Le Festibière prépare un Oktoberfest

Le Festibière de Québec, qui s'est terminé dimanche,... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le Festibière de Québec, qui s'est terminé dimanche, a été un grand succès de foule. Selon les organisateurs, le record de 125000 visiteurs établi en 2013 pourrait être battu.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Lorsqu'ils ont décidé de faire appel à la communauté allemande de Québec pour recréer l'ambiance de l'Oktoberfest de Munich, il y a deux ans, les organisateurs du Festibière avaient affirmé au terme de l'expérience que le concept était là pour rester. La tente n'était pourtant pas là cette année... C'est qu'un véritable Oktoberfest signé le Festibière aura lieu du 9 au 11 octobre, au Pavillon du commerce d'ExpoCité.

Né en 2010, le Festibière de Québec est en train de faire des petits. Après la Cour arrière du Festibière, un pub temporaire aménagé pour la première fois cette année dans le Vieux-Port, du 15 juin au 15 septembre, et l'évènement le Festibière fête la Saint-Patrick, en mars, voilà qu'un autre projet satellite verra le jour cet automne.

Partant du concept de la tente aux couleurs de la Bavière installée dès 2013 au Festibière de Québec, la direction a décidé de pousser l'expérience plus loin. «On essaie de sortir ça pour avoir un Oktoberfest beaucoup plus gros», a expliqué Alexandre Caron, l'un des organisateurs et cofondateur du Festibière.

Ceux qui s'étaient immergés dans la culture bavaroise en 2013 et 2014 auront ainsi droit à une ambiance encore plus authentique du véritable Oktoberfest de Munich, promet-on.

Alexandre Caron et son collègue Sébastien Huot s'y étaient d'ailleurs eux-mêmes rendus pour s'en inspirer, il y a deux ans. «Ça va se rapprocher vraiment de ce qu'on voit en Allemagne, tout en gardant le côté discussion [et découvertes].»

Forts de l'image de marque développée ces six dernières années avec leur évènement principal, les organisateurs se sentent aujourd'hui à l'aise de l'utiliser à de nouvelles fins, mais toujours en gardant la même ligne directrice : démocratiser la bière.

Échange avec la Belgique

Les Belges ont été invités cette année pour remplacer les Allemands. Encore là, les organisateurs du Festibière n'avaient pas entièrement prévu ce qui se passerait. Au final, le Troquet belge (bistro typique) a comblé leurs attentes et reviendra l'an prochain.

Ce nouveau partenariat a été rendu possible grâce au jumelage entre les villes de Québec et de Namur, en Belgique. Appuyé par l'Office du tourisme, notamment, le Festibière de Québec y a envoyé une délégation pour participer au festival de bière local, qui a eu lieu en juillet. Des représentants des brasseries Archibald, Le Trou du Diable et Le Grimoire ont fait le voyage pour présenter leurs produits. D'autres microbrasseries auront l'opportunité de le faire à l'avenir, croit M. Caron. Selon lui, cette entente pourrait éventuellement permettre la distribution de certains produits québécois.

En échange, les Belges ont envoyé une délégation et une douzaine de bières locales.

«Le meilleur des meilleurs»

Après une édition rendue plus difficile par le mauvais temps l'an dernier, le Festibière a repris son rythme de croisière cet été. Au dire des organisateurs, le sixième aura été le plus profitable de tous pour les exposants venus des quatre coins du Québec et de l'extérieur de la province.

«C'est le meilleur des meilleurs [Festibière]», a conclu Alexandre Caron, cofondateur de la grand-messe de la bière, à une heure de la fermeture des portes, dimanche. «Les chiffres de vente en général» lui permettent de faire ce constat.

Pour ce qui est de l'achalandage, «je ne pourrais pas dire s'il y a beaucoup plus de monde», a-t-il dit, les données officielles n'étant pas encore compilées.

Reste que de l'appréciation de M. Caron, l'édition 2015 se rapproche drôlement ou pourrait même dépasser le chiffre de 125000 visiteurs, un record établi en 2013. «On a probablement profité des plus belles journées depuis le début de l'été», s'est-il réjoui.

Site amélioré

Le site d'Espace 400e, dans le Vieux-Port, a été optimisé cette année pour faire face à la croissance continue de l'événement. Parfois critiqué pour la congestion dans ses tentes, le Festibière de Québec a fait ses devoirs et dit avoir rentabilisé la surface à sa disposition. «C'est une édition où le site était beaucoup plus dégagé. Ça nous a semblé beaucoup moins congestionné.»

Une vingtaine de brasseries et de microbrasseries se sont ajoutées pour la sixième présentation, portant le total à environ 80exposants.

Après les Allemands aux éditions précédentes, ce sont les Belges qui ont eu l'occasion de faire valoir leur culture de la bière dans un espace qui leur était réservé. Le Troquet belge sera de retour l'an prochain, ont déjà confirmé les organisateurs.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer