Une dame grièvement blessée par ses chiens

Les policiers ont abattu le chien de type... (Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

Les policiers ont abattu le chien de type pitbull, et ont confiné l'autre, un boston terrier, dans un endroit clos avant de le maîtriser. Le pitbull est mort, tandis que l'autre a été pris en charge par un organisme qui vient en aide aux animaux abandonnés et qui fait affaire avec la Ville.

Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Saint-Jean-sur-Richelieu

Une femme de 64 ans a été attaquée lundi par ses propres chiens à Saint-Jean-sur-Richelieu, et devrait en garder des séquelles permanentes graves, selon la police.

La police a trouvé la femme ensanglantée, gisant dans la cour arrière d'un édifice à logements, qui est situé à proximité d'une école primaire. Un témoin avait appelé la police en début d'après-midi pour signaler qu'une femme se faisait attaquer par ses deux chiens.

Les policiers ont abattu le chien de type pitbull, et ont confiné l'autre, un boston terrier, dans un endroit clos avant de le maîtriser. Le pitbull est mort, tandis que l'autre a été pris en charge par un organisme qui vient en aide aux animaux abandonnés et qui fait affaire avec la Ville.

Un boston terrier... (Photothèque Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Un boston terrier

Photothèque Le Soleil

La femme, blessée au visage, à la tête et aux bras, a été rapidement transportée par ambulance à l'hôpital du Haut-Richelieu. Elle a ensuite été transférée dans un hôpital du centre-ville de Montréal.

Luc Tougas, porte-parole de la police de Saint-Jean-sur-Richelieu, a indiqué qu'il n'y avait pas eu d'appel à la police auparavant à cet endroit relativement à ces deux chiens, disant ignorer depuis combien de temps ils s'y trouvaient.

Aucune accusation criminelle possible

Selon ce que la police a appris, la femme - qui serait atteinte de la sclérose en plaques - habitait avec l'un de ses fils. Le pitbull aurait appartenu au fils, tandis qu'elle serait la propriétaire du boston terrier.

M. Tougas a dit croire qu'il n'y avait pas d'«accusation criminelle possible puisqu'il s'agit de ses propres chiens», affirmant qu'il s'agissait avant tout d'un événement «très triste et malheureux».

«Ça s'est fait rapidement, mais le chien était vraiment agressif. On parle de morsures au bras, de plaies ouvertes, de morsures au visage, de morsures aux oreilles. Il va y avoir de graves séquelles permanentes», a dit le porte-parole de la police.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer