Inconduite sexuelle: pas d'accusation contre Pierre Paradis

Pierre Paradis en avril 2016... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Pierre Paradis en avril 2016

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

L'ex-ministre de l'Agriculture Pierre Paradis est finalement blanchi des allégations d'inconduite sexuelle qui pesaient contre lui.

Il ne devra donc répondre d'aucune accusation criminelle.

Il reste maintenant à savoir si l'ex-ministre libéral et député de Brome-Missisquoi pourra être réintégré dans le caucus libéral et au conseil des ministres.

M. Paradis est en congé de maladie prolongé, depuis maintenant six mois, à la suite d'une vilaine commotion cérébrale qui a laissé d'importantes séquelles.

À la suite du dossier d'enquête mené par la Sûreté du Québec, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a conclu lundi que la preuve n'était pas suffisante pour porter des accusations contre M. Paradis.

Une ancienne employée de cabinet de M. Paradis avait porté plainte contre lui, alléguant qu'il lui avait fait subir des gestes à caractère sexuel sur les lieux de travail.

«Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) n'est pas raisonnablement convaincu de pouvoir établir la culpabilité de cette personne», a indiqué par voie de communiqué le DPCP, lundi, en parlant de M. Paradis.

«En conséquence, aucune accusation criminelle ne sera déposée dans ce dossier», ajoute le DPCP.

En principe, la voie est donc libre pour que M. Paradis retrouve sa place au sein de l'équipe libérale.

Depuis qu'il a été exclu du conseil des ministres et du caucus libéral et depuis qu'il est en congé de maladie, en janvier dernier, M. Paradis n'a jamais pris la parole publiquement, ne s'est jamais expliqué sur les allégations, et n'a jamais remis les pieds à l'Assemblée nationale.

Des sources indiquent qu'il va mieux, mais que la récupération est lente.

La plaignante a été mise au courant de la décision du DPCP, qui rappelle qu'en droit criminel «le fardeau de la preuve que doit satisfaire la poursuite est très exigeant».




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer