Procès pour viol collectif: les trois accusés déclarés coupables

Les trois accusés, Dominic Vézina, Pierre-François Blondeau et... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Les trois accusés, Dominic Vézina, Pierre-François Blondeau et Jean-Christophe Martin, ont pris le chemin du pénitencier.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Victoriaville) Le verdict était attendu au palais de justice de Victoriaville. Il est finalement tombé : les trois accusés de viol collectif sur une jeune femme de 15 ans ont été reconnus coupables par le jury.

Pierre-François Blondeau, 24 ans, Jean-Christophe Martin, 23 ans, et Dominic Vézina, 23 ans, sont entrés au palais de justice entourés de leurs proches samedi matin. Ils en sont ressortis menottes aux poings, tous trois condamnés pour agression sexuelle sur une personne de moins de 16 ans.

La décision du jury est toutefois nuancée, Jean-Christophe Martin et Dominic Vézina ayant été reconnus coupables d'agression sexuelle causant des lésions, un chef d'accusation pour lequel le chanteur Pierre-François Blondeau, alias Midaz, du duo Midaz Ellie, a été acquitté. C'est donc dire que Martin et Vézina sont passibles d'un emprisonnement minimal de cinq ans, ce qui représente la peine minimale pour cette infraction. Blondeau fait quant à lui face à une peine minimale d'un an.

Par ailleurs, le DJ Jean-Christophe Martin est le seul des trois jeunes hommes à s'être vu condamné pour agression sexuelle avec la participation d'une autre personne, chef d'accusation dont la peine minimale est également de cinq ans.

Neuf jours de délibérations

Vendredi soir, après neuf jours de délibérations, les membres du jury ont avisé le juge François Huot qu'ils étaient prêts à rendre leur verdict. À 10h samedi, devant une salle d'audience comble, le juré numéro 10 prononçait la décision. L'annonce du verdict a d'ailleurs été retransmise en direct par vidéoconférence dans une salle d'audience voisine afin que tous les citoyens présents puissent l'entendre.

Visiblement nerveux avant la tombée du verdict, les trois hommes de Québec, reclus dans le box des accusés, sont demeurés impassibles en apprenant leur condamnation. 

Leurs proches, eux, ont réagi beaucoup plus fortement, certains allant jusqu'à sortir en sanglots de la salle d'audience durant la lecture du verdict. Une femme a même dû être escortée par des ambulanciers présents sur place. Un des avocats de Pierre-François Blondeau, Me Julien Grégoire, s'est lui aussi montré émotif lorsqu'est tombé le verdict de culpabilité.

La victime, présente sur place, n'a pas souhaité commenter la décision du jury.

En toute fin de séance, le juge François Huot a remercié et félicité les membres du jury pour leur professionnalisme. S'en sont suivi des larmes chez plusieurs jurés.

Le juge a également ordonné l'incarcération immédiate des trois hommes, et a recommandé que ceux-ci soient détenus au centre de détention de Québec «tant et aussi longtemps que la peine n'aura pas été prononcée».

Réactions des proches

À la sortie des trois condamnés, des «je t'aime», «lâche pas, mon homme» et «on va toujours être là pour toi» se sont fait entendre dans la salle d'audience.

Les procédures se poursuivront le 19 mai, alors qu'une date pour les représentations sur la sentence sera déterminée.

La décision rendue par le jury samedi démontre que la défense n'est pas parvenue à soulever un doute raisonnable quant à la culpabilité de leurs clients. Durant le procès, les avocats de la défense ont tenté de discréditer le témoignage de la victime, qui disait avoir été «intoxiquée» par une substance mise dans son verre lors d'une soirée rave à Victoriaville en octobre 2014. Ils ont également fait valoir que les accusés croyaient être en présence d'une jeune femme de 18 ans, soit deux ans de plus que l'âge légal du consentement au Canada.

De son côté, la Couronne a misé sur les lésions subies par la victime, parmi lesquelles douleurs aux fesses, aux côtes, à l'anus, à la tête, hématomes aux seins, aux épaules, lésions aux petites lèvres vaginales et fissure de 2 à 3 mm accompagnée d'une enflure importante à l'anus.

«Parmi les quelque 75 trousses médico-légales [pour des agressions sexuelles] que j'aie faites durant ma carrière, ça a été l'une des deux plus difficiles», avait d'ailleurs témoigné la Dre Jacynthe Rousseau au cours du procès.

***

Les avocats de la défense n'ont pas voulu commenter la décision rendue par le jury samedi, mais Me Maxim Roy, représentant Jean-Christophe Martin, n'a pas exclu la possibilité de la porter en appel. Déjà, durant l'audience, la constitutionnalité de la peine minimale de cinq ans suivant une condamnation pour agression sexuelle sur une personne de moins de 16 ans causant des lésions a été remise en question par les avocats de la défense. Cette nouvelle mesure fait partie de la Loi sur la sécurité des rues et des communautés, adoptées en 2012 par le gouvernement de Stephen Harper.

Également, l'un des avocats de Pierre-François Blondeau, Julien Grégoire, a abordé le fait que le juré numéro 9 a été exclu de la délibération vendredi. Avant même que ne soit prononcé le verdict de culpabilité, Me Grégoire a demandé à ce que deux questions soient posées individuellement à chaque membre du jury de manière à «s'assurer de la validité du verdict» en éliminant toute possibilité que ceux-ci aient été influencés par le juré exclu.

Les raisons qui ont mené à l'exclusion du juré numéro 9 demeurent inconnues pour l'instant.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer