Trucs de pros pour économiser à l'épicerie

On l'annonce depuis décembre, le panier d'épicerie coûtera plus cher en 2016. (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Laurie Richard</p>
Laurie Richard

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) On l'annonce depuis décembre, le panier d'épicerie coûtera plus cher en 2016.

Au Québec, une famille de deux adultes et de deux enfants dépensera 365 $ de plus si elle achète la même chose qu'en 2015, selon un rapport sur les prix alimentaires du Food Institute de l'Université de Guelph.

La viande, les fruits et les légumes seront les plus touchés.

Vous, comme consommateur, n'avez pas beaucoup d'emprise sur la valeur du dollar canadien et la météo qui font varier les prix, mais vous pouvez épargner sur votre facture alimentaire.

Deux pros des économies à l'épicerie nous font part de leurs trucs.

100$ par semaine

Béatrice Bernard-Poulin

  • Travailleuse autonome en communication et étudiante à temps partiel
  • Vit seule
  • Auteure du blogue Eille la cheap! (www.eillelacheap.com)

Béatrice Bernard-Poulin... - image 3.0

Agrandir

Béatrice Bernard-Poulin

La Montréalaise Béatrice Bernard-Poulin s'est fixé un budget hebdomadaire restreint de 100 $ depuis quelques années pour ses dépenses variables, incluant l'épicerie. Toutes les deux semaines, elle retire 200 $ et utilise le montant pour ses emplettes comme pour ses (rares) sorties au resto et ses achats spontanés. Elle consacre en moyenne 30 à 40 $ de son budget à la nourriture par semaine. Elle se proclame d'ailleurs «anti-couponing», le rapport temps investi/économies n'étant pas avantageux, selon elle.

La jeune femme mange de tout, mais de la viande en petites quantités. Elle privilégie la nourriture locale quand c'est possible, et de saison, pour les prix plus doux. L'hiver, par exemple, elle mange beaucoup de légumes racines du Québec, peu chers et réconfortants. L'été, ça tombe bien, elle adore les salades! 

Le plus important, d'après elle, avant de partir pour le supermarché est de se munir d'une liste, «mais une liste en sachant ce que l'on va faire avec la nourriture». Car les économies commencent en évitant le gaspillage : ce sont des dollars jetés à la poubelle. 

La blogueuse ébauche donc un menu flexible pour la semaine, en tenant compte des rabais. Elle consulte les circulaires en ligne des commerces qu'elle fréquente (pas question de faire le tour des bannières pour économiser 4 $!), pour se faire une idée des économies qu'elle peut réaliser en cuisinant tel ou tel produit. Si le céleri est à un prix très avantageux, Béatrice l'intégrera dans son menu.  

On peut feuilleter les circulaires sur le site www.circulaires.com ou comparer les prix sur www.supermarchés.ca. Certaines applications mobiles comme Reebee ont aussi été pensées pour la chose. 

Une fois à l'épicerie, Béatrice s'efforce de comparer les prix affichés par 100 grammes au bas des étiquettes afin d'identifier les aubaines. La grosseur des emballages peut être trompeuse, pour le fromage, notamment, dit-elle. «On rapetisse souvent les emballages sans réduire le prix», remarque-t-elle. 

La clé : cuisiner

Béatrice cuisine beaucoup; les aliments préparés coûtent cher. Elle dit épargner en majeure partie en préparant ses propres repas, comme ses lunchs. La jeune femme confectionne aussi ses propres desserts, comme des biscuits.

Afin de ne pas décourager les moins motivés, Béatrice suggère de faire une «grosse recette» (une soupe ou un mijoté, par exemple) par semaine et de congeler des portions pour plus tard. On complète ensuite le menu hebdomadaire avec un plat de pâtes, une salade-repas, un sandwich bien garni, un poisson... La semaine sera diversifiée sans être demandante en cuisine.  

Elle incite aussi les gens à mieux utiliser leur congélateur. Des légumes achetés au rabais peuvent y être conservés quelques semaines. La viande aussi, question de profiter de meilleurs prix. 

Béatrice a aussi parfois des écarts, elle a d'ailleurs défoncé de quelques dizaines de dollars son petit budget en janvier, mais ne s'en formalise pas pour autant : «Si on se restreint, on va finir par se fâcher contre la situation et abandonner, comme un régime, il y a un juste milieu».

Manger de saison

Nancy Bordeleau

Nancy Bordeleau... - image 5.0

Agrandir

Nancy Bordeleau

Nancy Bordeleau, mère de famille de Longueuil, s'en tire pour 125 $, après rabais et remises, pour son marché hebdomadaire pour deux adultes et trois enfants. «Mais on doit mettre la main à la pâte!» affirme-t-elle. Bénéficiant d'une bonne situation financière, elle ne profite pas des rabais par nécessité. Elle préfère toutefois grandement garder ses dollars dans son portefeuille plutôt que de les donner à «de grosses corporations». 

«C'est cliché, mais manger de saison, c'est de base. Le concombre en plein hiver sera plus cher qu'en été. On devrait mettre plus de légumes racines dans notre alimentation l'hiver. Des carottes, ça coûte trois fois rien.»

Le congélateur, «c'est l'élément numéro un de l'économie», appuie Nancy. «La viande est un des aliments dont le prix a le plus augmenté dans les dernières années. Quand on en trouve en spécial, on essaie de bâtir son menu autour de ça. Le reste on le congèle!» Elle suggère aussi de remplacer le boeuf, en tout ou en partie, dans certaines recettes traditionnelles, comme la bonne vieille sauce à spag, par du porc ou du tofu «qui ne coûte rien». 

Chez Nancy, on consomme beaucoup de smoothies. Question d'épargner sur les fruits qui entrent dans leur confection, la blogueuse s'est tournée vers les produits «un peu moches» que l'on trouve en rabais - jusqu'à 50 % - dans plusieurs épiceries. Une fois à la maison, elle les fractionne et les congèle, ce qui revient beaucoup moins cher que des sacs de fruits précoupés.

Elle fait aussi son propre pain, grâce à une machine à pain. «C'est un no brainer. Le pain, c'est très cher. Et je contrôle aussi ce que je mets dedans.» Elle évalue le prix d'une miche maison à 1,20 $ comparativement à un pain tranché qui coûtera près de 4 $. 

Nancy Bordeleau utilise aussi les applications mobiles pour économiser quelques dollars une fois l'épicerie faite. «C'est pas très invasif, comparé au couponing. Et c'est gratuit. Pour les coupons, il faut souvent les imprimer et les apporter au magasin. Ça prend une imprimante, de l'encre et du papier.»

Commerces à considérer

Adepte du Costco, Nancy indique qu'on peut y faire de très belles économies. Mais il faut bien analyser les prix, qui sont souvent affichés au gramme ou au kilo. «Mais encore là, acheter en gros et ne pas en utiliser une partie», ce n'est pas économique. Sur le blogue Cinq Fourchettes, les auteurs présentent des achats qui y sont plus avantageux qu'à l'épicerie, d'après leur analyse : le pain, la salade, le lait, le yaourt, le beurre et les oeufs, notamment. Plusieurs produits de base, donc.

Nancy recommande également de surveiller les épiceries ethniques de son quartier, si on habite la ville, pour acheter légumes et herbes fraîches. Elle les trouve souvent beaucoup moins chers qu'au supermarché. Sinon, les grossistes, comme les fruiteries, «offrent de plus beaux produits, plus frais, avec de bons prix».

Partager

À lire aussi

  • Des applications pour épargner

    Alimentation

    Des applications pour épargner

    Vous n'avez pas le temps - ou la patience - pour feuilleter les circulaires ou le couponnage? Et vous oubliez souvent vos cartes de fidélité? Vous... »

  • La Saint-Valentin à la dernière minute

    Alimentation

    La Saint-Valentin à la dernière minute

    La Saint-Valentin, c'est dimanche! Vous ne vous en souveniez plus? Avant de sauter sur la boîte de chocolats au dépanneur du coin, voici quelques... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer