Johanne Blouin: chanteuse, tricoteuse et designer

  • Johanne Blouin vient de lancer sa propre griffe de tricots haut de gamme. (Nicolas de Lorimier)

    Plein écran

    Johanne Blouin vient de lancer sa propre griffe de tricots haut de gamme.

    Nicolas de Lorimier

  • 1 / 7
  • Tricot haut de gamme JB Johanne Blouin (Nicolas de Lorimier)

    Plein écran

    Tricot haut de gamme JB Johanne Blouin

    Nicolas de Lorimier

  • 2 / 7
  • Tricot haut de gamme JB Johanne Blouin (Jean-Charles  Labarre, www.spinprod.com)

    Plein écran

    Tricot haut de gamme JB Johanne Blouin

    Jean-Charles Labarre, www.spinprod.com

  • 3 / 7
  • Chandail Baby, fait de laine alpaga royal avec insertions de fourrure de coyote et de renard (1700 $) (Jean-Charles  Labarre, www.spinprod.com)

    Plein écran

    Chandail Baby, fait de laine alpaga royal avec insertions de fourrure de coyote et de renard (1700 $)

    Jean-Charles Labarre, www.spinprod.com

  • 4 / 7
  • Tricot haut de gamme JB Johanne Blouin<strong></strong> (Jean-Charles  Labarre, www.spinprod.com)

    Plein écran

    Tricot haut de gamme JB Johanne Blouin

    Jean-Charles Labarre, www.spinprod.com

  • 5 / 7
  • Poncho en laine à motifs style plumes, (1700 $), et gros col (prix sur demande seulement) (Jean-Charles  Labarre, www.spinprod.com)

    Plein écran

    Poncho en laine à motifs style plumes, (1700 $), et gros col (prix sur demande seulement)

    Jean-Charles Labarre, www.spinprod.com

  • 6 / 7
  • Johanne Blouin porte le long châle torsadé bordé de vison noir (2400 $) et un col amovible (vendu séparément, prix variable) (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Johanne Blouin porte le long châle torsadé bordé de vison noir (2400 $) et un col amovible (vendu séparément, prix variable)

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 7 / 7

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josée Guimond

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) On connaît Johanne Blouin comme chanteuse, mais aussi comme animatrice, productrice, et coach de chant. Rencontrez maintenant la designer et surtout, la tricoteuse passionnée, qui vient de lancer sa propre griffe de tricots haut de gamme, JB Johanne Blouin.

«Je suis une tricoteuse depuis toujours», affirme en souriant Johanne Blouin au Soleil. Mais entre avoir un passe-temps, aussi passionnant soit-il, et une ligne raffinée de tricots, il y a un pas que la chanteuse a franchi en prenant son temps... et en s'entourant adéquatement.

Johanne Bouin a mijoté son idée de collection originale pendant trois ans, dessinant plusieurs modèles et tricotant elle-même ses créations. Quand est venu le temps de concrétiser son projet, elle a appelé son ami Jean Airoldi, histoire de savoir comment faire pour passer du rêve à la réalité.

«Il m'a conseillé de privilégier le côté très exclusif de mes créations», raconte Mme Blouin. Ça tombe bien, parce que la chanteuse-tricoteuse a imaginé une première collection «couture» très raffinée, qu'elle vend pièce par pièce, et qui (elle en est bien consciente) est assez chère. «Mais ça vaut vraiment le prix payé», assure la nouvelle designer, dont les accessoires (foulards, cols) se détaillent à partir de 280 $, et les vêtements à partir de 1200 $.

Il faut savoir que chaque article unique (et numéroté) est fait entièrement à la main et sur mesure. Chaque morceau est réalisé dans un délai de deux à trois mois, selon les demandes de la cliente : choix de la laine, couleur, avec ou sans insertion de fourrure recyclée (on y revient), etc.

Pour la confection, la chanteuse a fait appel à une spécialiste : Svetlana Kudrevich, réputée pour être une des 50 meilleures tricoteuses au monde (!), et propriétaire de la boutique Mouliné (à Montréal), où Mme Blouin s'approvisionne depuis longtemps en laine de grande qualité.

Mme Kudrevich «supervise» donc cinq habiles tricoteuses (avec chacune ses forces et ses spécialités), qui donneront vie aux créations imaginées par Johanne Blouin. La laine utilisée (alpaga, mérinos, etc.) vient autant d'Espagne que de... Coaticook, et «ce n'est pas de la laine qui pique!» lance en riant Mme Blouin, répondant du même coup à la question numéro un qui lui est posée concernant ses vêtements.

La touche de Mariouche

On vous le mentionnait plus haut, des insertions de fourrure recyclée peuvent à l'occasion accompagner la laine (qui ne pique pas!) des tricots de la collection JB Johanne Blouin. Ce volet très spécialisé de la confection a été confié à Mariouche Gagné de la griffe Harricana, dont la réputation dans le domaine n'est plus à faire.

Pour Mme Blouin, il était clair dès le départ que toute fourrure utilisée dans sa collection serait de la réutilisation, et à son grand bonheur, Mariouche Gagné a été emballée quand la chanteuse lui a proposé de marier ses créations en laine à la fourrure recyclée. Ladite fourrure proviendra donc des ateliers de Mme Gagné, ou pourra être fournie par la cliente et retravaillée par les ateliers d'Harricana.

Depuis le lancement de sa griffe à la fin d'août, Johanne Blouin fait le plein de commentaires et de suggestions venant de ses clientes, pour une prochaine collection. Elle sera d'ailleurs de passage dans la région, à la fin du mois, pour présenter ses créations, et les intéressées doivent réserver tôt car les places sont très limitées (voir encadré).

Enfin, sur le site de JB Johanne Blouin, on mentionne «tricots et autres découvertes». Mais que sont ces «autres découvertes», demande-t-on à l'artiste? «Ah, vous saurez ça en 2016», répond énigmatiquement Mme Blouin, avec un clin d'oeil. On apprendra tout de même qu'elle songe à une gamme un peu plus prêt-à-porter, avec des articles pour les hommes et les enfants, et qu'aussi des pourparlers ont actuellement lieu avec un designer européen de renom... mais on ne saura pas avec qui. On vous jure qu'on a essayé.

=> Vous voulez y aller?

  • Quoi : présentations privées des tricots JB Johanne Blouin
  • : Galerie Lounge (112, rue Saint-Paul, Québec) et La cache à Maxime (265, rue Drouin, Scott)
  • Quand : 30 novembre, 18h30 (Québec), et 1er décembre, 18h30 (Scott)
  • Entrée gratuite sur réservation seulement : Valérie Marquis au 418 997-9833

Flash mode

Porteuses de lumière

Mise sur pied en 2009 par Lise Watier, la fondation qui porte son nom (ayant pour mission de venir en aide aux jeunes filles et aux femmes dans le besoin) a lancé récemment sa première campagne de collecte de fonds grand public, Portez la lumière. Pour faire comme les marraines vedettes de la campagne (Mme Watier, Isabelle Hudon, Isabelle Racicot, Julie Du Page, et Geneviève Everell) et porter aussi la lumière, on peut facilement joindre l'utile au très agréable. Lise Watier Cosmétiques vous offre de contribuer en achetant deux produits pour les lèvres, le Gloss lumière d'espoir et le Rouge Plumpissimo rose tendresse, chacun vendu au coût de 23 $. De son côté, Bizou se joint à la campagne en proposant le joli pendentif Portez la lumière, pour 40 $ (un collier en acier inoxydable hypoallergénique qui ne ternira pas et ne changera pas de couleur, soit dit en passant). Tous les profits amassés grâce à la vente des trois produits seront remis à la Fondation Lise Watier.

***

Soldes avant Noël

Dès jeudi (sur invitation) et jusqu'à dimanche, la Grande Braderie de mode québécoise est de retour pour une autre édition, au Terminal de croisières (Espace Dalhousie), au Vieux-Port de Québec. Sur place, plus de 100 griffes québécoises de vêtements et d'accessoires offriront leurs échantillons et surplus d'inventaire avec des rabais de 50 à 80 %. Défilés de mode, concours et plusieurs surprises également au menu. L'entrée est gratuite, le magasinage est à vos frais.  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer