Là là restaurant: bienvenue chez les Tremblay

Bières de microbrasseries, gourganes, petits fruits sauvages (bleuets,... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Bières de microbrasseries, gourganes, petits fruits sauvages (bleuets, argousier, etc.) et l'incontournable tourtière du Lac donnent la couleur régionale à ce sympathique bistro.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) CRITIQUE / L'an dernier, La Bûche ouvrait le bal avec sa cuisine de cabane réinventée servie à l'année. Toujours dans l'esprit de renouer avec notre cuisine québécoise «de famille», Là Là Restaurant sort de l'érablière pour s'aventurer dans le fief mondial des Tremblay.

Une bonne idée - du moins, voilà une niche jusqu'ici inexploitée à Québec - que de se spécialiser dans ce qui se fait de meilleur au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Comme il n'y a pas que le maire Jean «Là Là» Tremblay qui s'exporte vers le sud : bières de microbrasseries, gourganes, petits fruits sauvages (bleuets, argousier, etc.) et l'incontournable tourtière du Lac donnent la couleur régionale à ce sympathique bistro.

Derrière ce projet bâti autour de la fierté des Bleuets, les frères Alexandre, Jonathan et Vincent Jobin ainsi que Sylvain Lortie et Alexandre Gagnon sont donc motivés à mettre de l'avant des mets typiques en plus de sortir du lot des restaurants du Vieux-Port. Tous ont gravité ou sont toujours rattachés à Équilibre Traiteur (déménagé au 801, 4e Rue) qui a d'ailleurs cédé son bail à ce nouveau restaurant. Et les gars ont mis le paquet! Leur cocon familial d'antan est meublé d'antiquités (lampes à l'huile, carafes, etc.) en plus d'être bardé bord en bord de bois «gossé» par des artisans de chez nous. Du coup, une massive table réfectoire accueille les groupes de «bûcherons». On imagine, sans peine, le party lever!

Lors de notre visite, nous préférons toutefois à ce chaleureux camp de chasse, la terrasse venteuse. Pour s'attaquer à de la tourtière à 35 degrés à l'ombre, il faut s'aider un peu. Disons-le, c'est un plat costaud l'été qui ne reflète pas l'ensemble de la carte. Ainsi, le menu comprend des entrées plus légères et travaillées comme le ceviche de pétoncles à l'argousier et ketchup de canneberges. Quant aux plats, leur caractère «robuste» marque le tempo avec le doré poêlé dans la farine, le steak à Simard flambé au cognac et la perdrix au chou, demi-glace au vin rouge et saucisse aux bleuets. Sinon, les garnitures de légumes valorisent les racines d'automne et les conserves du garde-manger comme les bettes marinées et les petits oignons.

Plus que l'entrée du jour - une salade de farfalles d'aspect banal -, la soupe aux légumes et à l'orge me semble un choix représentatif du créneau «recette de famille» de l'enseigne. Une intuition juste. Bouillon translucide et sapide, carottes de saison, morceaux irréguliers de poivron vert, de la tomate étuvée et de l'orge - en quantité stratégique pour ne pas trop épaissir le bouillon - s'alignent en ingrédients complémentaires et indissociables. La terrine de lapin aux bleuets parle aussi d'elle-même avec un ingrédient phare, LE bleuet. En plus du bel équilibre entre la viande confite et le gras de la charcuterie, celle-ci profite d'une présentation étoffée sertie de légumes marinés (mignonne bette et son trognon, carotte naine) et de pousses de radis. On est loin de la tranche de terrine plaquée dans une assiette avec un cornichon!

Après cet avant-goût positif, la suite ne déçoit pas. Bien entendu, la tourtière dite «la vraie» - je m'abstiens sur les origines controversées de ce mets régional - s'avère une recette de grand-mère, certifie notre serveur. Assaisonné de graines de moutarde, de poivre et de sel, le mélange de viandes (boeuf, porc, poulet) marine 24 heures avant de finir entre les bras d'une pâte maison. Selon sa taille [de la tourtière], la cuisson dure ensuite entre cinq et huit heures. D'où une pâte qui boit le jus de cuisson tout comme les dés de pomme de terre ajoutés à la préparation carnée.

À la découpe, contrairement à un pâté à la viande, la tourtière ne se tient pas d'un bloc, mais se défait en «gibelotte» substantielle dévoilant des brisures de pâte friable, des chairs unifiées par la cuisson ainsi que des cubes de pomme de terre gorgés de bouillon. C'est à la fois doux - très peu épicé - et réconfortant. Des marinades - des betteraves et des cornichons croquants - se chargent d'introduire une dose d'acidité bienvenue ainsi qu'un ketchup aux fruits acidulé à point. Ma faveur va toutefois à la salade à la crème (de la frisée), sophistiquée dans sa plus pure simplicité, que je poivre généreusement.

Roulée dans un concassé d'épices à steak (avec des graines de coriandre), la côtelette de porc Saint-Prime s'illustre par sa cuisson rosée. Nec plus ultra des saveurs familiales d'autrefois, des carottes pilées, que mon amie appelait de «la pichoune» lorsqu'elle était fillette, l'accompagnent. Du navet et des petits oignons achèvent en beauté une assiette digne d'un bon steakhouse - pour la cuisson parfaite et non négligeable du porc.

Au dessert, le pouding aux bleuets se veut un objet fruité hybride d'une consistance entre les grands-pères et le renversé aux fruits, la pâte plus dense, littéralement stratifiée par le jus de cuisson des bleuets. Sa texture mouillée plaît ou pas du tout. Moi oui, car je me souviens des poudings d'été de ma grand-mère. C'est déjà beaucoup!

Tout compte fait, Là Là sert une cuisine bienfaisante et sincère sans se flatter d'être bistronomique. Un point exige toutefois d'être grandement amélioré, le service, en raison des nombreux impairs notés lors de notre passage.

Au menu

CRITIQUE / L'an dernier, La Bûche ouvrait le bal avec... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 3.0

Agrandir

Le Soleil, Yan Doublet

Là Là restaurant

303, rue Saint-Paul, Québec

Tél. : 418 704-5252

Ouvert du mardi au dimanche

Cuisine québécoise

Bouteille de vin à compter de 28 $

Menu du midi de 15 $ à 21 $

À la carte en soirée

Entrées de 6 $ à 13 $ (pour le ceviche de pétoncles à l'argousier)

Plats de 19 $ à 35 $ (pour la perdrix au chou, demi-glace au vin rouge et saucisse aux bleuets)

Coût de l'addition pour deux avant taxes et service : 50 $ (deux menus du jour avec les entrées et les plats et deux desserts en sus)

Stationnement : dans la rue

On aime : l'idée de mousser la cuisine régionale, la vaisselle en grès tournée par la céramiste Diane Demers et des recettes de famille (tourtière, pouding aux bleuets, etc.) partagées sans prétention

On n'aime pas : l'inexpérience abyssale des commis qui relèvent les serveurs, eux aussi pas toujours efficaces. Pas perdus, réponses vagues aux questions et surtout des erreurs flagrantes comme vider une assiette dans une autre (devant le client) à l'étape de desservir. À la maison, ça passe. Au resto, non!

Critique express

Reviens : de mon coin de paradis à quelques encablures de Kennebunkport. Une nouvelle boutique, Local Color (30, Dock Square), rendra babas les amateurs de tissus aux imprimés nautiques et de poissons rigolos sculptés dans du bois récupéré sur les plages du Maine.

Déplore : depuis quelque temps, le piètre état des patates rissolées servies au petit déjeuner dans plusieurs restos de Québec. Souvent durcies pour ne pas dire racornies par le temps passé sous le réchaud, elles font pitié à côté de celles de The Wayfarer (2, Pier Road, Cape Porpoise), un diner qui ne sert que des pommes de terre rouges en gros quartiers, façon patates rôties.

Constaté : chez Farm + Table (8, Langsford Road) que le miel cru et autres dérivés - dont les emballages réutilisables enduits de cire d'abeille - demeurent une tendance lourde chez nos voisins du sud.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer