Signé Marie Saint Pierre

Boutique phare, rue de la Montagne... (Maison Marie Saint Pierre)

Agrandir

Boutique phare, rue de la Montagne

Maison Marie Saint Pierre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josée Guimond

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) 2017 marque les 30 ans de la Maison Marie Saint Pierre, créée par la réputée designer du même nom, qui n'a aujourd'hui plus besoin de présentation. Pour l'occasion, la journaliste et chroniqueuse mode Madeleine Goubau a invité Marie Saint Pierre à revoir avec elle 30 ans de création et de travail acharné, dans un domaine où il faut jouer du coude pour faire sa place, la mode. Ainsi est né le livre Maison Marie Saint Pierre en 30 tableaux, le fascinant parcours d'une créatrice audacieuse et visionnaire, qui se lit comme un roman. Le Soleil s'est entretenu avec Marie Saint Pierre.

Marie Saint Pierre... (Daniel Desmarais) - image 2.0

Agrandir

Marie Saint Pierre

Daniel Desmarais

Le livre Maison Marie Saint Pierre en 30 tableaux,... - image 2.1

Agrandir

Le livre Maison Marie Saint Pierre en 30 tableaux, un fascinant parcours d'une créatrice audacieuse et visionnaire.

Q C'est la journaliste Madeleine Goubau qui vous a proposé de faire un livre pour retracer vos 30 ans de carrière. Avez-vous été surprise de la proposition? 

R Pas trop surprise, vu qu'on avait déjà fait un documentaire, l'an dernier [Marie Saint Pierre se révèle, de Janice Zolf], mais très flattée, évidemment. Mais le fait qu'une personne aussi jeune que Madeleine s'intéresse à ça, oui, ça m'a surprise, et c'est le fun. C'est très flatteur.

Q Aviez-vous déjà pensé à écrire vos mémoires?

R Oui, j'ai déjà pensé écrire Les pages noires de la mode, mais je l'ai pas fait! (Rires)

Q Ça en dit beaucoup, déjà, ce titre-là...

R Et j'en dis pas plus! (Rires)

Q Étiez-vous destinée à la carrière de designer de mode?

R J'ai toujours voulu faire de l'art, de la création. Comme designer de mode, je trouvais qu'il y avait une interaction intéressante avec l'humain, avec la femme plus précisément, je crois que c'est ce qui m'a attirée. Aussi, je trouvais que dans la mode, il y avait une «pression d'affaires» autre que celle d'être seulement une artiste complètement libre, et moi, j'avais probablement besoin de ça pour structurer ma vie, parce que j'avais une propension à seulement vouloir voyager et créer. J'étais très paresseuse! (Rires) Mais bon, les paresseux en général sont souvent ceux qui travaillent le plus à la fin, car ils doivent surmonter leur paresse, et dans mon cas, ç'a été ça.

Manteau de la collection A 2010... (Maison Marie Saint Pierre) - image 3.0

Agrandir

Manteau de la collection A 2010

Maison Marie Saint Pierre

Photo du défilé A/H 2009... (Maison Marie Saint Pierre) - image 3.1

Agrandir

Photo du défilé A/H 2009

Maison Marie Saint Pierre

Q Aviez-vous des modèles dans le métier?

R Je pense que ce qui a été un détonateur pour moi, c'est l'arrivée de la mode japonaise sur le marché, après les années 70. Des pièces plus stylées, qui mélangeaient les volumes, les imprimés. Les Japonais sont arrivés avec une esthétique plus graphique, plus pure. Mais quand j'ai commencé en mode, ce qui a été mon «modus» de travail, c'était comment faire des vêtements qui sont à la fois esthétiques, nouveaux, performants, et oui, artistiques. J'étais dans une recherche qui englobait toute la philosophie derrière le vêtement, et sa fonction. C'est vraiment ce qui m'a intéressée.

Q Pour lancer sa propre maison, il y a 30 ans au Québec, il vous a fallu beaucoup d'audace... et une certaine naïveté, peut-être?

R Oui, il fallait être un peu naïf... mais il faut rêver, hein, sinon on reste sur place. On se fait porter par nos rêves, ce sont eux qui nous propulsent dans les difficultés, oui, mais dans l'avenir. Car si on reste toujours dans ce qu'on connaît, on ne prend pas de risques, et moi, j'avais besoin de prendre des risques. J'ai toujours trouvé que le parcours était aussi intéressant que le résultat. Et moi, souvent, quand j'ai le résultat, je change de route, j'ai un peu un côté anticonformiste de dire «bon, je sais comment ça se passe, allons voir ailleurs».

La mode est quand même un milieu difficile dans lequel évoluer et durer, non?

R Oui, chaque jour est une remise en question de nos acquis, et on a besoin d'être très actif. En ce moment, c'est l'apocalypse du commerce de détail, alors on se demande toujours comment on fait pour s'en sortir, comment on peut s'améliorer, ce qu'on peut faire de plus. C'est un travail acharné, mais qui vient aussi avec tout le glamour d'avoir une maison de luxe, et de vivre le rêve de bien des petites filles. Je suis une éternelle positive, et je crois qu'on évolue toujours pour le mieux, même s'il y a des passages plus difficiles. J'espère, en tout cas. Reste que c'est toujours de plus en plus difficile... mais j'aime les défis.

Q Vous privilégiez une production 100 % locale et éthique, mais plusieurs de vos concurrents n'hésitent pas à faire fabriquer leur marchandise à rabais, ailleurs dans le monde. C'est un défi supplémentaire pour vous, finalement.

R C'est sûr, ça veut dire toujours une réflexion complète sur tous les processus et les façons de procéder, mais en même temps, c'est pas tout le monde qui a envie de consommer du «fast fashion» fait au Bangladesh. Plusieurs personnes ont envie de choses plus belles, de plus grande qualité, des choses qui durent. Certains consommateurs achètent aussi de façon différente, en se préoccupant davantage de l'économie locale.

Toile réalisée par Marie Saint Pierre... (Dominique Malaterre) - image 4.0

Agrandir

Toile réalisée par Marie Saint Pierre

Dominique Malaterre

Quand vous regardez ces 30 années passées, de quoi êtes-vous le plus fière?

R D'avoir monté une maison qui est unique en son genre dans un petit marché comme le Québec, et qui rayonne aussi à travers le Canada. Parce qu'il faut se le dire, on reste des francophones dans un univers canadien-anglais. On est dans une solitude au Québec, et je suis fière d'avoir réussi à abattre cette espèce de frontière-là avec le reste du Canada.

Quels sont les projets pour la maison Marie Saint Pierre?

R On a beaucoup dévelop­pé l'ADN de la marque, et aujourd'hui, on est rendu à communiquer plus efficacement son identité, pour que les gens la comprennent mieux. On est en train de travailler là-dessus, et sur des stratégies de distribution des vêtements, et sur la place de la marque dans le marché. 

MADELEINE GOUBAU, Maison Marie Saint Pierre en 30 tableaux, Éditions Québec Amérique, 312 p, 26,95 $

www.mariesaintpierre.com

Quelques dates

1987: naissance officielle de la marque Marie Saint Pierre (du nom de sa mère, St-Pierre), créée l'année précédente sous le nom de Marie Victoire

1991: inauguration d'une première boutique sur la rue Saint-Denis, à Montréal

1995: premier défilé d'une designer canadienne aux Collections Créateurs de Paris

1996: présentation d'un tout premier défilé d'une designer québécoise aux Bryant Park Shows de New York

1997: ouverture d'une boutique-atelier sur la rue de la Montagne, à Montréal

2007: chevalier de l'Ordre national du Québec

2010: lancement des eaux de parfum B et C

2011: première collaboration avec Reitmans pour la création d'une collection capsule accessible

2012: membre de l'Ordre du Canada et médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II

2014: création d'une gamme complète de meubles en collaboration avec Meubles RENO

2015: ouverture d'une première boutique en sol américain, à Miami

2016: lancement d'une première collection pour homme et sortie du documentaire Marie Saint Pierre se révèle, de Janice Zolf

2017: première designer de mode admise à l'Académie royale des arts du Canada

Source: Maison Marie Saint Pierre en 30 tableaux




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer