La fourrure recyclée fait peau neuve

Les pompons de fourrure se collent à tous...

Agrandir

Les pompons de fourrure se collent à tous les accessoires chez rachel.f., comme sur la tuque (80 $) et le foulard (www.rachelf.ca pour connaître les points de vente).

Annie Lafrance

(Québec) La fourrure est une matière chouchou de la saison, s'affichant désormais sur nos vêtements de tous les jours ou en touches coquettes. Ce n'est donc pas étonnant que les accessoires faits de fourrure recyclée se multiplient dans les vitrines.

Pour elle et lui, le chapeau aviateur d'Harricana... - image 1.0

Agrandir

Pour elle et lui, le chapeau aviateur d'Harricana sera certainement encore populaire cet hiver (environ 259 $).

Bijou de fourrure pour le sac à main,... - image 1.1

Agrandir

Bijou de fourrure pour le sac à main, 60 $, création rachel.f. (www.rachelf.ca pour connaître les points de vente).

Depuis cinq ans, le vent a tourné. Le Conseil canadien de la fourrure a martelé son message visant à promouvoir les propriétés écologiques de la fourrure. Résultat : les créations faites de fourrures canadiennes ont augmenté, et plusieurs accessoires revalorisent les manteaux de nos grands-mères. Et la fourrure synthétique faite à partir de dérivés de pétrole est en déclin.

Du nouveau chez Harricana

Au Québec, la pionnière de cette jeune industrie est certainement Mariouche Gagné et sa griffe Harricana, qu'elle a fondée en 1994. Cette année, Harricana semble avoir des ailes, puisqu'elle s'est affichée sur plusieurs tribunes, défilant plus tôt cette saison à Vancouver, passant par Paris et Berlin pour ensuite ouvrir dernièrement une boutique éphémère à Place Ste-Foy pour le temps des Fêtes. «Il y a encore du travail à faire auprès de la clientèle pour différencier les types de fourrure et pour justifier le prix de nos créations, mais, globalement, je crois que nous pouvons dire que c'est une bonne année pour la fourrure recyclée et que le nom de notre entreprise est de plus en plus connu à l'extérieur du Québec», affirme Mariouche, de passage à Québec pour souligner l'ouverture de son kiosque à Place Ste-Foy.

D'autres projets sont également dans l'air pour Harricana, comme la création d'un parfum pour l'automne 2012 et un éventuel déménagement de la boutique du Vieux-Québec. À Place Ste-Foy, peut-être?

Fabriqués à la maison montréalaise Style & Conscience... - image 2.0

Agrandir

Fabriqués à la maison montréalaise Style & Conscience par la designer Aleece Germano, les revers pour bottes City Fox sont offerts en prévente jusqu'au 17 décembre sur le site participatif www.kickstarter.com au prix de 195 $.

Sacs manchons signés EcoGriffe Canada, 225 $ chacun.... - image 2.1

Agrandir

Sacs manchons signés EcoGriffe Canada, 225 $ chacun.

Fourrure nouvelle génération

Une petite nouvelle sur le marché est EcoGriffe Canada, une jeune collection d'accessoires faits de fourrure recyclée, mais qui peut se targuer d'avoir l'expérience de la fourrure depuis trois générations. La collection est en fait le projet d'Andréane Lemieux, qui a grandi dans les manteaux de fourrure de l'entreprise familiale à Shawinigan. Fabriqués à partir des retailles des manteaux, les accessoires sont vendus dans la boutique du même nom dans le quartier Petit-Champlain. «Les clients de Québec demandaient depuis quelques années des accessoires de fourrure plus stylisés et suivant les tendances. J'ai donc lancé la division cet été et la réponse est très positive», dit la jeune femme.

Coyotes, ratons, renards, castors et compagnie se prêtent au jeu de la transformation. Mais, comme chez Harricana, la fourrure de lapin n'est pas utilisée, considérée comme étant trop fragile et pas assez durable. En fait, dans une collection comme dans l'autre, les pièces recyclées peuvent durer pendant des années, voire des décennies. L'affaire est dans le sac!

Comme chez Harricana, les sacs de fourrure signés ÉcoGriffe Canada semblent être les vedettes de la saison. Ils sont offerts en différents formats, mais ce sont surtout les sacs manchons qui retiennent l'attention. «Ils gardent les mains au chaud et ils ont un style très vintage qui est recherché», dit Andréane. On trouve aussi dans les présentoirs des boutiques des cache-oreilles de différentes couleurs, des foulards et des tuques à pompons, des cols et des capuchons variés et même des guêtres qui s'enfilent sur les bottes.

Démocratiser la fourrure

La ligne montréalaise rachel.f. tire également son épingle du jeu dans cette jeune industrie avec ses nombreux accessoires mélangeant cuir et fourrure. Depuis 2004, la créatrice derrière la marque (et le nom) participe également à démocratiser la fourrure en lui insufflant un style jeune et branché. Ses créations sont aussi inspirées des hivers de son enfance au Saguenay avec une twist plus urbaine.

En fait, peu importe la marque, la fourrure recyclée a non seulement diversifié ses produits, mais elle a aussi élargi sa clientèle, constatent les designers. «Tout en offrant une solution de rechange écologique et pleine de panache», de lancer Rachel Fortin.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer