Des leggings Jax n Joe jusqu'à Miami!

Accompagnée de sa muse et directrice artistique Catherine... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Accompagnée de sa muse et directrice artistique Catherine Simard, la designer de Jax n Joe Gabrielle Desgagné (à gauche) a présenté il y a deux semaines sa plus récente collection à la Baie de Beauport.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Annie Lafrance
Annie Lafrance

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) La marque de prêt-à-porter féminin basée à Québec Jax n Joe est en expansion. Avec ses populaires leggings moulants aux découpes en cuir, elle souhaite percer à l'étranger. Première destination : une boutique de Miami qui lui a acheté quatre de ses plus récents modèles.

Le legging à découpes de cuir et de... (Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 1.0

Agrandir

Le legging à découpes de cuir et de suède se coordonne à un gros pull de lainage dans la collection automnale de Jax n Joe. 

Le Soleil, Caroline Grégoire

La designer et propriétaire de la griffe Gabrielle Desgagné flotte sur un nuage. Depuis quelques jours, ses leggings aux découpes en cuir, qui font sa popularité au sein de sa clientèle de Québec, sont désormais vendus dans une boutique sur Lincoln Road, dans le quartier South Beach à Miami. Les quatre modèles sélectionnés par le propriétaire de la boutique y sont suspendus aux côtés des vêtements portant les étiquettes de grands noms de la mode, tels que Tom Ford et Versace. 

«J'ai arpenté les boutiques de la célèbre rue avec mes quatre leggings dans ma sacoche et mon pitch de vente. J'étais vraiment convaincue que mon produit correspondait à ce marché», raconte la designer, en entrevue avec Le Soleil.

À la conquête des grandes villes

Forte de ce premier point de vente hors Québec, Gabrielle Desgagné souhaite maintenant conquérir d'autres grandes villes. Le mois prochain, elle rencontrera des commerçants de Toronto. «J'aimerais aussi vendre mes vêtements à Vancouver, à Los Angeles et à New York. En mode, il n'y a pas de marchés trop grands!» lance-t-elle.

Entre-temps, les clientes de Montréal pourront également retrouver dans les prochains jours trois modèles de leggings ainsi que les t-shirts en tricot gris et à décolleté plongeant de sa plus récente collection à L'Espace D., sur le boulevard Saint-Laurent. Sans oublier la boutique en ligne (www.jaxnjoe.com) qui vient d'être inaugurée.

«C'est une nouvelle direction pour Jax n Joe. Il y a moins d'un an, je fabriquais encore mes vêtements dans mon sous-sol et, aujourd'hui, j'envisage de vendre dans les grandes villes nord-américaines. Je n'en reviens pas!» s'exclame-t-elle.

N'empêche, les clientes de Québec ne seront pas délaissées, au contraire. La créatrice de mode est pratiquement tous les jours à sa boutique située sur l'avenue Jules-Verne pour prendre les mensurations et les commandes de sa clientèle locale. «Elles auront toujours un petit plus!» promet-elle.

Hausse des prix

Les habituées de la marque remarqueront toutefois que les prix ont grimpé cette saison. La raison principale? «La hausse du prix du cuir brut et la confection plus élaborée», de justifier la designer.

Elle cite en exemple le cuir argenté qu'elle utilise pour sa collection automnale qui a été teint «sur mesure» au Brésil. La nouvelle gamme de prix s'apparente à des griffes comparables, comme Rudsak, soit entre 300 $ et 375 $ pour un legging.

L'équipe s'agrandit

Gabrielle n'est plus seule derrière sa machine à coudre. Celle qui, jusqu'à tout récemment, confectionnait chaque vêtement pour ses clientes, a dernièrement engagé une nouvelle couturière pour répondre à la demande. Elle s'est également entourée d'une équipe qui lui donne un coup de pouce pour la gestion de son entreprise, que ce soit la mise à jour sur les réseaux sociaux, la comptabilité et la coordination des entrevues avec les médias. «Je suis devenue une entreprise, réalise-t-elle. Je suis chanceuse d'être rendue là, la mode québécoise n'est pas une industrie facile.»

Un aperçu de la collection printemps-été 2015 de... (Photo fournie par RUDYBOIS) - image 2.0

Agrandir

Un aperçu de la collection printemps-été 2015 de RUDYBOIS qui sera présentée mercredi prochain à la Semaine de la mode de Toronto. 

Photo fournie par RUDYBOIS

Rudy Bois débarque à Toronto

Les affaires roulent vite et bien pour le jeune créateur de mode Rudy Bois. Mercredi prochain, il montera sur la passerelle réservée aux plus grands designers canadiens, soit celle de la Semaine de la mode de Toronto (World Mastercard Fashion Week). Le designer de Québec a été invité par l'un des commanditaires de l'événement, Mercedes-Benz, qui organise aussi le concours pancanadien de la relève. Bien que Rudy Bois n'ait pas atteint la finale de ce concours en août dernier, il a toutefois impressionné le jury qui lui a offert une place sur la passerelle principale. «C'est encore mieux!» s'exclame le jeune homme qui y présentera sa collection printemps-été 2015 devant l'industrie de la mode, des médias et des acheteurs internationaux.

Dans une mise en scène romantique et dramatique - deux thèmes récurrents de la griffe de Québec -, les créations structurées et symétriques de RUDYBOIS proposeront des contrastes de textiles de soie brute et de chiffon, et du rouge opposé au noir et au blanc.

Sur sa lancée, la jeune griffe RUDYBOIS a également séduit plusieurs personnalités féminines dans les derniers mois. Après avoir habillé Karine Vanasse et Mitsou, Rudy Bois a confectionné l'une des tenues de scène de Véronique Cloutier pour son spectacle Les Morissette. Quelle sera la suite?

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer