Le monde sera-t-il privé de chocolat?

Selon les plus pessimistes, le déficit mondial en... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Selon les plus pessimistes, le déficit mondial en cacao pourrait atteindre un million de tonnes en 2020. Deux millions en 2030. Trois millions en 2040. Et ainsi de suite. Un célèbre chocolatier londonien, Mark Demarquette, prédit déjà une tablette de chocolat à 15 $.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une pénurie de chocolat? Au début, on croyait à une blague. Pourtant, si la tendance se maintient, le monde pourrait manquer de cacao dès 2020. La faute aux maladies, à la pauvreté, à la mondialisation, au réchauffement du climat et même à la gourmandise planétaire. Chocooliques du monde entier, réveillez-vous! Le compte à rebours est peut-être commencé.

«Dans 20 ans, le [vrai] chocolat ressemblera au caviar. Il sera devenu si rare et si cher que monsieur Tout-le-Monde ne pourra plus l'acheter.» En 2010, cette prophétie du patron d'une organisation humanitaire a fait le tour du globe. Il n'en fallait pas plus pour semer la terreur sur la planète chocolat.

Depuis, un spectre hante le monde. Le spectre d'une pénurie de cacao, la précieuse poudre à la base du chocolat. En moyenne, depuis 10 ans, le monde consomme plus de cacao qu'il n'en produit. Et le prix a bondi de 60 %, depuis 2012. Assez pour sonner l'alarme.

Même les géants de l'industrie ne cachent pas leur pessimisme. «La production n'augmente pas au même rythme que la consommation», admet Juergen Steineman, le pdg de Barry Callebaut, le numéro 1 mondial du chocolat.

Comme pour ajouter à l'angoisse, des économistes de la société de recherche britannique IGD se sont amusés à chiffrer l'effet de la popularité grandissante du chocolat en Chine. «Si chaque citoyen chinois mange une barre de chocolat supplémentaire tous les mois, il faut produire 255 000 tonnes supplémentaires [...] de cacao.»

Mine de rien, le calcul des chercheurs d'IGD suppose d'accroître la production mondiale de 7 %. Autrement dit, il faudrait étendre la production sur 6900 km2, soit 33 fois la superficie de l'île d'Orléans. Ou, si vous préférez, environ le quart de la Belgique.

À propos, comment traduit-on «mission impossible» en chinois?

Selon les plus pessimistes, le déficit mondial en cacao pourrait atteindre un million de tonnes en 2020. Deux millions en 2030. Trois millions en 2040. Et ainsi de suite. Un célèbre chocolatier londonien, Mark Demarquette, prédit déjà une tablette de chocolat à 15 $.

Précieuse lasagne au chocolat

Du calme. Pour l'instant, le déficit mondial de chocolat n'apparaît pas encore insurmontable. Et la consommation de chocolat en Chine demeure encore modeste. À preuve, les Suisses mangent en moyenne 100 fois plus de chocolat que les Chinois...

«Il apparaît difficile d'imaginer un monde sans chocolat. Mais quant à savoir si le chocolat va rester une collation à bas prix, c'est une autre histoire», confiait Thomas Dietsch, de l'organisation Earthwatch, au journal The Independent.

«C'est sûr que l'augmentation du prix du cacao nous préoccupe, même si nous suivons tout cela de loin», concède Cédric Allain, copropriétaire d'Érico Chocolaterie, rue Saint-Jean, à Québec. Mais selon lui, la situation reste gérable. À l'écouter, on devine que la planète chocolat ne s'avouera pas vaincue aussi facilement.

À la blague, les sondeurs disent que 9 personnes sur 10 déclarent spontanément qu'elles aiment le chocolat. Et ils ajoutent que la 10e ment.

Pendant longtemps, la boutade a paru très exagérée. Un peu moins maintenant, dès lors que le chocolat ou ses substituts se trouvent dans un nombre stupéfiant de produits.

L'an dernier, aux États-Unis, 40 % des marques de céréales contenaient du chocolat. Au Japon, on le mélange allègrement avec du wasabi, parfois surnommée la moutarde japonaise. En Chine, même la commercialisation de chips au chocolat n'a pas suffi à dégoûter à jamais les consommateurs.

Par moments, on se croirait revenu à l'époque où le chocolat subissait de nombreuses expériences culinaires inusitées. Le livre The True Story of Chocolate (Thames & Hudson, 2007) évoque la frénésie du chocolat qui a déferlé en Italie, à la fin du XVIIIe siècle. En 1786, une célèbre recette de lasagne intégrait dans sa sauce des amandes, des noisettes, du chocolat et des... anchois. À la même époque, le «foie au chocolat» faisait un malheur dans la région alpine de Trente.

Pour les audacieux, Le Soleil dévoile en primeur cette recette, longtemps reléguée aux oubliettes de l'histoire. «Roulez le foie dans le chocolat. Saupoudrez de farine. Roulez à nouveau la chose enfarinée dans le chocolat. Faites frire.»

Un géant endormi

Plus sérieusement, il semble que la production de cacao affronte une «tempête parfaite», comme disent les anglophones. Mais quand on y regarde de près, on constate que les grands du chocolat ont contribué à leur propre malheur.

Au risque d'être accusé de cabotinage, il faut constater que le cacao est à l'agriculture mondiale ce que le pont de Québec est au transport québécois. Une gloire du passé, longtemps négligée, dont la détérioration lente attire périodiquement l'attention.

Dans une entrevue au quotidien français Les Échos, le président de la Fondation mondiale du cacao, Barry Parkin, résume la situation. «Depuis les années 30, le rendement moyen d'un champ de maïs est passé de 500 kilos à trois tonnes à l'hectare. Dans le cacao, on est bloqué à 400 kilos depuis 80 ans.»

Deux pays africains, la Côte d'Ivoire et le Ghana, produisent plus de 55 % de la production mondiale. Pourtant, dans ce berceau du chocolat, la culture du caoutchouc rapporte désormais quatre ou cinq fois plus que celle du cacao. Résultat, des milliers d'agriculteurs arrachent leurs cacaoyers pour planter des arbres à caoutchouc.

Pour les quelque cinq millions de petits cultivateurs, responsables de 90 % de la production mondiale, le cacao rime souvent avec pauvreté. En moyenne, selon Oxfam, ceux-là ne reçoivent que 3 % sur le prix de vente d'une tablette de chocolat. Souvent, ils gagnent aussi peu que 80 sous par jour. Bref, ils ne profitent guère de l'explosion des prix...

Comment s'étonner si ceux-là ne pleurent pas forcément devant la disparition annoncée du chocolat à bas prix?

Le chocolat, comme le pétrole?

À quoi ressemblera le futur du chocolat? Faut-il déjà congédier le lapin de Pâques? Renvoyer se rhabiller tous les Cupidon en chocolat de la Saint-Valentin? Doit-on oublier la philosophie de boudoir de Forrest Gump, qui s'écriait: «La vie, c'est comme une boîte de chocolats: on ne sait jamais sur quoi on va tomber.»

Pas si vite. Cet automne, le marché du cacao pourrait connaître un léger répit, après une récolte d'automne record en Côte d'Ivoire, le plus gros producteur du monde. Malheureusement, selon les analystes du Business Monitor International, l'embellie ne durera pas. Dès l'an prochain, les experts rabat-joie prédisent que la production devrait recommencer à péricliter.

En Afrique, la production est menacée par plusieurs maladies qui ravagent les plantations. À lui seul, le virus de la maladie du cacaoyer (Cocoa Swollen Shoot Virus) a tué des millions d'arbres au Ghana durant les dernières décennies. À la fin, quand le virus a terminé son oeuvre, on dirait que les arbres ont été calcinés par un incendie de forêt.

Même le climat semble vouloir en découdre avec le chocolat. Selon le Centre international d'agriculture tropical, les zones privilégiées du cacao seront durement touchées par un éventuel réchauffement climatique, d'ici 2050. Il est question de chaleur plus intense et de périodes de sécheresse plus longue. Rien de rassurant quand on sait à quel point le cacaoyer constitue un arbre capricieux.

L'âme du chocolat

Mais tout n'est pas complètement noir sur la planète chocolat.

L'industrie a fini par sortir (un peu) de sa torpeur. En mai, les 12 plus grands groupes du monde se sont réunis pour former CocoaAction. Ils proposent tout à la fois de lutter contre les maladies, d'augmenter la production et d'améliorer les conditions de vie des petits cultivateurs. Un chantier immense. Mais ne dit-on pas que mieux vaut tard que jamais?

Un peu partout, la science est appelée à la rescousse. En Afrique, des agronomes vantent les prouesses de nouvelles lignées de supercacaoyers, capables de produire sept fois plus de cacao. Seule ombre au tableau, il semble que les fruits n'ont pas toujours la saveur désirée. Au point où certains craignent que le chocolat perde son âme.

«L'industrie fait de grands efforts pour faire du chocolat un produit abondant et accessible», analyse Mark Schatzker, un analyste de l'agence Bloomberg. «Le danger, en faisant cela, c'est qu'on rende le chocolat [...] aussi fade et insipide que les fraises vendues en épicerie durant l'hiver.»

Les mauvaises langues ajouteront que votre oncle Hector ne fera peut-être pas la différence entre le chocolat du futur et celui d'aujourd'hui. Mais comme Monsieur a déjà confondu le combustible du brûleur à fondue avec sa tequila, est-ce vraiment une référence?

En attendant la suite, le mot de la fin appartient à l'humoriste américaine Sandra Boynton, pour sa déclaration d'amour au chocolat authentique. «Le fruit du caroubier donne une poudre brunâtre que plusieurs considèrent comme un substitut adéquat pour le chocolat, sous prétexte qu'il contient du calcium et du phosphore, disait-elle. Ces gens nous disent aussi qu'en mélangeant cette poudre avec du gras végétal et du sucre, on finit par obtenir un produit ayant la consistance et la couleur du chocolat. Mais quand on y pense, on peut faire la même démonstration avec n'importe quel type de poussière, y compris avec les "minous" que les courants d'air font balader en dessous de votre lit.»

Sur la planète chocolat

Production mondiale de cacao en 2013

- Afrique: 71,9%

- Amérique latine: 15,8%

- Asie et Océanie: 12,3%

Source: Organisation internationale du cacao (ICCO)

***

Chiffres en vrac

3 %: en moyenne, la part que reçoit le petit cultivateur sur le prix d'une tablette de chocolat (Source: Oxfam);

93 G $: chiffre d'affaires de l'industrie du chocolat, en 2013;

60 %: augmentation du prix du cacao, depuis 2012;

4,1 M de tonnes production mondiale de cacao, en 2013;

55 %: pourcentage du cacao mondial produit par la Côte d'Ivoire et le Ghana;

32 %: augmentation de la consommation de cacao, depuis 10 ans;

***

La comparaison:

Consommation moyenne de chocolat par habitant (2013)

- Suisse: 11,9 kilos;

- Irlande: 9,9 kilos;

- Grande-Bretagne: 9,5 kilos;

- Autriche: 8,3 kilos;

- Belgique: 8,3 kilos;

- Allemagne: 8,2 kilos;

- Norvège: 8 kilos;

- Danemark: 7,5 kilos;

- Canada: 6,4 kilos

- France: 6,3 kilos

- Chine: 0,1 kilo.

Sources Sources Leatherhead Food Research / Confectionerynews

Trois questions sérieuses sur le cacao

1. Comment appelle-t-on les gros fruits du cacaoyer, qui ont un peu la forme d'un ballon de football américain?

a) Les calebasses

b) Les carabosses

c) Les cabosses

d) Les cabochonnes

2. Le 15 août 1502, lors de son quatrième voyage en Amérique, Christophe Colomb intercepte des pirogues mayas sur lesquelles il découvre des graines de cacao. Du jamais-vu pour les Européens. Pourquoi les commerçants avaient-ils emporté les graines avec eux?

a) Elles étaient utilisées comme combustible.

b) Elles servaient de monnaie.

c) Elles permettaient de se confectionner des boissons chaudes.

d) Toutes ces réponses.

3. Le cacaoyer est un arbre très capricieux. Parmi les caractéristiques suivantes, laquelle ne peut pas lui être attribuée?

a) Il ne donne que très rarement des fruits avant trois ans.

b) Il ne survit guère au-delà du 20e parallèle, que ce soit au nord ou au sud de l'équateur.

c) Il ne tolère pas l'ombre.

d) Il craint toute température inférieure à 10 degrés.

Réponses: 1 : c); 2 : b); 3 : c)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer