18 mois de prison pour une fraudeuse de syndicat

Nadine Girard a reconnu avoir fraudé le Syndicat des... (tirée de Facebook)

Agrandir

Nadine Girard a reconnu avoir fraudé le Syndicat des éducateurs et des professionnels du Centre jeunesse de Québec pour près de 280 000 $.

tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Manipulatrice et organisée, l'ex-trésorière Nadine Girard a réussi à frauder le Syndicat des éducateurs et des professionnels du Centre jeunesse de Québec pour près de 280 000 $. Son crime lui vaut une peine de 18 mois de prison.

Poursuivie au civil par le syndicat et la CSN, la femme de Saint-Étienne-de-Lauzon a reconnu avoir détourné à son profit environ 500 000 $ en sept ans.

Les policiers et la Couronne détenaient de la preuve, soit des fausses pièces justificatives, pour un peu plus de la moitié du total. C'est donc pour cette somme que Nadine Girard a reconnu sa culpabilité au printemps.

Rigoureuse et fiable, Nadine Girard, mère de famille aujourd'hui âgée de 44 ans, avait toute la confiance de son exécutif syndical et des membres.

À l'été 2008, elle a commencé à faire des réclamations de salaire injustifiées et à émettre des chèques du syndicat en son nom pour des dépenses jamais encourues.

Les montants fraudés, de 20 000 $ la première année, ont grimpé à 150 000 $ annuellement à la fin du manège.

Chaque année, Nadine Girard présentait au comité de vérification des livres comptables «dorés», selon l'expression de la procureure de la Couronne Me Joanne Tourville. Impossible, pour le comité, d'avoir un portrait véridique de la santé financière du syndicat.

Il aura fallu les soupçons de la nouvelle présidente du syndicat, qui constatait notamment l'émission de chèque sans provision, pour qu'un enquêteur mette son nez dans les finances et découvre le pot aux roses.

Nadine Girard a immédiatement avoué, mais soutenait avoir fraudé seulement pour 17 000 $.

La femme sans antécédent judiciaire dit avoir commis les crimes parce que sa famille vivait des difficultés financières.

Le juge Michel L. Auger lui a toutefois fait remarquer qu'elle avait commencé à détourner l'argent du syndicat en 2008, soit deux ans avant que son mari ne perde son emploi.

Nadine Girard a depuis fait faillite et entrepris une thérapie. Elle a dit regretter énormément ses crimes

Remboursement illusoire

Le juge a accepté la suggestion de peine faite par la procureure de la Couronne et l'avocat de défense, Me Jean-François Boucher. Avant de proposer 18 mois de détention, les deux avocats ont examiné plusieurs causes antérieures, notamment celle de l'ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault, condamnée à la même période de détention pour une fraude encore plus élevée.

Nadine Girard a été condamnée, dans le jugement civil, à rembourser en totalité le demi-million de dollars fraudé. Elle n'a pour l'instant remboursé que 10 000 $.

Le juge Michel L. Auger s'est désolé du fait que les membres du syndicat ne reverront probablement jamais la couleur de leur argent. «À moins que vous ne gagniez à la loterie, le remboursement au syndicat est illusoire», regrette le juge.

Après sa peine, Nadine Girard sera en probation pour trois ans. Durant cette période, il lui sera interdit d'avoir un emploi où elle doit gérer de l'argent.

Nadine Girard était à l'emploi du Centre jeunesse depuis 1994 et elle gagnait 58 000 $ par année.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer