20 mois pour le pédophile qui s'est livré à la police

Le juge René de la Sablonnière a imposé mercredi une peine de 20 mois de prison... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le juge René de la Sablonnière a imposé mercredi une peine de 20 mois de prison à Léo Dumont, qui s'était lui-même livré à la police en affirmant qu'il était pédophile.

L'histoire du résident de Québec âgé de 57 ans est plutôt particulière. Il a plaidé coupable à six accusations d'attouchements à la poitrine, aux cuisses et aux parties génitales de deux fillettes de 3 à 10 ans de 1988 à 2011.

Les membres des familles des victimes étaient au courant de certains des gestes posés et avaient confronté Dumont à quelques reprises. Celui-ci avait promis de se livrer aux policiers, une promesse qu'il tardait toutefois à remplir.

En novembre 2015, les victimes et leurs familles ont cependant menacé de porter plainte aux policiers si Dumont ne se livrait pas comme il l'avait promis. C'est là que le quinquagénaire a finalement décidé de se rendre au poste de police et d'avouer ses crimes. Les enquêteurs ont ensuite communiqué avec les victimes pour avoir leurs versions.

Malgré ses aveux, sa collaboration avec les policiers et son plaidoyer de culpabilité, le juge de la Sablonnière a imposé une peine plus près des deux ans de prison que réclamait la Couronne que de l'année demandée par la défense. C'est que le rapport présentenciel de Dumont était plutôt accablant, son récit étant truffé d'informations qualifiées de «loufoques» par l'agent de probation, qui considère également Dumont comme un menteur pathologique. 

«Dans les hautes sphères du monde interlope»

Dumont, qui était sans antécédent judiciaire, déclarait, entre autres, avoir été dans les hautes sphères du monde interlope durant son enfance et son adolescence, mais disait s'être rangé depuis... 

«Il est difficile de se prononcer sur le risque de récidive en raison des informations peu crédibles données par monsieur. Son potentiel de réinsertion apparaît pauvre et je doute de son aptitude à respecter ses conditions», a déclaré le juge en citant le rapport présentenciel.

Il a donc imposé une peine de 20 mois de prison assortie d'une ordonnance de probation de trois ans à Dumont, qui devra aussi, pour une période de 10 ans, s'abstenir de se trouver dans des endroits où risquent de se trouver des jeunes de moins de 16 ans, s'abstenir d'être en contact avec des jeunes de moins de 16 ans sauf en présence d'adultes qui connaissent son passé judiciaire et s'abstenir d'utiliser un ordinateur pour contacter des moins de 16 ans.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer