L'affaire est... sucrée pour L'affaire est ketchup

Pour sa dernière fin de semaine d'ouverture, 4500... (Photo: Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Pour sa dernière fin de semaine d'ouverture, 4500 personnes en deux jours sont venues au parc du Bois-de-Coulonge pour déguster de la tire sur la neige.

Photo: Robert Skinner, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après les chefs Martin Picard, Daniel Vézina et Louis-François Marcotte - pour ne nommer qu'eux -, les gars de L'affaire est ketchup lancent à leur tour leur propre cabane à sucre, dans le parc du Bois-de-Coulonge. Effet de mode ou évolution d'une tradition? Qu'importe, François Jobin et Marc-André Chénard sentent l'engouement du public, qui s'est rué en deux jours sur les 480 places offertes cette année.

C'était le branle-bas de combat vendredi au restaurant de la rue Saint-Joseph, à la veille de l'ouverture de la cabane de L'affaire est ketchup. Le Soleil y a rencontré les deux chefs associés du projet pendant que ceux-ci s'affairaient aux derniers préparatifs.

«On respecte vraiment notre style. On ne s'en va pas dans quelque chose d'extrêmement différent. C'est L'affaire est ketchup, mais en version cabane à sucre», constate le chef propriétaire, François Jobin.

Et L'affaire est ketchup, «c'est simple, c'est convivial, c'est des goûts francs», ajoute-t-il, alors que s'échappent des fourneaux de chaudes odeurs de festin.

Respect des traditions

Pendant les quatre fins de semaine d'avril, leur cabane à sucre offrira des mets «un peu revisités», mais en ne s'éloignant pas trop de la tradition. «On est bien loin de la cabane à sucre du Pied de Cochon», fait remarquer François.

«C'est traditionnel, mais à la façon dont nous, on voit la cabane à sucre.» Et puisque ni François ni Marc-André n'ont déjà pris un repas traditionnel dans une cabane à sucre commerciale, impossible pour eux de calquer ce qui se fait ailleurs.

Au menu : rillettes de porc et cretons faits maison, tête de porc rôtie servie sur lit de crêpes et couronnée d'oeufs cuits dans le sirop d'érable - «c'est délicieux!» assure le chef Marc-André Chénard-, jarrets de porc braisés, bines «à la Marc-André», et salade verte, «pour enlever le gras de la bouche», comme le dit François Jobin, qui lui-même suit le conseil de sa conjointe. Et pour dessert, le classique pouding chômeur au sirop d'érable.

Le tout, préparé à l'aide de quatre ronds électriques et un four, «notre médium de prédilection, à moi et à Marc-André», soutient François.

Pendant tout le mois d'avril, 60 gourmands par jour de fin de semaine, divisés en trois services, prendront place autour d'une grande table au centre de laquelle seront servis lesdits plats à partager. Une ambiance propice aux échanges, que François Jobin a «extrêmement hâte» d'observer.

pas pour suivre la tendance

Les deux acolytes assurent qu'au moment de monter le projet, il n'était aucunement question de suivre la tendance d'une érablière réinventée.

«On n'a pas fait ça en se disant : "La tendance au Pied de Cochon est comme ça, la tendance de la cabane à sucre de Nathalie Simard, ou celle de Louis-François Marcotte, est comme ça." On ne s'est pas dit : "Qu'est-ce que les gens vont aimer?"» ajoute Marc-André Chénard, chef de cuisine à L'affaire est ketchup.

Le festin sera servi dans la maison du fermier, située à deux pas de la traditionnelle cabane à sucre du parc du Bois-de-Coulonge.

Et avec un tel succès populaire prévu, nul doute que la Commission de la capitale nationale cherchera à reprendre l'activité l'an prochain, ce qu'accepteraient volontiers les deux chefs associés.

92 000 visiteurs à la cabane du Bois-de-Coulonge

Depuis 12 ans, ça fourmille quand arrive le printemps chez Léandre Cloutier. Et l'organisateur de la Cabane à sucre du parc du Bois-de-Coulonge ne s'en plaint pas. «On devrait atteindre notre 100 000 e visiteur l'an prochain!» Lancée en 2004, la Cabane à sucre urbaine a accueilli jusqu'à maintenant près de 92 000 visiteurs.

Pour sa dernière fin de semaine d'ouverture, 4500 personnes en deux jours sont venues au parc pour déguster de la tire sur la neige. Un record, assure M. Cloutier, qui se réjouit que Dame Nature ait été de son côté pour conclure cette saison des sucres éprouvante en termes de conditions climatiques.

Depuis ses débuts, la Cabane à sucre a remis près de 300 000 $ en dons à la Fondation de l'école St-Michel.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer