Mange ta ville de Noël: l'absolu réconfort

La petite souris à la crème au beurre... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La petite souris à la crème au beurre de la pâtisserie Simon

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) L'été dernier, Régal et Restos s'inspirait du titre du magazine culturel d'ARTV qu'animait Catherine Pogonat, Mange ta ville, comme point de départ de sa série d'été. Magique, la cité de Champlain? Oui! Qu'il fasse 25 °C ou moins de 10 °C au thermomètre, Québec se boit, se déguste et se découvre. Et parce que le temps s'étire entre le 27 décembre et le 5 janvier, voici notre carnet d'adresses pour croquer une Québec givrée!

Le pourquoi et le comment

Contrairement en juillet où nos itinéraires défilaient sur quatre semaines avec un saut de puce sur la Rive-Sud, notre balade hivernale s'attarde en territoire urbain. C'est tout simple, j'applique à nouveau la règle subjective des coups de coeur. Oui, il y a des secteurs de Québec absents. Notre parti pris est d'aller là où il y a des possibilités de flâner longtemps ou vers une destination plus excentrée, porte d'entrée d'une autre exceptionnelle découverte.

****

Pâtisserie Simon, 471, rue Saint-Jean, Québec Tél.: 418 522-6582

Noël est l'occasion de se rappeler des souvenirs d'enfance. Ma grand-mère maternelle, la célèbre Rita et son jambon de Pâques, achetait ses pâtisseries chez Kerhulu, puis chez Bardou. J'ai gardé en héritage un amour inconditionnel pour les tartelettes amandines - avec la cerise au marasquin perchée au sommet - et la petite souris, un gâteau à la crème au beurre recouvert de fondant de chez Bardou. La p'tite bête, je l'adore à la vie, à la mort. Peu de pâtisseries à Québec la réalisent encore sauf la Pâtisserie Simon de la rue Saint-Jean, et ce, depuis 1947. La règle d'or pour déguster «le rongeur sucré» : le faire tempérer pour que la crème au beurre soit fondante. Avec un verre de lait, c'est un retour direct en enfance.

Pour dépenser les calories ou le surplus d'énergie, destination: la côte Badelard (accès rue Lavigueur). Je le concède, les résidents de Saint-Jean-Baptiste m'en voudront de révéler l'existence d'une pente naturelle amie de la Crazy Carpet...

***

Brûlerie Rousseau, Halles de Sainte-Foy, tél. : 418 659-7786, Halles du Petit Quartier, tél. : 418 522-7786, 710, rue Bouvier, tél. : 418 948-7786

Toutes nos grands-mères préparaient et confectionnent toujours LE meilleur pouding chômeur. Moi, je suis plus sauce caramélisée - celle au fond du pyrex - que pâte vanillée. C'est pourquoi le pouding chômeur de la Brûlerie Rousseau est ni plus ni moins qu'un festin sucré hyper réconfortant, encore plus si on le demande très légèrement réchauffé pour tiédir la pâte et couronné d'un trait de crème 35 %. L'accord le plus sur la coche pour l'accompagner : un verre de lait! Sinon, un café latté... sans sucre!

Pour dépenser les calories ou le surplus d'énergie, destination: le Centre de glisse Myrand (renseignements : 418 688-3046, 2150, av. Chapdelaine), appelé communément «la bosse» Myrand. Mon fils de cinq ans l'imagine si haute qu'il l'a baptisée «le mont Saint-Myrand». Soucoupes pour les petits, chambres à air pour les grands, les frissons sont garantis. Moins qu'aux Glissades de Tewkesbury (renseignements : 418 848-4547 et www.lesglissadestewkesbury.com), version hipster du Village Vacances Valcartier (renseignements : 418 844-2200 et www.valcartier.com).

***

Le Moine Échanson, 585, rue Saint-Jean Tél. : 418 524-7832

Je l'ai découvert un jour de tempête, Le Moine Échanson. C'était il y a sept ans. Depuis, j'ignore pourquoi, mais le bar à vin doublé d'une table «d'appellation d'origine» française, je l'aime par temps froid. Pourquoi? Les boiseries tout partout, les peaux de fourrure sur quelques sièges et surtout l'ardoise qui vous enveloppe psychologiquement d'un duvet avec des plats comme le petit salé aux lentilles et joue de porc et la cuisse de canard confit sauce tartufata, céleri-rave orange et cacao. Si vous en êtes à votre première visite, la crème brûlée de foie gras est une «entrée obligée» pour découvrir ce Moine, grand amateur (et connaisseur) de vins nature.

Pour dépenser les calories ou le surplus d'énergie: déboulez la Saint-Jean jusqu'à la patinoire de la place D'Youville (renseignements : 418 641-6256 ou www.ville.quebec.qc.ca/loisirs). «À Québec au clair de lune, nous nous aimons...»

Confiserie La Bricole inc.... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Confiserie La Bricole inc.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Confiserie La Bricole inc., 1286, avenue Maguire Tél.: 581 741-6080

Bienvenue dans l'univers d'Hansel et Gretel! Vous n'avez rien à craindre, aucune sorcière dans la confiserie La Bricole. C'est plutôt une douce «princesse» appelée Nadia Hammouda qui y a élu domicile. Pour les détails terre à terre, il s'agit de la fille des propriétaires du restaurant Le Rameau d'olivier qui a récupéré la partie avant du local pour le transformer en «bonbonnière» d'antan. Chez la fée Nadia, plus de 60 variétés de friandises en vrac (2 $ la livre ou 20 $ le kilo pour les ogres modernes), des nounours en gélatine aux lunes de miel importées d'Angleterre. Pour les apprentis sorciers, il y a même des boîtes de pépites d'or. Sa maison en pain d'épices, la jeune femme, une pro recyclage, l'a meublée d'étagères et d'un buffet rapaillés à gauche et à droite, de sorte à créer un cocon vintage. À l'avant, une grande table rassemble les enfants pour des ateliers de bricolage - 5 $ par petits, matériel compris - qu'elle supervise aidée, selon l'affluence, d'assistants. Sympa!

Pour dépenser les calories ou le surplus d'énergie, destination: le Bois-de-Coulonge (1215, Grande Allée Ouest) où une petite butte subsiste pour glisser avec les enfants. J'écris subsiste, car chaque année de nouveaux protège-arbustes «poussent» pour limiter le périmètre des rois de la glisse en soucoupe et Crazy Carpet. Sachez-le, nous sommes invincibles!

***

Soupe & cie, 522, 3e Avenue Tél.: 418 948-8996

Jouer de dehors, c'est aussi pour le plaisir de se réchauffer. Le chocolat chaud déglace les mains gelées. Sauf que la soupe dégèle son homme, nourrit et soigne tous les bobos! Vous rêviez de partir «ailleurs» pendant les Fêtes? Soupes & cie regroupe des bols qui font voyager à plus ou moins 15 $ (accompagnement inclus). Pour les «abonnés» à Playa del Carmen, la Mexicaine (avec tomates grillées, tortillas frites, oeuf dur, lime, avocat, etc.) est la destination liquide par excellence. Les types «reporters sans frontières» balanceront entre l'Égyptienne avec pois chiches frits et féta et l'Indienne émaillée de pois verts et de fromage Halloumi. Le skieur frustré de ne pas dévaler les pentes de Gstaad compensera largement avec la soupe suisse (avec jambon braisé, fromage Gruyère, oignons, orge perlé, etc.). Tout cela en plein coeur de Québec.

Pour dépenser les calories ou le surplus d'énergie, destination: la patinoire de la Pointe-aux-lièvres, 2 km de sentier glacé (renseignements : 418 641-6345, 25, de la Pointe-aux-Lièvres) ou à l'anneau de glace du Domaine de Maizerets (renseignements : 418 641-6335 et www.domainemaizerets.com). Dans les deux cas, la glissade fait partie du «forfait gratuit» quand vous n'avez plus de jambes...

***

La Fabrique sucrée, 1990, rue Cyrille-Duquet Tél. : 418 948-2253

«Cachée» non loin du Quillorama Frontenac, la Fabrique sucrée a tout le nécessaire derrière son comptoir pour dresser à l'ordre, et selon vos directives (choix de coques aux couleurs vives et de remplissages aux fruits), le macaron géant de vos rêves. C'est pareil pour les minicakes - encore plus décadents - à base de génoise (vanille ou chocolat), de crèmes au beurre (pralinée, café, caramel, pistache, etc.) et de copeaux pour la finition. Mon petit doigt me dit que la coque à la gomme balloune devrait obtenir l'adhésion des petits.

Pour dépenser les calories ou le surplus d'énergie, destination: la Base de plein air de Sainte-Foy (renseignements : 418 641-6282, autoroute 40, sortie Blaise-Pascal) pour louer des raquettes.

***

Buvette Scott, 821, rue Scott Tél. : 581 741-4464

Calquée sur le modèle de bar de proximité unique à Saint-Jean-Baptiste, la Buvette Scott est en plein dans mes cordes. L'ex-Taverna a été ici convertie en repaire volontairement vintage avec l'éclairage jauni et le papier peint à faire crever de jalousie votre grand-tante. Taverne ou buvette? Vraiment buvette, parce qu'on n'y boit pas de la bière tablette entre bonhommes (!), mais bien des bières de microbrasseries et des vins sélectionnés avec flair par l'un des quatre coproprios, Dave St-Yves (avec Jeff Belley et Dominique-Isabelle Rioux). En cuisine, le quatrième mousquetaire, Charles Savard, alias Chef Biscornu, concocte les plats à l'ardoise (formule tapas de 7 $ à 14 $). On a craqué pour son fromage 14 arpents frit sauce aigrelette... et la play list de la soirée. Une très, très chouette adresse avec une faune métissée de «vrai monde».

Pour dépenser les calories ou le surplus d'énergie: remontez la rue Scott jusqu'à René-Lévesque. Traversez et rendez-vous jusqu'aux Plaines, le plus grand jardin de givre de Québec.

***

1608 Bar à vin & fromage (Château Frontenac) 1, rue de Carrières, Québec Tél. : 418 692-3861

De tous les nouveaux espaces - l'aménagement, j'entends - du Château Frontenac, le 1608 est mon coup de coeur. Le bar circulaire, la vue sur le Saint-Laurent, les dossiers des banquettes habillés de fourrure à caresser, j'adore. Il faut dire que j'ai un penchant pour les bars d'hôtels pour voyager! Au 1608, le temps d'un gin-tonic - choix enviable de spiritueux -, vous passez du XXIe siècle à l'étape de sélection de votre apéro (bulles, vins, bières, whiskys, etc.) sur iPad à l'époque victorienne en levant les yeux vers le montage d'oiseaux naturalisés. Après une marche sur la terrasse Dufferin par grand froid, il fait bon se lover dans l'un des fauteuils au dos arrondi devant un plateau de charcuteries de Viandes Biologiques de Charlevoix et une sélection de fromages du Québec - une trentaine en rotation - conservés à point dans le cellier adjacent à Champlain.

Pour dépenser les calories ou le surplus d'énergie, destination: la glissade de la terrasse Dufferin (renseignements : 418 528-1884 et www.au1884.ca/fr). Pour l'anecdote, la glisse s'y pratique depuis 1884, les fesses vissées sur une luge en bois. D'emblée, payez-vous le forfait quatre descentes à 10 $. On peut aussi prendre une pause café-sandwich dans le restaurant-kiosque Le 1884.

***

La Mère Michèle, Halles de Sainte-Foy Tél. : 418 651-7645, Place de la CitéTél. : 418 651-5181

Le gâteau chiffon au chocolat de La Mère Michèle est à mon avis l'incarnation du parfait gâteau au chocolat classique. Pas d'histoire de cacao à 85 % et de ganache sophistiquée! Classique, je dis! Moelleux avec de la confiture de fraise pour souder les deux étages de gâteau à la pâte alvéolée et juste assez de glaçage pour éviter l'écoeurement, voilà un gâteau destiné aux anniversaires des 7 à 77ans et aux après-midi au coin du feu. Trois formats sont disponibles.

Pour dépenser les calories ou le surplus d'énergie, destination: la rue, pour y jouer au hockey bottine (pour ceux qui le peuvent) ou dans la cour pour une guerre des tuques. Deux plaisirs hivernaux mis à «l'Index».

***

Le Buffet de l'Antiquaire, 95, rue Saint-Paul Tél.: 418 692-2661

Jusqu'au 1er janvier, tous les abus sont permis, surtout le bon gros déjeuner «de bûcheron»! Servis toute la journée, les p'tits déj' du Buffet de l'Antiquaire sont une institution à Québec. L'assiette canadienne (oeufs, bacon, saucisses, jambon, pâté à la viande, fèves au lard) en bouche un coin aux appétits abyssaux. Ici, tous les «plaisirs coupables» ont leur place à la carte, des cretons, au Cheez Whiz. Dans ce dinner québécois, le ragoût de boulettes et la tourtière n'attendent pas Noël pour passer à table; ils s'invitent à l'année, été comme hiver.

Pour dépenser les calories ou le surplus d'énergie, destination: une balade dans l'ordre ou le désordre le long des quais du Vieux-Port avec un arrêt au Marché de Noël (faire le plein de victuailles pour le réveillon du 31 décembre) et dans le Petit Champlain avec deux arrêts obligatoires pour se sucrer le bec: la Fudgerie (16, rue Cul-de-Sac) et Madame Gigi Confiserie (84, rue du Petit-Champlain).

***

Restaurant Patriarche, 17, rue Saint-Stanislas Tél.: 418 692-5488

Après les repas plus traditionnels de dinde-pâté à la viande-canneberges, plusieurs voudront s'offrir de la gastronomie moderne et locale. C'est l'expérience proposée par Patriarche, une adresse couronnée Cinq Diamants CAA. Scrupuleusement, le chef Stéphane Roth ne néglige ni de pétrir son pain ni de réduire ses fonds. Tous les produits servis entre les vieux murs de ce restaurant au service chevronné et attentif sont issus de sa cuisine. Pour lever la barre toujours plus haut, c'est par multiple de trois que le chef décline, avec exigence, brio et sensibilité, des matières premières de la plus haute qualité : porcelet, foie gras, morue, agneau du Québec, omble, etc. Une adresse dans la lignée des meilleures de Québec.

Pour dépenser les calories ou le surplus d'énergie, destination: une balade de fin de soirée en empruntant la rue Couillard jusqu'à la rue Ferland, puis la rue Sainte-Famille avec pour point de chute la rue des Remparts. En moins de 10minutes, vous passez de la Vieille Ville de Prague à Québec-les-Bains. S'il neige en prime, vous êtes au paradis.

***

Paris Grill, 2820, boulevard Laurier (Complexe Jules-Dallaire) Tél.: 418 658-4415

Le magasinage est-il un sport extrême? Oui, monsieur! Particulièrement durant les soldes de l'Après-Noël. Si je n'ai rien contre les haltes-bouffes (enfin, je n'ai rien pour non plus), pourquoi ne pas se payer une récompense post-trauma dans un resto en bonne et due forme? À proximité de Laurier et Place Ste-Foy, direction Paris Grill. Sa carte renouvelée laisse place à des plats bistros hivernaux d'un absolu réconfort. Nos deux suggestions : la soupe à l'oignon gratinée, bière brune et fromage 1608 suivie du pot de bavette de boeuf braisée au pinot noir.

Pour dépenser les calories ou le surplus d'énergie, destination: fini les dépenses!

****

À inscrire à l'agenda

Le 3 janvier, CELEB Événements, avec la collaboration du SDC Faubourg Saint-Jean, propose le tour guidé Tour du Faubourg Épicurien (29 $ par personne, 18 ans et plus) avec pour thématique le quartier Saint-Jean-Baptiste gourmand. Au menu de la promenade gourmande, neuf arrêts ont été choisis pour découvrir (et goûter!) des commerces de proximité de la rue Saint-Jean et des artères tout près. La balade s'ouvre chez Poulet Portugais pour enchaîner avec un doublé Le Projet et L'épicerie européenne, puis les marcheurs filent chez les deux nouveaux venus du quartier, soit la Buvette Scott et la poissonnerie Poisson d'or (j'y reviens en détail le 10 janvier). Le parcours passe par le Pub Nelligan's, le Choco-Musée Érico, la Brûlerie de café de Québec, Mexway et la Ninkasi. Coorganisateur avec Karine Gaudreault, Éric Lavoie indique que la balade est conçue pour «le tourisme local [...] Nous voulons redonner aux locaux leur quartier, qu'ils se l'approprient». M. Lavoie promet «neuf arrêts bien arrosés». Pour plus de renseignements ou réserver : 418 523-8890 ou www.celebevenements.com

Maudits, de Joyce Carol Oates... - image 3.0

Agrandir

Maudits, de Joyce Carol Oates

Le carnet rouge de Josée di Stasio... - image 3.1

Agrandir

Le carnet rouge de Josée di Stasio

Mes trois essentiels pour un après-midi cocooning au coin du feu...

Un roman

La prolifique Joyce Carol Oates a publié un pavé cet automne. Intitulé Maudits, son dernier roman, entre littérature gothique et psychologique, se déroule sur le campus de Princeton présidé par l'ambitieux Woodrow Wilson. L'intrigue se situe en 1905-1906 alors que le diable enlève, le jour de ses noces, la petite-fille du respectable pasteur Slade. Oates nous suspend littéralement à sa plume. Diaboliquement efficace.

***

Un livre de recettes

Le carnet rouge (34,95 $) de Josée di Stasio est une ode au temps des Fêtes réinventées. Parmi ses recettes sur le thème du Noël doudou, vivement sa soupe aux boulettes de dinde hachée. Un délice et un carburant pour replonger le bedaine pleine dans l'univers de Joyce Carol Oates.

***

Une paire de bas

Pour lézarder devant le foyer, des bas douillets (25 % nylon, 75 % laine) il faut enfiler. Notre choix, ceux de chez Lambert & Co (Château Frontenac) qui se détaillent 25 $ la paire. Les motifs? Des rayures, encore des rayures ou aux couleurs du Canadien... d'ici le retour des Nordiques!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer