Petite commotion autour du sauvetage d'un chien laissé à la chaleur

Une employée de l'Enfant-Jésus a emmené le chien... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Une employée de l'Enfant-Jésus a emmené le chien mal en point dans l'hôpital pour lui donner de l'eau et de la nourriture.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Une intervention de la police de Québec jeudi pour un chien laissé pendant quelques heures à la chaleur dans une automobile s'est finalement réglée sans qu'une amende ne soit remise au propriétaire de l'animal... ni à la dame qui l'avait secouru.

«Nous aimerions rappeler à la population que la première chose à faire lorsqu'on voit un animal dans une telle situation est de contacter la police», indique l'agent David Poitras, porte-parole du Service de police de la Ville de Québec.

Tout avait débuté quand France Dorval, une employée de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus, et un collègue de travail avaient vu un chien dans un véhicule stationné sur la rue de Fondville en allant dîner vers 11h30. Ils ont constaté que l'animal était toujours là à leur retour vers 13h26 alors qu'il faisait 27 °C.

«À notre retour, le chien était écrasé au fond de l'auto. C'était comme un four à l'intérieur!» explique-t-elle au Soleil. La dame a alors entrepris de sortir le chien de sa fâcheuse position en forçant la fenêtre de la voiture, qui était entrouverte. Elle a ensuite contacté la police, puis le service de contrôle animalier Les Fidèles Moustachus.

«Nous attendions et nous avons finalement décidé d'entrer dans l'hôpital pour donner de l'eau et de la nourriture au chien, qui était très faible et très maigre. Si j'avais attendu, je crois qu'il serait mort», poursuit-elle.

Pendant ce temps, les Fidèles Moustachus ont rappelé Mme Dorval, lui indiquant qu'ils ne pourraient prendre le chien en charge parce qu'elle l'avait pris dans la voiture d'une autre personne sans y être autorisée. 

Entre temps, le propriétaire de l'animal est sorti de l'hôpital et a constaté que Mme Dorval avait son chien dans les bras. Elle a toutefois refusé de redonner l'animal à son propriétaire, affirmant qu'elle l'avait sauvé et qu'elle le remettrait plutôt aux policiers, ce qu'elle a fait lors de l'arrivée des patrouilleurs.

Pas d'incidence criminelle

L'agent Poitras a corroboré la version de Mme Dorval en apportant toutefois quelques bémols sur la condition du chien. «Nous avons avisé la dame de nous contacter à l'avenir quand elle verrait une situation semblable et nous lui avons expliqué que le propriétaire avait le plein droit de récupérer son animal.»

Le chien a donc été remis à son propriétaire et aucune amende ne lui a été imposée. «Nous l'avons cependant sensibilisé à la réglementation municipale qui stipule que le bien-être et la sécurité d'un animal ne doivent pas être compromis, par exemple en le laissant dans une voiture pour une longue période durant une journée chaude.»

«Ce n'est tout de même pas un cas de cruauté animale», précise cependant M. Poitras, insistant pour dire que le chien n'était pas du tout «dans un état lamentable» lors de l'intervention des policiers. 

«Il n'y a eu non plus aucune amende contre les deux personnes qui ont saisi le chien et c'est un dossier qui n'a eu aucune incidence criminelle. Il est cependant bon de rappeler que la façon de procéder dans une telle situation est d'attendre l'arrivée des policiers», conclut l'agent Poitras.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer