventure grâce aux appels satellitaires que Sébastien et Olivier feront en alternance, aux trois jours.

Pour Sébastien, ces coups de téléphone auront une importance particulière. C'est que Tania est enceinte. Elle ne doit accoucher qu'en décembre, mais quand même. En parlant avec l'aventurier, on sent d'ailleurs le petit déchirement qui l'habite, bien qu'il reste concentré sur la mission.

Nièce du regretté Yves Laforest, premier Québécois au sommet de l'Everest, et elle-même adepte de sports de plein air, Tania est bien placée pour accepter l'irrésistible attrait de l'aventure. «Elle comprend», assure le futur papa. «Elle aussi sait comment on s'est bien préparé pour l'expédition.»

Info : www.revedeglace.ca

Une association toute naturelle

Question d'offrir la visibilité de leur expédition à une cause qui leur tient à coeur, Sébastien Lapierre et Olivier Giasson ont naturellement pensé à s'associer à la Fondation des pompiers du Québec pour les grands brûlés. Une façon de promouvoir le travail de l'organisme et d'inciter les gens à contribuer à son financement.

Les deux pompiers à la Ville de Québec aimeraient d'ailleurs amasser 17 500 $ d'ici à qu'ils atteignent Igloolik à l'automne. Soit l'équivalent d'un petit 5 $ par kilomètre pagayé. Un effort financier que le duo croit plutôt raisonnable en comparaison à l'énergie qu'ils devront déployer pour couvrir la colossale distance.

Il est possible d'appuyer la cause de la Fondation en passant par le site Web de l'expédition.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer