La reine Élisabeth II dévoile sa garde-robe

  • Cette robe confectionnée à l'occasion de la visite du roi Olav de Norvège en Écosse en 1962 est de l'exposition. (Fournie par le Royal Collection Trust.)

    Plein écran

    Cette robe confectionnée à l'occasion de la visite du roi Olav de Norvège en Écosse en 1962 est de l'exposition.

    Fournie par le Royal Collection Trust.

  • 1 / 7
  • Un manteau et un chapeau portés lors d'un <i>garden party</i> en 2009 (Fournie par le Royal Collection Trust.)

    Plein écran

    Un manteau et un chapeau portés lors d'un garden party en 2009

    Fournie par le Royal Collection Trust.

  • 2 / 7
  • La garde-robe d'Élisabeth II inclut bien entendu de nombreux chapeaux, dont celui-ci qui date de 1937. (Fournie par le Royal Collection Trust.)

    Plein écran

    La garde-robe d'Élisabeth II inclut bien entendu de nombreux chapeaux, dont celui-ci qui date de 1937.

    Fournie par le Royal Collection Trust.

  • 3 / 7
  • Robe de soirée portée pour une réception des dirigeants du Commonwealth en 1997 (Fournie par le Royal Collection Trust.)

    Plein écran

    Robe de soirée portée pour une réception des dirigeants du Commonwealth en 1997

    Fournie par le Royal Collection Trust.

  • 4 / 7
  • Vêtements roses portés par les princesses Élisabeth and Margaret en 1937 (Fournie par le Royal Collection Trust.)

    Plein écran

    Vêtements roses portés par les princesses Élisabeth and Margaret en 1937

    Fournie par le Royal Collection Trust.

  • 5 / 7
  • Robe portée par la reine lors d'une visite en Thaïlande en 1972 (Fournie par le Royal Collection Trust.)

    Plein écran

    Robe portée par la reine lors d'une visite en Thaïlande en 1972

    Fournie par le Royal Collection Trust.

  • 6 / 7
  • Robe turquoise assortie d'un boléro de même couleur portée pour le mariage de la princesse Margaret avec Antony Armstrong-Jones le 6 May 1960 (Fournie par le Royal Collection Trust.)

    Plein écran

    Robe turquoise assortie d'un boléro de même couleur portée pour le mariage de la princesse Margaret avec Antony Armstrong-Jones le 6 May 1960

    Fournie par le Royal Collection Trust.

  • 7 / 7

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Londres) La plus importante exposition de vêtements appartenant à Élisabeth II est présentée quelques semaines encore à Buckingham Palace. Attention, feux d'artifice.

«C'est assez courageux, comme morceau. Je ne verrais pas beaucoup de femmes de 90 ans porter des choses comme ça.»

Vivian, 60 ans, admire la robe rose à perles qui est exposée dans la vitrine. Le vêtement, porté par la reine Élisabeth pour l'ouverture des Jeux olympiques de Londres en 2012, n'est effectivement pas très discret.

C'est pourtant l'un des moins excentriques du lot. Autour de nous, des robes en tous genres se succèdent, toutes plus «remarquables» les unes que les autres.

Certaines ont des motifs imprimés assez fulgurants, d'autres sont totalement monochromes, mauve «deep purple», jaune canari, bleu azur, vert lime fluo, en velours, en soie, parfois brodées, avec de l'angora, des perles, des plumes ou des fleurs... Et l'on ne parle même pas des chapeaux, une attraction en soi, dignes d'un festival pâtissier organisé par un fabricant de feux d'artifice.

Ce n'est pas la première fois que Buckingham Palace s'ouvre au grand public. Chaque été, depuis 1993, les lieux se transforment en musée quand la reine est partie en vacances. Mais c'est la première fois que Sa Majesté dévoile aussi vastement sa somptueuse garde-robe, qui ne cesse de nous épater par son mélange d'audace et de classicisme.

Pour les amateurs de mode, de glamour et de monarchie, l'événement Fashioning a Reign: 90 Years of Style from the Queen's Wardrobe est l'incontournable de cette fin d'été en Angleterre. L'exposition temporaire se terminera début octobre, lorsque Son Altesse récupérera sa maison. Mais pour le moment, des gens du monde entier se pressent pour contempler les habits de la plus célèbre femme de la planète.

On craignait un peu de bâiller d'ennui, mais l'abondance a fini par avoir raison de notre scepticisme. Une centaine de robes de soirée, de visites protocolaires et d'uniformes militaires, portés un jour ou l'autre par Élisabeth, se succèdent sur des mannequins aux tailles de moins en moins fines, au fur et à mesure qu'on avance dans le temps.

Que du british!

On y apprend, entre autres, qu'Élisabeth a été la première monarque anglaise à ne porter que des griffes britanniques. On y découvre les créations du couturier Norman Hartnell, qui a été son dévoué serviteur jusqu'au début des années 80. Et celles de la chapelière Simone Mirman, une grande originale, à en juger par les couvre-chefs ahurissants qu'elle a créés pour Sa Majesté.

«Il faut que ses vêtements soient voyants, ajoute Vivian, Londonienne pur jus, qui est venue visiter l'expo avec sa fille. C'est fait exprès, c'est pour qu'elle ressorte dans la foule. On peut trouver ça laid. Mais personnellement, plus elle vieillit, moins j'ai envie de la juger!»

Impossible de savoir quelle fraction de sa collection personnelle est ici présentée. Mais après avoir quitté la dernière des quatre salles consacrées à sa garde-robe, le reste de la visite nous semble un peu superflu. Les pièces du palais se succèdent, immenses, comme autant de décors de films de princesses, à grands coups de tentures, dorures, draperies, tapis, tapisseries, plafonds décorés, mobilier centenaire, tableaux imposants et pièces d'orfèvrerie.

Ne songez surtout pas à ramener un «souvenir»: on a posté des gardiens tous les 10 pieds, lesquels ne se sont d'ailleurs pas privés pour nous interdire fort poliment, cela va de soi d'interroger d'autres visiteurs.

Qu'à cela ne tienne. Après avoir machinalement conclu notre visite par la salle du trône, fleuron de ce parcours résolument ostentatoire, on sort côté jardin, où se trouve une immense étendue de gazon aux allures de vert de golf.

Passé l'inévitable boutique de souvenirs, au-delà des étangs et des boisés bucoliques, un petit chemin nous mène vers la porte arrière du domaine de Buckingham, lequel est ceinturé de hauts murs, surplombés de barbelés et de pics médiévaux. À l'extérieur, les bruits de la circulation nous rappellent soudainement qu'on est toujours au centre-ville de Londres.

Comme quoi il y a moyen de vivre à l'extérieur du monde, tout en étant à l'intérieur de celui-ci.

Fashioning a Reign: 90 Years of Style from the Queen's Wardrobe, jusqu'au 2 octobre à Buckingham Palace

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer