9 mois de prison... 30 ans plus tard

Les gestes commis par Jean-Noël Synnett remontent au... (collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Les gestes commis par Jean-Noël Synnett remontent au milieu des années 80.

collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sainte-Anne-des-Monts) Jean-Noël Synnett passera neuf mois à l'ombre pour des délits à caractère sexuel commis sur une enfant, il y a trente ans, en Gaspésie. En entendant la sentence prononcée jeudi par le juge Richard Côté au palais de justice de Sainte-Anne-des-Monts, la victime a poussé un soupir de soulagement.

«Je pensais qu'il aurait seulement une tape sur les doigts ou une peine avec sursis à purger à la maison, a-t-elle réagi. Je suis satisfaite du jugement qui a été rendu et du processus qui a été rapide.»

Selon la victime, dont une ordonnance de non-publication nous interdit de l'identifier, cette dernière étape facilitera son processus de guérison. «Qu'il soit incarcéré, aujourd'hui, ça met un baume, a-t-elle indiqué, la voix étranglée par l'émotion. Je n'ai pas fait ça pour rien. Il y a un résultat.»

La directrice par intérim du Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) La Bôme Gaspésie a salué le courage de la victime. «Je suis très fière d'elle, a exprimé Annick Bouchard Beaulieu. Elle est une victime forte et résiliente.» 

Dans la salle d'audience, la victime était entourée de son conjoint et de ses parents, en plus des intervenantes du CALACS. Le juge Côté a rappelé les faits qui se sont produits de 1986 à 1988 à Cap-Chat, alors que sa victime était âgée de 12 et 13 ans. 

Le premier événement est survenu lorsque Synnett a frotté la vulve de sa victime avec son pied, alors qu'elle était assise à côté de lui. L'année suivante, il a mis sa main dans ses sous-vêtements pour la masturber. À sa demande, elle l'a aussi masturbé par-dessus son pantalon. Puis, une autre fois, l'homme a saisi la main de sa victime pour faire des gestes de va-et-vient sur son pénis. Il a aussi tenté de placer sa main dans le pantalon de celle-ci.

Impact sur la victime

Le 9 mars, Jean-Noël Synnett a été reconnu coupable d'agression sexuelle et d'incitation à des attouchements sexuels sur une enfant de moins de 14 ans. Le juge Côté a rappelé que la victime a été marquée par ces gestes et qu'elle a eu des idées suicidaires. Le magistrat a cependant tenu compte de l'absence d'antécédents judiciaires de l'accusé, aujourd'hui âgé de 59 ans, qui travaille dans le domaine de la construction. Il a également souligné qu'il est avec la même conjointe depuis 16 ans et qu'une fille est née de cette union. «Par contre, aucun élément nous laisse croire que l'accusé démontre des remords», a noté le juge.

La peine de neuf mois d'incarcération est accompagnée d'une période de probation de deux ans, assortie de plusieurs conditions. Synnett sera aussi inscrit à perpétuité au registre des délinquants sexuels.  Avec la collaboration spéciale de Geneviève Gélinas




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer