Plus de Québec dans son assiette

À quelle période de l'année retrouve-t-on des haricots jaunes du Québec dans... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
28 novembre 2013Bloc photo Raphaelle Plante - Infographie (Focus1 / Jocelyn Bernier)
Raphaelle Plante

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) À quelle période de l'année retrouve-t-on des haricots jaunes du Québec dans les étals des marchés? Le melon d'eau pousse-t-il ici? Pourquoi les fruits et les légumes de saison sont-ils généralement plus savoureux?

L'Association des producteurs maraîchers du Québec a des réponses à ces questions, et bien d'autres encore. Pour une troisième année, sa campagne «Grands crus» met en valeur les fruits et les légumes d'ici et encourage les Québécois à consommer les produits de saison et à favoriser l'achat local.

«Il n'y a pas d'excuse, en saison, pour ne pas manger les fruits et les légumes d'ici. Il y a une telle variété, une telle fraîcheur!» s'exclame Isabelle Huot, docteure en nutrition et porte-parole de l'Association «depuis huit ou neuf ans».

Des fruits et légumes, Isabelle Huot en mange «comme des bonbons» : «pour moi, des tomates cerise avec un peu de fleur de sel, il n'y a rien de mieux». Pas étonnant, donc, que cette véritable passionnée de l'alimentation se dise «en amour» avec les producteurs maraîchers québécois et prenne plaisir à aller à leur rencontre dans les marchés.

Il faut dire que la saison estivale amène un grand choix aux consommateurs : «[début juillet], on commence à voir des betteraves jaunes et des brocolis. À la mi-juillet, c'est au tour des carottes nantaises d'arriver dans les étals. Elles sont parfaites pour remplacer les mini-carottes, et tellement plus goûteuses!» indique Mme Huot, signalant aussi l'arrivée à la même période des framboises, des concombres, des zucchinis et des courges d'été, notamment. «La bette à carde aussi, qui est délicieuse dans des pâtes ou des risottos et peut remplacer les épinards.»

L'Association des producteurs maraîchers du Québec met d'ailleurs en ligne sur le site mangezquebec.com un calendrier montrant la disponibilité des produits selon la période de l'année. On y constate entre autres que plusieurs sont disponibles en tout temps, principalement grâce à la culture en serre : tomate, fraise, rutabaga, champignon, canneberge, chou vert, concombre, endive, laitue Boston, pomme de terre...

Certains surprennent : «ce n'est pas tout le monde qui sait que le cantaloup et le melon d'eau sont maintenant cultivés au Québec», mentionne la Dre Huot, signalant aussi la présence de légumes plus exotiques, tels le chou bok choy et le radis chinois (lo bok).

L'avantage de la proximité

En plus d'encourager les quelque 600 producteurs maraîchers de la province, l'achat de fruits et de légumes d'ici permet d'en apprécier le plein potentiel vitaminique, puisqu'ils sont cueillis à pleine maturité. «On y retrouve davantage de vitamine C et d'antioxydants» que dans les produits récoltés prématurément. Voilà qui explique aussi pourquoi ils sont généralement plus savoureux.

Isabelle Huot, docteure en nutrition et porte-parole de... (fournie par l'Association des producteurs maraîchers du Québec) - image 3.0

Agrandir

Isabelle Huot, docteure en nutrition et porte-parole de l'Association des producteurs maraîchers du Québec

fournie par l'Association des producteurs maraîchers du Québec

L'achat local n'est pas que bon dans l'assiette, il l'est aussi pour l'environnement puisque la distance parcourue des champs jusqu'aux étals ou aux tablettes des épiceries est moindre. «Et en saison, les produits sont vendus moins cher», ajoute Isabelle Huot.

Pour s'assurer d'avoir accès à une variété d'aliments chez soi à l'année, la spécialiste en nutrition suggère de profiter de la saison estivale et des récoltes d'automne pour faire des conserves, des marinades ou encore congeler certains fruits et légumes tels quels pour les cuisiner plus tard.

Et pour les aliments qui ne sont pas cultivés ici, tels les avocats ou les pêches? «Surveillez leur provenance. L'idéal est toujours d'acheter les produits qui viennent de moins loin, par exemple les pêches de l'Ontario», conseille Mme Huot.

***

Des idées pour cuisiner

L'Association des producteurs maraîchers du Québec suggère une foule de recettes pour apprêter les fruits et légumes sur le site mangezquebec.com. Salade de filet de porc au fenouil et à la mangue; pâtes à la bette à carde, bacon et noix de pin; vinaigrette à la fraise et basilic; terrine de légumes, pesto de tomates séchées... les idées ne manquent pas! On y trouve aussi des trucs de cuisson et de conservation des aliments. Et pour ceux qui préfèrent feuilleter, le livre Mangez Québec!, paru l'an dernier, rassemble 75 recettes et présente aussi 25 producteurs maraîchers de la province (Éditions de l'Homme, 29,95 $). Une belle façon de découvrir leur univers.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer