Marilou et 3 fois par jour: d'amour et de bouffe fraîche...

Crème de betteraves et beurre d'amande... (Photo Alexandre Champagne, tirée du livre 3 fois par jour)

Agrandir

Crème de betteraves et beurre d'amande

Photo Alexandre Champagne, tirée du livre 3 fois par jour

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Trois mille exemplaires de 3 fois par jour écoulés en prévente, un premier tirage de 30 000 livres. En édition, on parle de best-seller. Plus qu'une auteure de blogue, Marilou, c'est un phénomène. Rencontre avec une fille (et son chum!) qui refuse d'être blasée.

Marilou et Alexandre Champagne... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 1.0

Agrandir

Marilou et Alexandre Champagne

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

«Ils se rafraîchissent», indique le relationniste de presse lorsque la journaliste se pointe à l'entrevue. Marilou et Alexandre Champagne, complices dans la vie comme dans le cyberespace, ont passé les trois dernières heures à Laurier pour dédicacer le premier tome - «il y en aura un autre», confirment l'éditeur et les auteurs - de 3 fois par jour, un très beau livre de 90 recettes publié par Les Éditions Cardinal. Après l'entrevue de 30 minutes, le couple filera au Morrin Centre pour un lancement en présence d'invités, fans et médias. Les admirateurs en question, surtout des admiratrices, Le Soleil en croisera plusieurs, essentiellement des jeunes femmes pomponnées pour l'occasion, la vingtaine pétillante. Dans la blogosphère foodie, Marilou représente l'amie - la best - qu'elles voudraient toutes avoir.

La Marilou des foodies

Dès le premier contact, la journaliste comprend. La jeune femme dégage en effet une fraîcheur et en même temps la lucidité d'une fille revenue sur terre. Marilou, la chanteuse, plusieurs l'ont connue à travers le petit écran (La fureur, spécial Céline), puis à la radio par son duo avec Gino Quilico. Après, elle passe en deuxième vitesse: interprétation de Fleur de Lys dans Notre-Dame de Paris (2005), projets solos. Sauf que. Et c'est là que la jeune femme décroche. En réalisant qu'elle ne deviendrait pas une Céline de la chanson, elle décide, en avril 2013, d'être la Marilou des foodies. «J'ai complètement lâché prise et décidé de créer le métier de mes rêves», confie-t-elle résiliente dans l'introduction du livre.

Aujourd'hui, ils sont nombreux à croire en elle. Quelques jours avant l'entrevue, le nombre d'abonnés à son blogue franchissait la barre des 300 000. Ni plus ni moins que les ligues majeures dont le chef de file est Ricardo. Avec ce dernier et Céline, ils sont maintenant trois à se faire aborder par leur prénom. Une marque en soi.

Dans le cas de Marilou, «la machine» derrière elle est encore assez légère. L'éditeur Antoine Ross Trempe indique qu'elle répond encore à tous ses messages personnellement. «La célébrité ne fait pas avancer. C'est tout le contraire», estime la jeune femme, très en contrôle, appuyée par son conjoint Alexandre Champagne, qui a photographié l'ouvrage. «Notre objectif était d'immortaliser ce qu'on a commencé avec le blogue», glisse-t-il avant de reprendre sur l'aspect «héritage» du livre.

«Manger, c'est se rassembler autour d'une table, dans l'allégresse.» «Ah, l'allégresse, un beau mot», le taquine sa douce.

Vaincre le désordre alimentaire

Pourtant manger, ne serait-ce que pour combler des besoins essentiels, n'a pas toujours été synonyme de plaisir pour Marilou. Elle ne s'en cache pas, ce qui est à la fois courageux et paradoxal dans un livre de recettes. «J'ai souffert de désordre alimentaire. "Ma mission" est d'aider les autres qui en souffrent toujours pour venir à bout de ce combat-là. [...] J'étais écoeurée de voir des filles et des gars au régime.» «C'est plus grand que nous», ajoute Alexandre Champagne. La réplique semblerait sortie d'un film de série B pour ado si ce n'était de la sincérité du ton. Difficile d'être contre la vertu et la positivité de ces jeunes mariés.

«Avec le livre, je voulais aussi dire aux gens: arrêtez de stresser avec la nourriture. Si vous ne réussissez pas toujours vos plats, ce n'est pas grave. Les personnes avec qui vous les partagez vous aiment. Apprenez plutôt à en rire [des faux pas aux fourneaux].» Marilou prend pour exemple les pâtes à la Gigi d'une amie lors d'un souper de fête. «Ces pâtes étaient infectes, mais on a ri.»

Chef, cuisinière et quoi encore, Marilou?

«Je suis comme 90 % des gens, un "faux chef" qui sait très bien cuisiner. [...] Les commentaires de la part de "vrais" chefs sont positifs. "Tu aides le monde à mieux manger. [...] En te lisant, ils développent leur goût et sortent plus au resto"», énumère Marilou qui, forte de sa cote d'amour, préfère passer par-dessus les rares commentaires négatifs qui viennent du public. Son chum, Alexandre, demande même de ne pas le mentionner. «Ça ne sert à rien. Vaut mieux laisser aller.» Lui, comment se perçoit-il derrière un comptoir? «Je ne suis pas au niveau de Marilou. Je m'occupe du lavage de la vaisselle.» Marilou rétorque: «Il remplit le lave-vaisselle»...

Si le couple avait un dernier repas à choisir, quel serait-il?

Marilou: «Un bon tartare de saumon. J'aime particulièrement les poissons et fruits de mer. J'adore la paëlla.»

Alexandre Champagne: «Le gâteau au chocolat de Marilou [avec de la mayonnaise dedans, d'où la pâte ultramoelleuse]. Tu finis ça [ta vie] sur un classique.» Il cite alors le projet de montage photos de Henry Hargreaves. L'artiste a reproduit et photographié pour son projet No Seconds les derniers repas de meurtriers comme Ted Bundy. Bundy est passé de l'autre côté après un steak & egg. Pour consulter les photos, rendez-vous à henryhargreaves.com/no-seconds. Stéphanie Bois-Houde (collaboration spéciale)

Marilou, la fille et son blogue en quelques mots

>> 300 000 abonnés à son blogue 3 fois par jour (www.troisfoisparjour.com)

>> Première recette publiée: Granola maison aux fruits, noix et érable

>>Sa tomate de prédilection: la San Marzano (pour les soupes et les pâtes). Plus chère, mais meilleure que du bonbon.

>> Viande ou quinoa: plus quinoa et poissons. Elle consomme de manière responsable et en petite quantité de la viande. Sa faveur va au mijoté et aux chairs très tendres.

****

S'organiser et gagner du temps selon Marilou

>> Réduire en purée avec un peu de jus de citron les avocats mûrs et congeler la préparation dans des moules à glaçons. Parfait pour les smoothies.

>> Préparer du granola maison le conserver dans un contenant hermétique jusqu'à un mois.

>> Congeler des burritos (tortilla garnie d'un mélange d'oeufs, fèves noires, fromages Monterey Jack) pour les matins pressés et les lunchs sur le pouce.

>> S'autoriser à acheter un poulet cuit à l'épicerie et le décliner en différentes recettes.

>> Monter la vinaigrette César au robot. Elle sera d'une texture p.a.r.fa.i.t.e.

>> Remplacer le poisson par du tofu ferme, préalablement mariné dans de la sauce soya, pour un fish & chips végé.

>> Précuire l'équivalent d'une miniboulette pour vérifier et rectifier l'assaisonnement d'une recette de boulettes.

>> Revoir la présentation des salades en regroupant les ingrédients par famille dans le bol - c'est joli!

>> Redorer le blason (ridiculisé un peu injustement) du sandwich pas de croûte avec son «bar à sandwichs» de luxe (crevettes nordiques, saumon, poulet au cari, etc.).

****

3 fois par jour. Premier tome, l'avis du Soleil

Esthétiquement, c'est un ouvrage à classer parmi les «beaux livres» de cuisine (Les Touilleurs, Le carnet rouge de Josée di Stasio, Les nouveaux classiques de Donna Hay, etc.). Papier épais et doux, photo sublime de porn-food où un pain en gros plan devient objet de désir, en plein le genre d'ouvrage à feuilleter à l'infini qu'on passe à l'acte (en cuisine!) ou pas. En plus, les recettes répondent aux besoins d'aujourd'hui: (à réciter sur le ton d'une litanie à la Michel Tremblay et ses belles-soeurs): sans gluten, sans lactose, végétariennes, crues, pour recevoir, à offrir, économiques... Encore plus essentiel, ce livre donne l'eau à la bouche et l'envie très sincère de bien manger. À ce prix-là, je prédis une réédition...

ALEXANDRE CHAMPAGNE et MARILOU. 3 fois par jour - Premier tome, Les Éditions Cardinal, 256 p. 34,95 $

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer