Laurence Bareil: consommatrice (très) avertie

Laurence Bareil à travers les fringues de Jupon... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Laurence Bareil à travers les fringues de Jupon Pressé, lors de son passage à Québec pour le Salon du livre.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Josée Guimond

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) «On ne vient pas au monde reine du shopping», affirme Laurence Bareil au début de son livre La bible du shopping intelligent. Même si dans son cas, ce «talent» semble inné, la jeune femme fait le pari, avec son guide pratique d'achats «intelligents», de vous outiller adéquatement pour devenir, vous aussi, une reine du shopping. Mesdames, rencontrez votre nouvelle meilleure amie!

LAURENCE BAREIL. La bible du shopping intelligent. Parfum... - image 1.0

Agrandir

LAURENCE BAREIL. La bible du shopping intelligent. Parfum d'encre. 288 pages, 29,95 $

L'animatrice de la populaire émission La reine du shopping, à Canal Vie, semble être tombée dans la marmite de l'achat lucide et sensé dès son plus jeune âge. Fille de couturière, Laurence Bareil a appris très jeune les secrets d'une bonne confection, que cher ne rime pas nécessairement avec qualité et que... l'inverse est aussi vrai. 

Jamais elle n'aurait pensé que la «technique» de magasinage avisé, qu'elle peaufine depuis l'adolescence (sa «philosophie du shopping intelligent», comme elle l'appelle), pourrait être un jour le sujet d'un livre. Mais «il existe des guides de l'auto... pourquoi pas un guide pour mieux magasiner?» lance en riant la femme de 31 ans. 

L'idée s'est véritablement matérialisée quand des téléspectatrices lui ont confié prendre des notes à la suite de son émission. Comme on le sait, la faillite imprévue de La courte échelle aurait pu empêcher La bible de voir le jour, mais l'ouvrage a finalement été entièrement sociofinancé, grâce à plus de 700 donateurs qui ont contribué pour 50 000 $.

Magasiner comme une reine

Laurence Bareil le précise, elle n'est pas styliste, elle est un «complément de la mode», et son guide (indémodable) s'adresse aux femmes (et aux hommes, oui) de tous âges, qu'elles habillent du 2 ou du 18 ans. «Quand on achète mieux, on dépense moins», précise-t-elle sur le quatrième de couverture de La bible du shopping intelligent. «Se vêtir est un besoin vital. Tant qu'à avoir à le faire, faisons-le bien», ajoute Laurence au Soleil, qui voudrait justement qu'avec ses conseils, on ne voit plus le magasinage comme un «plaisir coupable».

Son bouquin regorge donc de trucs et d'astuces pour guider les consommateurs vers des achats réfléchis (et assumés!), sans pour autant «faire la morale» (on vous le confirme). L'approche est simple, les explications sont claires, et (bien que tout ça soit fait avec sérieux) le ton est résolument joyeux. Vous y découvrirez le cycle de production d'un vêtement, les secrets d'une bonne confection, la nature des matières servant à sa fabrication, ainsi que les règles liées à l'entretien de celui-ci.

Pour vous aider à «magasiner comme une reine», Laurence Bareil établit les bases de la consommation intelligente et explique comment choisir (et entretenir) chaque vêtement, du foulard jusqu'au manteau, en passant par le maillot de bain. «Je veux que les gens voient que ce n'est pas sorcier, que ça peut devenir une seconde nature. Ce sont juste de bons réflexes à prendre.» Aussi, La bible s'attarde aux moyens d'optimiser, de réparer et de recycler vos vêtements.

Comme pour son émission de télé, l'auteure-animatrice a fait appel (histoire de bénéficier de conseils d'expert) au couturier Christophe Billebaud (directeur de Montréal Couture), un spécialiste de «l'envers du décor», qui travaille depuis plus de 20 ans dans le domaine du textile et de la mode, notamment en Europe, en Asie et en Amérique du Nord. 

Acheter mieux ne veut pas dire acheter moins ni surconsommer, mais bien acheter de façon consciente, tout simplement. «Je suis le pont entre les boutiques et les consommateurs», estime Laurence Bareil. «Tous les magasins ont une belle "offre" pour tout le monde, à nous maintenant de savoir choisir ce qui est bon pour nous.» Car la question que les gens lui posent le plus souvent est: «Toi, tu magasines où?» «La réponse n'est pas importante parce qu'une boutique qui me convient à moi ne conviendra peut-être pas du tout à quelqu'un d'autre. Mon but n'est pas de "donner le poisson", mais que les gens apprennent à le pêcher», illustre la «reine du shopping».

Et pour ceux qui détestent magasiner, maîtriser quelques règles du magasinage futé vous aidera à faire vos achats plus rapidement, «et vous souffrirez moins longtemps!» Oui, Laurence Bareil a réponse à tout.

Vous pouvez lire le blogue de Laurence Bareil sur son site (lareinedushopping.ca) ou la suivre sur Facebook (facebook.com/LaReineDuShopping).

Nous tenons à remercier la boutique Jupon Pressé (790, rue Saint-Jean, à Québec) de nous avoir gentiment accueillis, le temps d'une photo.

Quelques conseils de Laurence Bareil

Par où commencer

D'accord, nous aussi, on veut magasiner comme une reine. Mais pour éviter de se décourager dès le départ devant le chemin devant mener à notre «couronnement», Laurence Bareil conseille d'abord d'apprendre à connaître (et à reconnaître) les matières. «Les vêtements en matières synthétiques devraient toujours coûter moins cher. Le synthétique a été inventé pour ça», souligne-t-elle. Donc, si un chandail en acrylique («le simili-poulet de la laine», comme elle le qualifie avec humour) est plus cher qu'un autre en laine véritable, réfléchissez. Aussi, ayez quelques bases sur la nature des différentes coutures utilisées. Ça vous sera très utile pour identifier rapidement une confection de qualité.

Les règles d'or d'un achat intelligent

  • Le prix: Un bon prix respecte notre budget et doit être justifié par rapport au type de confection et à la matière utilisée.

  • La confection: Il faut inspecter le vêtement sous toutes ses coutures (c'est le cas de le dire) et aussi s'attarder à la finition intérieure: sa qualité (ou non) en dit souvent beaucoup. La cabine d'essayage pourrait être un bon endroit pour votre «inspection».

  • L'entretien: La convention non écrite d'une bonne consommatrice, estime Laurence Bareil: en achetant un vêtement, on s'engage à respecter l'entretien recommandé. Si vous craquez pour une pièce qui doit absolument être nettoyée à sec, mais que vous ne mettez jamais les pieds chez le nettoyeur... ne l'achetez PAS.

  • Le confort: C'est le critère «droit de veto» à ne jamais transgresser, rappelle la «reine du shopping», la règle sine qua none qui peut faire tomber les trois premières. Parce que si on achète un article qui est «beau, bon, pas cher» (vêtements, souliers) mais dans lequel on n'est pas à l'aise, on ne le portera pas. Et notre achat ne sera plus «intelligent».

L'erreur la plus fréquente 

Ne pas lire les étiquettes. «Et je ne parle pas de celle au cou mais de l'étiquette qui est accrochée sur le côté», précise notre magasineuse avisée. Vous connaîtrez ainsi la composition du vêtement qui vous intéresse et, surtout, ses directives d'entretien (voir la règle d'or à ce sujet). On a appris à lire les étiquettes pour les produits en épicerie, il faut faire la même chose pour les vêtements. «On découpe des coupons-rabais pour économiser 50 cents à l'épicerie, mais on dépense des centaines de dollars pour des vêtements sans savoir ce qu'on achète vraiment», constate avec justesse Laurence Bareil. On prend des notes.

Magasiner en ligne: pour ou contre?

Pour. C'est pratique, facilement accessible, l'offre est variée, c'est «toujours ouvert»... toutefois, comme on le ferait en boutique, il faut respecter les quatre règles d'or. Mais comment appliquer le critère «droit de veto» (le confort), puisqu'on ne pourra pas essayer le vêtement désiré? lui demande-t-on avec l'air de celle qui a trouvé une «faille». Tout site de magasinage en ligne digne de ce nom doit offrir le retour de la marchandise gratuitement, nous répond immédiatement Laurence (qui nous avait presque vue venir...). Sinon, pensez-y bien. Autre avantage pour magasiner (pas nécessairement acheter) en ligne, on peut s'en servir comme «repérage» avant de se rendre en magasin. Aussi, lire les commentaires laissés par les autres consommatrices pourrait vous être utile (par exemple, si quelqu'un mentionne qu'un chemisier est «fait petit», peut-être l'achèterez-vous un peu plus grand).  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer