Michael Applebaum condamné à 12 mois de prison

L'ex-maire de Montréal par intérim, Michael Applebaum.... (Photo Paul Chiasson, PC)

Agrandir

L'ex-maire de Montréal par intérim, Michael Applebaum.

Photo Paul Chiasson, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sidhartha Banerjee
La Presse Canadienne
Montréal

Michael Applebaum, ex-maire de Montréal par intérim, a été condamné jeudi à une peine de 12 mois de prison ferme et à deux ans de probation après avoir été reconnu coupable de huit chefs d'accusation de fraude, d'abus de confiance et de complot, le 26 janvier.

Michael Applebaum, âgé de 54 ans, était menotté et a dit au juge qu'il serait un détenu modèle.

«Je réfléchirai à ce que j'ai fait dans le passé. Je réfléchirai aussi à ce que je vais faire dans l'avenir», a dit M. Applebaum, qui n'a pas témoigné à son procès.

«Je garantis que je serai un prisonnier modèle. Je serai une bonne personne et je ferai ce que j'ai à faire», a-t-il ajouté.

Il a également remercié sa famille «remarquable», promettant des jours meilleurs.

Son avocat, Pierre Teasdale, a affirmé aux journalistes que la peine était «conforme à ce qu'on pouvait s'attendre».

Questionné à savoir si son client s'attendait à être envoyé en prison, l'avocat a dit que Michael Applebaum «était prévenu que ce n'était pas exclu».

Les accusations étaient liées à des crimes survenus lors de la négociation de deux contrats distincts, de 2007 à 2010, alors que Michael Applebaum était maire de l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

Il a été reconnu coupable d'avoir accepté des pots-de-vin, par le biais d'un bras droit, en échange de faveurs accordées à des promoteurs immobiliers et des firmes de génie-conseil.

La juge Louise Provost a affirmé que le crime était «grave», car il comporte un «élément de corruption».

«Ce comportement répréhensible enfreint les valeurs fondamentales de notre société», a déclaré la magistrate.

«Le tribunal estime toutefois que l'accusé ne pourra probablement pas accéder dans l'avenir à un poste d'élu, réduisant ainsi les risques de récidive d'autant», a-t-elle ajouté.

La Couronne avait demandé une peine de deux ans, suivie d'une probation de la même durée, en janvier. L'avocat de Michael Applebaum recommandait plutôt une peine avec sursis ou une peine mixte qui aurait pu inclure du temps en probation, des travaux communautaires et des périodes d'emprisonnement non consécutives.

La peine maximale pour ses crimes était de cinq ans.

«La juge a insisté sur les critères de dénonciation, de dissuasion et d'exemplarité, les critères sur lesquels le ministère public avait plaidés afin de lancer un message clair et précis (...) sur le fait que la population n'accepte plus ce genre d'infractions», a affirmé aux journalistes la procureure de la Couronne, Nathalie Kleber.

Michael Applebaum a été maire de Montréal par intérim de novembre 2012 à juin 2013, après une longue carrière en politique municipale.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer