Délit de fuite mortel: Dave Deschênes plaide coupable

L'accusé, Dave Deschênes, en compagnie de son avocat,... (Collaboration spéciale Steeve Paradis)

Agrandir

L'accusé, Dave Deschênes, en compagnie de son avocat, Me Christian Maltais.

Collaboration spéciale Steeve Paradis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>

(Baie-Comeau) Dave Deschênes ne subira finalement pas de procès. Plus de 30 mois après le tragique événement, le quadragénaire de Baie-Comeau a plaidé coupable hier à l'accusation de délit de fuite ayant causé la mort d'un jeune de 18 ans, Samuel Arsenault, en septembre 2014.

Deschênes est cependant acquitté de l'autre chef d'accusation qui pesait contre lui, celui de conduite dangereuse causant la mort, le ministère public n'ayant pas de preuve à présenter pour étayer sa cause.

Dave Deschênes a été accusé en juillet 2015, 10 mois après les événements. Quelques jours après l'accident, la Sûreté du Québec avait lancé au public afin d'obtenir des informations pour savoir ce qui s'était passé la nuit du 6 au 7 septembre 2014.

Cette nuit-là, vers 1h15, le jeune Arsenault a perdu le contrôle de sa motocyclette après avoir été heurté par l'arrière par le véhicule de l'accusé sur le boulevard Manicouagan. Selon un rappel des faits effectué par la Couronne, avec lequel la défense était d'accord, la victime et des amis se seraient montrés un peu bruyants avec leur motocross dans un quartier résidentiel, notamment en circulant sur une roue. Des appels pour excès de bruit ont d'ailleurs ont été logés au poste de Baie-Comeau de la SQ dans les minutes précédent l'impact.

L'accusé était lui aussi excédé du bruit. Il est sorti de son lit, a pris son véhicule, un utilitaire sport, et est parti aux trousses du jeune en motocross. Le contact fatal s'est produit sur le boulevard Manicouagan. Samuel Arsenault a perdu le contrôle de sa moto pour heurter le trottoir et un lampadaire. Son décès a été constaté à l'hôpital.

La juge Nathalie Aubry a demandé à Deschênes, comme le veut la loi, s'il était bien conscient que le fait de plaider coupable «c'est reconnaître ce qu'on vous reproche». Ce dernier a clairement répondu oui. Plusieurs membres de la famille de la jeune victime, dont sa mère et son père, étaient présents au palais de justice de Baie-Comeau.

Dave Deschênes reviendra devant la cour le 12 mai pour les représentations sur la peine. Il s'expose à une peine d'emprisonnement à perpétuité.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer