Exclusif

André Arthur et BLVD poursuivis pour 500 000 $

La querelle entre l'animateur André Arthur et Michel... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La querelle entre l'animateur André Arthur et Michel Juneau-Katsuya a commencé après l'attentat du 29 janvier au Centre culturel islamique de Québec, quand M. Juneau-Katsuya avait critiqué le travail des radios de Québec.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'animateur de radio André Arthur et son antenne, BLVD 102,1 (Leclerc Communication), font face à une poursuite d'un demi-million de dollars pour diffamation, a appris Le Soleil. 

La requête que nous avons consultée a été déposée en Cour supérieure vendredi par les avocats représentant Michel Juneau-Katsuya, ex-cadre des services secrets canadiens qui s'est recyclé dans le domaine de la protection des entreprises. Il est aussi connu pour les entrevues qu'il offre régulièrement à de nombreux médias.

Joint par Le Soleil, M. Juneau-Katsuya a limité ses commentaires. «M. Arthur a tenu des propos qui sont inappropriés», déclare-t-il. «Lorsqu'on a le privilège d'avoir un poste à la radio, il faut faire attention, il faut avoir un comportement professionnel, ce qu'il n'a pas eu. [...] Il n'a pas pris en compte les responsabilités qui viennent avec son poste d'animateur.»

C'est un commentaire livré par M. Juneau-Katsuya à la suite de l'attentat du 29 janvier au Centre culturel islamique de Québec qui est le prélude à cette poursuite. Il avait dénoncé le ton de certains animateurs de radio de Québec, leurs propos. Il avait même avancé que certains «ont du sang sur les mains».

André Arthur n'a pas apprécié. Il l'a vivement fait savoir à M. Juneau-Katsuya en ondes, durant l'émission de l'ex-députée Nathalie Normandeau, début février. «D'où vous sortez, vous, pour dire des affaires de même?» avait-il crié au micro. Il avait ensuite critiqué le fait que sa cible ait pris sa «retraite» des services secrets relativement jeune. «Vous avez été crissé dehors ou ben vous avez gagné à la loterie?» Michel Juneau-Katsuya avait répondu : «Vous pouvez m'insulter tant que vous voudrez...»

«J'ai rien que le goût de faire ça», l'avait interrompu Arthur, ajoutant : «Je ne veux pas parler à ce maudit fou-là.» On l'entendait ensuite quitter le studio, en direct. Il a plus tard convenu qu'il avait «flippé» ce jour-là. «J'étais hors de moi.»

Acharnement

La colère ne s'est toutefois pas apaisée. Et il l'a fait savoir à ses auditeurs à quelques occasions, usant de qualificatifs variés à l'endroit M. Juneau-Katsuya : «ancien boeuf de petite dimension», «supposé expert de la sécurité nationale», «apôtre des musulmans».

André Arthur a poursuivi sa charge laissant entendre que M. Juneau-Katsuya entretient des liens questionnables avec le «Moyen-Orient», qu'il répète des «âneries», qu'il n'est pas crédible, qu'il a «probablement plein d'agendas cachés» ...

L'animateur polémiste a, en outre, invité les médias à ne plus recourir aux services de Michel Juneau-Katsuya. Il a aussi identifié les parents de l'ex-agent secret durant son émission.

Toutes ces assertions sont dénoncées par les avocats du cabinet Jeansonne qui ont entrepris la poursuite contre l'animateur et sa station de radio. Ils soutiennent que «Arthur s'est lancé dans une campagne à l'encontre des demandeurs [Michel Juneau-Katsuya et son entreprise Northgate Group] visant à les insulter, les humilier et à les exposer à la haine et au mépris du public. Plus particulièrement le défendeur Arthur a affirmé [...] que les demandeurs étaient à la solde ou sous le contrôle de groupes terroristes islamistes. Ces propos sont faux».

Les juristes critiquent également Leclerc Communication pour avoir donné un micro à «un récidiviste notoire en matière de diffamation» et de ne pas l'avoir freiné quand il a parlé de M. Juneau-Katsuya.

L'animateur reste en poste

Sous le coup d'une poursuite de 500 000 $, André Arthur a le soutien de son employeur et garde son micro.

Contacté par Le Soleil lundi, Jean-François Leclerc, propriétaire de Leclerc Communication (BLVD 102,1 et WKND 91,9), venait de recevoir la réclamation contre l'animateur vedette. «Je suis au courant évidemment. Cependant je ne peux pas vous parler davantage. Tout ça a été envoyé à nos avocats, évidemment. Et à la demande de nos avocats, on ne peut pas commenter cette mise en demeure là, ou la poursuite.»

Allez-vous vous défendre? «C'est certain qu'on va s'en défendre. Mais je ne peux malheureusement pas vous en dire plus pour le moment.»

Entre-temps, M. Arthur reste en ondes? «Absolument.» Il a toujours votre confiance? «Absolument.» M. Leclerc a été moins affirmatif lorsque nous lui avons demandé s'il voyait dans cette poursuite une justification pour sanctionner son animateur? «Je vais réserver tout commentaire sur cette question-là pour l'instant. Ce n'est pas que je ne veux pas répondre. Ce n'est pas que je n'aimerais pas répondre. C'est que je vous en donnerais trop.»

«Je compte par contre vous revenir dans les meilleurs délais avec une réponse à cette mise en demeure et à la poursuite.»

Règlement possible

Va-t-il se rendre au tribunal pour défendre son animateur et la station? «Il est très tôt encore pour dire où tout ça va nous mener. [...] Ça suit son cours. Vous savez le processus judiciaire ce qui en est. Nos avocats nous ont dit de ne pas commenter cet après-midi. Dès qu'ils vont déterminer ce qu'on pourra vous dire dans les limites légales qui nous incombent, on pourra faire davantage de commentaires.»

Le litige pourrait-il se régler hors cour? «On ne sait jamais. Dans un procès, peu importe qui a tort, qui a raison, ça peut prendre toutes sortes de tangentes. Donc, je ne peux juste pas vous dire comment tout ça va se terminer malheureusement.»

Nous n'avons pas réussi à parler à André Arthur. Il y a un an, il avait été congédié par CHOI Radio X pour des propos controversés. BLVD l'avait repêché quelques mois plus tard.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer