Rapido derrière les barreaux

Michaël Gagné a été arrêté en début de... (123RF)

Agrandir

Michaël Gagné a été arrêté en début de semaine

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il y avait deux Maxime Clavet-Ratté : l'électricien qui gagnait très bien sa vie dans une compagnie de systèmes d'alarme. Et le trafiquant, connu sous le nom de Rapido.

Clavet-Ratté, aujourd'hui âgé de 28 ans, se fait arrêter à Beauport par des patrouilleurs le 27 mars 2015, au volant de son rutilant Lancer de Mitsubishi.

Très nerveux, les mains tremblantes, le jeune homme bafouille une explication voulant qu'il arrive de l'épicerie où il a acheté les ingrédients pour faire le souper de sa blonde.

Les policiers, soupçonneux, le trouvent très loin de son domicile de Val-Bélair.

Lorsque Clavet-Ratté déplace un sac d'épicerie, les agents captent une odeur de marijuana.

Ils vont alors fouiller le véhicule et trouver, en plus du cannabis, de la cocaïne, des métamphétamines, de l'équipement de trafiquant et un poing américain à impulsion électrique.

Rapido a été arrêté, accusé et remis en liberté sous conditions.

Nombreux échanges

Le 10 mai 2016, alors qu'il est sous filature policière, Clavet-Ratté est intercepté à bord de sa voiture, sa copine à ses côtés, avec environ 12 000 comprimés de métamphétamines, 4,7 litres de GHB, de la cocaïne et des comprimés d'hydromorphone. Rapido avait aussi un pistolet à impulsion électrique.

Les policiers ont vu le couple faire de nombreux échanges dans le stationnement du Boston Pizza à Saint-Nicolas.

Les enquêteurs ont trouvé chez le trafiquant une liste de comptes qui laissent entrevoir des revenus de 64 000 $, pour le mois d'avril 2016 seulement. Ce montant était toutefois contesté par la défense.

Rapido, sans antécédent judiciaire, a plaidé coupable à possession et trafic de stupéfiants de mai 2014 à mai 2016. Le procureur de la Couronne, Me Marc Gosselin, et l'avocat de la défense, Me Simon Roy, se sont entendus pour suggérer une peine de quatre ans de pénitencier au juge Christian Boulet. 

Une fois soustraite la détention provisoire, il restera un peu plus de 28 mois à purger. 

La conjointe du trafiquant, elle, s'était vu imposer une peine de trois ans de pénitencier.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer