Cap-Santé: les mystérieuses carcasses d'animaux identifiées

Plusieurs craignaient qu'il s'agisse de carcasses de chiens,... (tirée de Facebook)

Agrandir

Plusieurs craignaient qu'il s'agisse de carcasses de chiens, résultat d'un cas de cruauté envers les animaux. Mais il s'agirait de coyotes, de renards, de pékans et de quelques ratons laveurs.

tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des coyotes, des renards, des pékans et quelques ratons laveurs. Mais aucun chien. Les 27 carcasses d'animaux retrouvées en bordure de la route 358 à Cap-Santé dans Portneuf ont finalement été identifiées.

La Sûreté du Québec a fait appel au ministère de la Faune pour déterminer la nature des carcasses d'animaux localisées dans un fossé longeant la bretelle de l'autoroute 40 menant à la route 358. Il faut dire que depuis une semaine, la nouvelle faisait grand bruit dans le secteur. Le 24 avril, une dame avait avisé la police de la découverte de 19 carcasses. Dimanche, un citoyen en trouvait huit autres.

Depuis, plusieurs craignaient qu'il s'agisse de carcasses de chiens, résultat d'un cas de cruauté envers les animaux. Ça ne semble pas être le cas. Du moins, rien ne le prouve. La sergente Hélène Nepton explique que les bêtes, dans un état avancé de décomposition, ont possiblement été laissées à cet endroit à l'automne ou dans le courant de l'hiver. «Présentement, nous n'avons aucun témoin», explique-t-elle.

Kathleen Marcotte, responsable de L'Arche de Kathleen, un refuge animal de Portneuf, était soulagée d'apprendre que les carcasses n'étaient pas celles de chiens. Il y a quelques années, il y avait eu dans le secteur un cas d'empoisonnement d'une vingtaine de chiens d'un même chenil.

Mardi, avant l'annonce de la SQ, elle émettait encore des réserves sur la race des animaux. «Nous avons frappé à toutes les portes depuis deux ans pour recenser les chenils. Une meute de 30 chiens qui disparaît, ça laisse des traces», lançait-elle.

Appel sur Facebook

Depuis la découverte des premiers cadavres la semaine dernière, elle avait lancé un message sur Facebook pour obtenir des informations qui permettraient de comprendre ce qui s'était passé, sans résultat.

On peut maintenant supposer que les bêtes ont été prises au piège. Il pourrait donc s'agir du geste délibéré d'un trappeur négligent. On ne sait pas si cette façon de faire respecte le règlement sur le piégeage.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer