Un vent d'aventures avec Formation Nautique Québec

Amoureux de la voile et à la barre... (Photo collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte)

Agrandir

Amoureux de la voile et à la barre de l'école Formation Nautique Québec, Guylain Noël et Michelle Cantin partagent leur passion avec un enthousiasme débordant.

Photo collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte

Sur le même thème

(Québec) Le Merlot II voguait en direction du cap Diamant, où domine le Château Frontenac, quand le capitaine Guylain Noël m'a remis la barre. Aux commandes du voilier de 30 pieds pour le passage entre Québec et Lévis, j'ai soudainement ressenti toute la richesse de l'histoire du fleuve Saint-Laurent. Restait maintenant à être à la hauteur de tous ces illustres navigateurs qui ont sillonné ces eaux à travers les époques.

Heureusement, la tâche n'était pas trop complexe et j'étais en bonne compagnie. Une excellente chose, car mon expérience de matelot sur un voilier se résumait à un voyage de quelques jours à bord d'un petit 23 pieds sur le grand lac Témiscamingue, il y a de cela une éternité.

La chance de s'amuser en voile sur un plan d'eau «sérieux» comme le Saint-Laurent était donc très attirante. Une occasion incomparable de découvrir les deux rives sous un nouvel angle, en se laissant porter par vents et marées.

Une aventure qui constitue l'agréable quotidien du tandem formé par Guylain Noël et Michelle Cantin. Partenaires dans la vie comme en affaires, le duo est derrière Formation Nautique Québec, une école de voile homologuée. Difficile donc de trouver meilleur équipage pour cette soirée-découverte sur le fleuve. Reste qu'en quittant la marina du Parc nautique Lévy, je ne savais quand même pas trop dans quoi je m'embarquais. Après tout, je prenais le large avec deux inconnus que je venais tout juste de rencontrer!

Partage des rôles

Les voiles n'étaient pas encore déployées que les rôles étaient connus. Michelle a vite dévoilé pourquoi elle est la responsable des relations publiques de l'entreprise. Le sourire généreux et la parole facile, elle sait mettre les apprentis matelots à l'aise, et elle ne perd rien des conversations quand le navire tombe en gîte en fendant l'eau ou que la bôme oscille près de nos têtes durant les changements de bord.

Guylain pour sa part possède l'aplomb du capitaine d'expérience. D'ailleurs, celui qui fait de la voile depuis un quart de siècle - dont 20 ans sur le fleuve - possède une longue feuille de route comme instructeur et barreur. Du petit dériveur au performant voilier de 70 pieds, l'homme de mer sait toujours retrouver ses repères.

S'il n'a rien manqué des échanges une fois dans l'action, il avait néanmoins cette vigilance constante sur les opérations à bord. Un sixième sens apparent et fort rassurant une fois sur l'eau.

Quant au Merlot II, un impeccable Beneteau 30 du milieu des années 80 qui appartient au couple, il est l'un des cinq voiliers qui servent à la formation. Du printemps à l'automne, une dizaine d'instructeurs se partagent le travail à la barre des bateaux de la flottille basée sur la Rive-Sud.

Côté social

Entre deux changements de bord où je collabore, Michelle et Guylain ont partagé leur passion pour la voile. Une activité qui prend parfaitement son sens dans cette époque souvent individualiste où la technologie nous éloigne des réels échanges, a fait remarquer la navigatrice. C'est que pour faire avancer le navire, l'équipage n'a pas le choix de s'impliquer.

«Le côté social, la communication sont à développer», a précisé Michelle Cantin. D'où l'intérêt des familles qui viennent s'initier à la voile. L'air salin dans les narines, parents comme enfants se feront vite prendre au jeu dans cette expérience à des milles nautiques de la routine habituelle!

Un loisir qui devient même parfois un mode de vie. Profitant des défis offerts par le fleuve, Formation Nautique Québec a d'ailleurs permis à des centaines de plaisanciers de vivre leur rêve au fil des ans. Michelle Cantin donne en exemple cette famille qui est partie pour voguer vers le sud l'automne dernier, après un été d'apprentissage intensif en compagnie du couple.

Ou encore ceux qui ont pu partir à la conquête des flots à l'étranger, le temps de séjours de quelques semaines organisés de façon ponctuelle par l'entreprise. Bahamas, Corse... à bord de bateaux loués sur place, l'aventure est alors à portée de voiles!

Le prochain défi? Après un regard complice, le duo partage son projet un peu fou d'aller franchir le mythique cap Horn, au bout de l'Amérique du Sud. Peut-être même faire un détour par l'Antarctique, tant qu'à y être...

Le temps de structurer un tel projet et de trouver des amoureux de la voile décidés à les suivre, Michelle Cantin croit qu'ils devront patienter encore un peu avant de réaliser cette aventure d'une vie. «Pour 2013, c'est sans doute un peu vite. Mais peut-être pour 2014...»

En attendant, ils continueront à se préparer à la maison, au gré du majestueux Saint-Laurent.

Pour cette aventure, Le Soleil était l'invité de Formation Nautique Québec. Information : www.formationnautiquequebec.com

Partager

À lire aussi

  • Plein air

    La voile, un loisir de gens riches?

    La question était prévisible. Le retour vers la marina était à peine amorcé qu'elle était lancée. «Qu'est-ce que vous dites aux gens qui trouvent que... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer