Le café d'Amélie

Amélie Lapointe, la propriétaire de Palomino, n'a qu'un... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Amélie Lapointe, la propriétaire de Palomino, n'a qu'un adage: tout sera fait maison.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un café de quartier épuré et convivial, des boissons bien faites, des plats cuisinés comme à la maison, une bande son juste assez rythmée pour hocher de la tête, le tout au centre de deux tours à bureaux, en plein coeur de Sainte-Foy. Bienvenue dans la «bulle» d'Amélie Lapointe.

L'idée de départ était simple: les gens qui bossent dans les édifices à bureaux ont rarement accès à une offre alimentaire de qualité. Amélie l'avait observé, son conjoint travaille dans une tour des environs. 

En sous-texte, il y avait aussi - surtout - l'envie d'une femme de 35 ans de sauter à pieds joints dans une nouvelle aventure, après sept ans comme copropriétaire du Chez Victor Laurier. L'envie d'«un projet de vie» davantage collé à ses passions dans lequel elle s'accomplirait pleinement. «À un moment donné, on reste dans un boulot qui nous plaît moins parce que c'est confortable et sécurisant, mais j'avais envie que mon garçon soit encore plus fier de sa mère», souligne-t-elle, un trémolo dans la voix.

Puis, arriva le hasard des choses et autres concours de circonstance; La Capitale Immobilière, propriétaire de l'édifice Le Delta sur le boulevard Laurier, approche Amélie en marge de la fermeture du Presse Café à un jet de là. 

«Il m'ont soumis le projet qu'ils avaient déjà soumis au Presse Café, c'est-à-dire un petit café dans le corridor [qui relie les deux tours]. Le Presse Café avait refusé. Moi j'ai pris les plans, j'ai étudié ça, finalement, je les ai rencontrés et je leur ai dit: "Écoutez, je le fais, mais je veux carte blanche. Et je vous le dit tout de suite, ce ne sera pas un café de bureau, ça va être un café comme si on avait pignon sur rue." Ils ont répondu: "C'est ça qu'on veut, on te laisse aller."»

Sainte-Foy

Pour Amélie, il était évident qu'un café de destination pouvait cohabiter avec l'horaire des travailleurs de 9h à 17h et la trame commerciale du secteur. Aussi, elle voulait montrer que Sainte-Foy, ce deuxième centre-ville en devenir, avait le potentiel d'être sympa. «Je suis une fille de ville. J'ai habité dans le quartier Saint-Roch, j'ai eu une maison dans Saint-Sauveur. Mes amis ont des restos au centre-ville et j'étais comme la tare d'avoir un restaurant dans Sainte-Foy! Les gens disent : "Hein, on va pas là. C'est trop loin." Il y a comme un côté péjoratif à Sainte-Foy.» 

La nouvelle résidente du secteur avait cependant eu le loisir de tâter le pouls de son nouveau voisinage et de constater que tout était encore à faire. «Ici les gens, c'est des personnes comme toi et moi, qui ont juste eu envie, après avoir eu des enfants, d'un peu de tranquillité. Mais ils ont envie de [commerces de proximité] et ils se déplacent en ville pour ça. L'idée est aussi partie de ça: c'est pas parce qu'on est à Sainte-Foy qu'on est obligé de rester dans les cafés Second Cup.»

Ainsi étaient posées les balises du Café Palomino. Une ambiance épurée, un brin feutré - ce qui demeure un défi lorsqu'on est littéralement dans le passage! - et des espaces pour flâner. 

«Je voulais que l'on soit dans une bulle, que l'on sorte vraiment de l'ambiance bureau.» Pour réussir à bien définir le lieu, elle a fait appel à son ami Vano Hotton, un scénographe de Québec, qui a travaillé avec elle sur le décor. Avec un budget restreint, les contraintes du corridor, mais des idées plein la tête, celle qui a déjà étudié en design s'est amusée à user d'astuces pour y transposer ses inspirations, dont la lumière d'ambiance du défunt Holt Renfrew. 

Côté café, la proprio «un peu peeky»  a eu un coup de coeur pour celui du Saint-Henri micro-torréfacteur et un coup de foudre pour la gérante de la succursale de Québec, Julie Audet, qui a assuré la formation des baristas. D'ailleurs, côté machinerie, Amélie n'a pas lésiné à se procurer la Cadillac: une marzocco importée d'Italie.

Pas de compromis

Pour la bouffe, pas de compromis non plus. La cuisinière passionnée n'avait qu'un adage: tout sera fait maison. Sandwichs, chili, salades, soupe et desserts, rien n'est laissé pour compte. Amélie se fait même un devoir d'utiliser les ingrédients saisonniers pour personnaliser sa carte au fil des mois. Septembre a donc amené son gâteau aux pommes, pacanes et caramel. 

«Aller chercher un idéal de produit», travailler les arrivages locaux, s'offrir du temps aux fourneaux pour créer un petit menu; c'était, entre autres, les aspirations d'Amélie en ouvrant le Palomino. «J'aime beaucoup le concept d'Olive et Gourmando à Montréal», mentionne-t-elle, comme exemple d'inspiration. «C'est simple et tout est fait maison. C'est ça qui me fait tripper.» Dans ses cartons, lorsque l'effervescence de l'ouverture sera passée, l'entrepreneure veut proposer des boîtes à lunch et par la suite offrir le service de traiteur.

Lors du passage du Soleil, Amélie était entourée de Marielle et Annie, ses amies, employées et ses bras droit et gauche, comme elle aime si bien le dire. Le café n'avait que trois jours et, déjà, il fallait trouver un barista supplémentaire. Puis un ou une cuisinière-pâtissière pour répondre à la demande plus grande que prévue. «Je pensais naïvement pouvoir tout faire à trois [employés]!, lance Amélie, en riant. Là, j'ai lâché certains combats! Au lieu de changer les sortes de sandwichs à tous les jours, je vais les changer à la semaine!»

Car pour l'instant, Amélie veut savourer la naissance de ce rêve et le succès de ce projet qu'elle ne pensait pas pouvoir mettre à terme, seule. «Mon chum m'a regardé et m'a dit: t'es capable. J'ai dormi là-dessus et je me suis dit qu'il avait raison.»

Palomino, 2875, boulevard Laurier, espace D2-180

Les adresses d'Amélie Lapointe dans Sainte-Foy

  • Chanhda
«C'est un restaurant que je trouve hallucinant! La bouffe est excellente. Les garçons, Maxime et Olivier, nous ont nourri pendant le chantier et on est devenus assez proches. Ils nous ont même livré des fleurs à l'ouverture!»

  • Le Marché public de Sainte-Foy
«Il est fantastique, je capote dessus parce qu'il est simple et qu'il n'y a pas 32 millions de kiosques comme à celui de Québec où on y vend même des bas de laine. C'est vraiment axé sur le légume, sur le producteur. Le saucissier est hallucinant.»

  • Chez Roset
«Pour la viande, ils sont super. Ils n'ont pas beaucoup de choix, mais ce qu'ils ont se sont de beaux produits. Ils ont entre autres du lapin et des viandes de gibier. Et le service est impeccable!»

Recette

Gâteau aux pommes et pacanes, beurre chaud à l'érable, crumble de pacanes

Pour 8 à 10 personnes (recette d'Amélie Lapointe)

Un café de quartier épuré et convivial, des boissons... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 4.0

Agrandir

Le Soleil, Erick Labbé

INGRÉDIENTS

Gâteau

  • 150 g de beurre non salé tempéré
  • 2 pommes de saison pelées et rapées
  • 1 tasse de cassonade
  • 2 oeufs
  • 225 g de farine
  • 2 c. à thé de poudre à pâte
  • 1 c. à thé de cannelle
  • 1 c. à thé de cardamome moulue
  • 2 c. à thé d'essence de vanille
  • 60 g de pacanes hachée finement
Beurre chaud à l'érable

  • ½ tasse de sirop d'érable
  • 30 g de beurre non salé
Crumble de pacanes

  • 1 tasse de pacanes
  • 2 c. à table de sirop d'érable
  • ¼ c. à thé de cardamome moulue
  • 1/8 c. thé de sel

PRÉPARATION

Gâteau

Préchauffer le four à 325 F. Mettre tous les ingrédients du gâteau dans un bol et bien mélanger. Chemiser et graisser un moule à charnière de 10", y verser le mélange et cuire de 50 à 55 minutes ou jusqu'à ce que le gâteau soit cuit.

Beurre chaud à l'érable

Mélanger le beurre et le sirop dans une petite casserole et faire chauffer à feu moyen-élevé en brassant jusqu'à ce que le beurre soit bien fondu. Verser sur le gâteau encore chaud.

Crumble de pacanes

Placer la grille au centre du four et préchauffer celui-ci à 350F. Dans un bol, mélanger tous les ingrédients et répartir sur une tôle tapissée de papier parchemin. Faire cuire 15 minutes en remuant à quelques reprises. Laisser refroidir complètement avant d'hacher grossièrement au couteau. Disperser sur le gâteau.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer