Jean-François Roy, malade ou menteur?

Pendant l'interrogatoire, Jean-François Roy s'est placé derrière l'enquêteur... (Image tirée de l'interrogatoire)

Agrandir

Pendant l'interrogatoire, Jean-François Roy s'est placé derrière l'enquêteur Sylvain Jean afin de lui montrer comment il a présumément attaqué Hygin Veilleux, le 7 novembre 2014.

Image tirée de l'interrogatoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Croyez-le, il est malade. Ne le croyez pas, il vous ment.

Les procès devant jury ne sont jamais aussi excitants qu'au cinéma. Trop de pauses, pas assez de rebondissements. Sauf à l'étape des plaidoiries, où la tension monte d'un cran.

Jean-François Roy, accusé du meurtre du chauffeur de taxi Hygin Veilleux, attend l'entrée en scène des avocats. 

La mâchoire serrée, l'homme de 33 ans fixe le vide. Une minute plus tard, il dépose son visage contre ses mains jointes devant lui.

Comme il a présenté une défense, son avocat, Me Gabriel Michaud-Brière, sera le premier à plaider.

Rien dans ce qu'il dira, ou dans ce que dira le procureur de la Couronne, ne constituera de la preuve.

Mais, c'est l'ultime occasion pour les deux avocats de s'adresser aux huit hommes et quatre femmes du jury.

Les sourires sont plus nerveux, les gorgées d'eau s'enfilent plus rapidement.

Comme c'est la coutume, l'avocat de défense commence par remercier les membres du jury au nom de son client.

Très rapidement, Me Gabriel Michaud-Brière attaque de front la principale faille de sa défense; le fait que sa propre experte psychiatre rejette la conclusion de non-responsabilité pour cause de troubles mentaux. La Dre France Proulx estime toutefois que Jean-François Roy était en psychose au moment de l'attaque. Une psychose causée par son trouble mental ou par une consommation de cannabis. 

D'une voix rassurante, Me Gabriel Michaud-Brière maintient sa position; son client doit être déclaré criminellement non-responsable en raison de son trouble de personnalité limite avec traits antisociaux.

Sans ce trouble mental et l'interruption de sa médication, jamais Roy n'aurait été plongé dans une anxiété extrême au départ de sa mère et jamais il n'aurait eu cette idée délirante de tuer un chauffeur de taxi pour prouver sa valeur comme voleur international, plaide l'avocat de défense. «C'est complètement tordu comme idée, fait valoir l'avocat. Ça n'a rien d'une quête identitaire.»

Plaidoirie de la couronne

Le procureur de la Couronne Me François Godin dispose quelques feuilles sur le lutrin, mais les oublie aussitôt.

Il ne plaide pas; il jase avec les jurés, ponctuant ses phrases de gestes pour mieux retenir leur attention. «Moi dans la vie, je garde ça simple et dans ce temps-là, on ne se trompe pas», conseille d'entrée de jeu le procureur de la Couronne.

La non-responsabilité criminelle et l'homicide involontaire peuvent être écartés dès le départ, estime le procureur de la Couronne. 

La théorie de la psychose ne tient tout simplement pas la route, lance Me Godin. Alors que la psychose crée habituellement des trous de mémoire et une altération des perceptions, Jean-François Roy se souvient en détail de son crime et est capable de le mimer pour l'enquêteur qui l'interroge. «C'est ce gars-là qui est en délire, qui n'est pas conscient de son environnement?», ironise le procureur de la Couronne.

Jean-François Roy a saisi son couteau de huit pouces et a porté des coups à la tête, au coeur et au poumon avec la claire intention de tuer le chauffeur de taxi de 73 ans, martèle Me Godin.

Un seul verdict est «logique» aux yeux du procureur; celui de meurtre au premier degré, soit commis de façon préméditée et de propos délibéré.

Les jurés entendront les directives du juge Louis Dionne mardi et commenceront à délibérer.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer