Agressions sexuelles: Robin condamné à 42 mois de prison

Jean-Claude Robin, 71 ans, les traits marqués par... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Jean-Claude Robin, 71 ans, les traits marqués par un accident cérébro-vasculaire, a choisi ses victimes pour leur vulnérabilité, parce qu'elles étaient incapables de le dénoncer.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jean-Claude Robin est un agresseur sexuel prudent; il a choisi des victimes qui ne parlent plus et ne peuvent pas se défendre. Il a choisi les résidentes les plus vulnérables du CHSLD Champlain-Chanoine-Audet.

L'homme de 71 ans, les traits marqués par un accident cérébro-vasculaire, a été condamné jeudi à 42 mois de pénitencier pour avoir agressé sexuellement cinq résidentes du CHSLD de Saint-Romuald, des dames âgées entre 80 et 89 ans. 

Deux filles de victimes, assises le plus loin possible de l'agresseur en fauteuil roulant, ont assisté à la présentation de la suggestion de peine au juge Christian Boulet de la Cour du Québec.

La peine vient aussi punir une action indécente commise sur l'agente de sécurité embauchée pour surveiller Robin.

Jean-Claude Robin est arrivé le 8 mai 2015 au CHSLD de Champlain-Chanoine-Audet. Il a commencé à faire des attouchements aux seins d'une victime dès les premières semaines. Trois autres ont subi le même traitement. Robin a touché une cinquième victime sous sa jupe, glissant sa main à l'intérieur de la culotte d'incontinence.

En 15 mois, il a commis une dizaine d'agressions sexuelles sur cinq résidentes et a commis neuf intrusions dans les chambres.

Infirmières au courant

Selon l'affidavit policier joint au dossier de la cour, les infirmières et la direction du CHSLD étaient au courant des agressions, mais se sont contentées de les inscrire dans le dossier des victimes et du suspect. 

La direction a ajouté de la surveillance autour de Robin pour faire cesser ses agissements.

Le CHSLD a porté plainte à la police de Lévis seulement en juillet 2016 lorsque le septuagénaire a interpellé une fillette en lui demandant de le suivre dans sa chambre pour recevoir un cadeau.

Les enquêteurs ont eu besoin d'obtenir une ordonnance de la cour afin que le CHSLD leur transmette certains renseignements nécessaires à leur investigation.

Peu de remords

Jean-Claude Robin a plaidé coupable aux agressions en mars dernier.

Les spécialistes qui l'ont rencontré constatent que l'homme a peu de remords et d'empathie. Il s'est défendu en disant que les victimes appréciaient les gestes puisqu'elles souriaient.

La procureure de la Couronne Me Valérie Lahaie a insisté sur le fort risque de récidive de l'individu. Après sa peine de 42 mois, dont il reste 26 mois à purger, Robin, citoyen sous tutelle, retournera dans le réseau des CHSLD, fait remarquer Me Lahaie.

Le septuagénaire a choisi ses victimes pour leur vulnérabilité, parce qu'elles étaient incapables de le dénoncer, rappelle la procureure. «Il est à risque de faire d'autres victimes», plaide-t-elle. Robin sera inscrit au registre des délinquants sexuels pour le reste de sa vie.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer