L'orignal et le motoneigiste: la vraie histoire!

René Gosselin montre sa motoneige qui a été... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

René Gosselin montre sa motoneige qui a été endommagée par un orignal lundi soir à Château-Richer. L'homme a également eu quatre côtes fracturées.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malgré ses quatre côtes fracturées, René Gosselin n'en veut pas à l'orignal qui l'a blessé lundi soir sur un sentier de motoneige. Surtout que la bête ne s'en est pas pris à lui, mais plutôt à son véhicule.

M. Gosselin tenait à raconter au Soleil ce qu'il s'est réellement produit entre lui et le cervidé parce qu'il respecte profondément les animaux et souhaite que tout le monde en fasse autant. 

Il est donc sorti de chez lui, à Château-Richer, en motoneige lundi vers 19h15 pour se diriger vers les terres du Séminaire, véritable terrain de jeu des amateurs de ce sport d'hiver. Alors qu'il se trouvait à proximité de la barrière pour y entrer, c'est là qu'il s'est retrouvé face à face avec l'orignal. 

M. Gosselin, immobile, a élevé la voix pour inciter la bête à faire volte-face. L'animal a semblé obéir pour revenir immédiatement sur ses pas. «Il avançait dans ma direction. J'ai fait gronder mon moteur», mais sans succès. L'homme dans la cinquantaine, qui était descendu de son véhicule, a alors vu l'orignal accélérer la cadence, coucher ses oreilles et baisser la tête avant de charger sa motoneige. Mais ce faisant, il a blessé son conducteur qui se trouvait à côté parce qu'au deuxième élan, l'orignal a sauté en diagonale. «Son intention ce n'était pas moi, mais mon véhicule», répète René Gosselin. 

Mal en point, il s'est rendu tant bien que mal au relais qui se trouvait à proximité. C'est là qu'il a rencontré un autre motoneigiste qui dit avoir suivi le même orignal sur deux kilomètres parce que ce dernier ne voulait pas s'écarter du sentier. «Sans le vouloir, il l'a poussé dans ma direction», explique M. Gosselin. «C'est peut être pour ça qu'il est devenu agressif, il était tanné de voir des gens», avance-t-il. 

Encore prêt à attaquer

Les deux hommes sont repartis ensemble en direction de Château-Richer et ont une nouvelle fois revu la bête sur le chemin. Ils ont même dû éteindre leurs motoneiges à deux reprises puisque l'animal, qui ne semblait pas apprécier la compagnie, semblait encore prêt à attaquer. 

Finalement, René Gosselin a atteint son domicile non sans soulagement et c'est là qu'il a communiqué avec les services d'urgence pour être transporté à l'hôpital où les médecins lui ont diagnostiqué quatre côtes cassées dont une à deux endroits.

«Je ne l'ai pas provoqué, mais je sais qu'il y en a qui le font. Moi je leur dis: "il ne faut jamais oublier qu'ils sont chez eux!"» conclut M. Gosselin, persuadé que malgré son incident, motoneigistes et orignaux sont capables de «faire bon ménage».




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer