Clarisse Monereau: l'art subtil de la parfumerie

Française d'origine, Clarisse Monereau a fondé l'unique école... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Française d'origine, Clarisse Monereau a fondé l'unique école spécialisée en parfumerie au Canada.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josée Guimond

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) «Le maquillage, c'est l'apparence. Le parfum, c'est l'accessoire invisible», lance Clarisse Monereau, spécialiste des parfums et fondatrice de l'École en Parfumerie qui porte son nom. Un «accessoire invisible» que l'on utilise presque quotidiennement... mais que l'on connaît somme toute assez mal, constate-t-on, après avoir discuté avec l'experte. Clarisse Monereau en a d'ailleurs fait sa mission : devenir votre coach en parfum.

Rencontrer Clarisse Monereau, c'est aussi se faire raconter l'histoire d'une immigrante et de son intégration (réussie) au Québec. Née à Blois, en France, Mme Monereau amorce sa carrière chez Sephora France, comme conseillère aux parfums pour hommes, après avoir obtenu un master international en esthétique et parfumerie sélective à Lyon. 

Quand Sephora prend de l'expansion au Québec, on lui propose de poursuivre l'aventure pour eux chez nous, Clarisse en étant à l'étape de concrétiser la célèbre maxime «qui prend mari, prend pays». Elle débarque à Montréal en décembre 2007, «en pleine tempête de neige!» se rappelle-t-elle en riant. 

Elle devient alors manager (comme disent les Français...) chez Sephora, et se fait rapidement un nom grâce à l'expertise unique qu'elle possède en parfumerie, ce qui lui vaut d'être recrutée par Murale (filiale beauté de Pharmaprix). À la boutique de Place Ville-Marie où elle s'installe, elle organise des ateliers sur les parfums, la fin de semaine. Ce sont les balbutiements de l'École en Parfumerie, dont l'idée lui trotte dans la tête depuis longtemps.

«Je me suis dit que ce serait ma mission, faire connaître les parfums. Les gens aiment les parfums, mais ne sont pas «éduqués» sur le sujet», estime-t-elle. Elle suit un cours en démarrage d'entreprise... qui lui sera utile plus tôt que prévu, car en février 2010, elle est remerciée par Murale (le chiffre d'affaires de la boutique étant jugé insuffisant). 

Redécouvrir les odeurs

Dès le mois d'avril suivant, elle lance l'École en Parfumerie Clarisse Monereau, toujours la seule du genre au Canada. L'École offre de la formation et des conférences, tant pour les particuliers que pour les professionnels, pour enseigner l'histoire du parfum, expliquer les bases de la composition d'une fragrance, connaître les matières premières (naturelles et de synthèses), et même, permettre aux gens de créer leur propre parfum. Pour Clarisse Monereau, c'est «redonner à l'humain l'odorat, la vraie nature des odeurs, dans un monde où on aseptise tout».

Bien qu'on puisse dire qu'elle a du pif, Mme Monereau spécifie qu'elle n'est pas un «nez», c'est-à-dire qu'elle n'a pas la formation de chimiste pour manipuler et assembler les molécules pour créer un parfum. Mais son expertise du produit lui permettent d'être directrice olfactive pour la création de fragrances, comme elle l'a fait avec Jean Airoldi (les parfums Haute Couture et Sur Mesure), de même qu'avec Caroline Néron pour Pur Diamant (femme) et Néron (homme).

Parmi ses projets, Clarisse Monereau entend installer à Québec (où elle vient déjà offrir des formations) une antenne de son École en Parfumerie (en 2016 ou 2017), et travaille également à la mise sur pied d'un musée de la parfumerie, à Montréal. À suivre.

Information: École en Parfumerie Clarisse Monereau, ecoleenparfumerie.com

Quelques conseils

Où se parfumer

On vaporise aux points de pulsation: derrière les oreilles, aux poignets, et dans le creux des coudes, c'est tout. La pression du sang «chauffe» le parfum et lui permettra de diffuser ses effluves. L'été, les femmes peuvent aussi ajouter le derrière les genoux.

À ne JAMAIS faire

Vaporiser le parfum sur les poignets et les frotter ensemble: cela «casse» la pyramide olfactive de votre fragrance. C'est un mouvement que l'on fait par mimétisme, explique Mme Monereau : nos arrière-grands-mères utilisaient un parfum plus «huileux», qui demandait à ce qu'on le «chauffe» pour qu'il se diffuse, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui.

À toujours faire

Avant de se parfumer, bien hydrater sa peau: cela «soutient» le parfum et optimise sa durée de vie. Clarisse Monereau conseille d'utiliser la crème de la même fragrance que notre parfum. Mais on ne sentira pas trop? s'inquiète-t-on. En vaporisant notre parfum après avoir appliqué la crème parfumée, on mettra moins du premier, répond l'experte. Bon point.

Parfumer les cheveux?

Oui, mais ce n'est pas d'un grand intérêt, estime Mme Monereau. La texture du cheveu conservera l'odeur, mais on doit prendre soin de ne jamais parfumer les racines, ce qui les abîmerait. Et ça répond aussi à la question «doit-on vaporiser un nuage et passer dedans?»: non, car (on le comprend) ça pourrait coller à la racine des cheveux.

Parfumer les vêtements?

Oui et non. Cela intensifie le parfumage et crée un sillage double. Attention : trop de parfum tue le parfum, met en garde Mme Monereau. Parfumer les vêtements pourrait être utile pour les femmes enceintes ou en ménopause, et les personnes qui ont une peau intolérante au parfum. Mais prudence: on n'en met pas sur les tissus blancs, et jamais sur de la soie, du cuir et de la vraie fourrure.

Que faire lors de débalancements hormonaux?

La peau des femmes vivant des débalancements hormonaux (grossesse, ménopause) «réagit» et le parfum fera de même, rappelle Clarisse Monereau, citant notamment les déplaisantes «bouffées de chaleur» des femmes en préménopause, qui «désorienteront» votre parfum. Pour contourner ces problèmes, on pourra parfumer les vêtements (comme déjà mentionné), utiliser un lait parfumé pour le corps (sans ajouter de fragrance par-dessus), ou «créer» son parfum: à une crème hydratante neutre, on ajoute quelques gouttes d'huiles essentielles (jasmin, rose, lavande).

Pour en savoir plus

Clarisse Monereau offre ses conseils au moyen de capsules vidéo, diffusées sur sa chaîne YouTube (www.youtube.com) et sur son site (ecoleenparfumerie.com). Enfin, elle recommande deux adresses Web, histoire d'en apprendre davantage sur l'histoire du parfum et sur les fragrances connues: www.osmoz.fr et www.fragrantica.com (en anglais).

«Le maquillage, c'est l'apparence. Le parfum, c'est... (Infographie Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Le parfum expliqué

La pyramide olfactive (la structure du parfum)

La note de tête: la plus volatile, que l'on sent juste après la vaporisation. Une note vive et fraîche qui peut durer jusqu'à deux heures.

La note de coeur: plus lente et plus voluptueuse, elle se développe pendant plusieurs heures (deux à quatre) et constitue le «coeur» du parfum, son odeur caractéristique.

La note de fond: elle peut durer jusqu'à 24 heures, voire plusieurs jours après la vaporisation. Sa fonction est de fixer le parfum.

Les familles olfactives

>> Femmes

Hespéridée (essences d'agrumes), exemple: Ô de Lancôme

Florale (80 % des parfums pour femmes), exemple: Eternity de Clavin Klein

Orientale (musc, vanille, épices), exemple: Opium de Yves Saint Laurent

Chyprée (accords boisés, patchouli), exemple : Paloma Picasso de Paloma Picasso

>> Hommes

Hespéridée, exemple: Chrome de Azzaro

Boisée (santal, patchouli, cèdre), exemple: La Nuit de l'Homme de Yves Saint Laurent

Orientale, exemple: A*Men de Thierry Mugler

Cuir, exemple: Bel Ami de Hermès

Fougère (notes de lavande, bergamote, mousse de chêne), exemple: Bleu de Chanel

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer