Coupable d'un viol lors d'une fin de semaine de prière

Palais de justice de Québec... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Palais de justice de Québec

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un homme de Saint-Hyacinthe écope d'une peine de trois ans de prison pour avoir violé une adolescente de 15 ans lors d'une fin de semaine de prière.

Diezere Ndayisiga, 26 ans, originaire du Burundi, était venu à Québec en juillet 2012 pour participer à un événement appelé La Croisade, organisé par son église protestante.

Selon la version de la jeune plaignante, crue par le juge Carol St-Cyr qui a déclaré l'accusé coupable, Ndayisiga a surgi dans sa chambre alors qu'elle faisait la sieste.

Il a remonté la longue jupe de l'adolescente de 15 ans, a déchiré sa petite culotte et l'a pénétré violemment.

La jeune fille a témoigné - péniblement - à la cour avoir tenté de repousser son agresseur avec des coups de pieds, lui rappelant à quel point la virginité était importante dans sa communauté. «Dans notre culture à nous, il faut que tu te gardes pour une seule personne», a-t-elle témoigné aux représentations sur la peine.

Après l'agression, Diezere Ndayisiga avait décidé de quitter immédiatement Québec, sans attendre la fin de l'événement religieux.

La jeune fille, en pleurs, a dénoncé l'agression à ses parents qui ont appelé la police. Le dossier judiciaire a été ouvert six mois plus tard. 

La victime a dû prendre de la médication et, durant plusieurs mois, vivre dans la crainte d'avoir contracté le VIH.

Une crise

Lors du procès, l'accusé avait présenté une version diamétralement opposée, alléguant que c'est lui qui avait été forcé d'avoir une relation sexuelle avec la jeune fille, plus grande et plus costaude que lui.

En considérant l'ensemble de la preuve, notamment les expertises médicales, le juge St-Cyr a considéré que la Couronne avait prouvé l'infraction hors de tout doute raisonnable.

Après l'annonce de la peine de trois ans, qui était pourtant une suggestion commune des parties, Diezere Ndayisiga s'est mis à hurler à l'injustice.  Déjà détenu et entouré des agents correctionnels, il a donné de violents coups de pieds dans la porte menant au secteur de la détention.

Le détenu a même tenté d'enjamber la rambarde pour se rapprocher du juge Carol St-Cyr, forçant l'intervention rapide des constables spéciaux.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer