Vandalisme au Centre islamique de Rimouski

Au lendemain de l'attentat de Québec, le 30... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Au lendemain de l'attentat de Québec, le 30 janvier, le Centre islamique de Rimouski avait aussi fait l'objet d'une surveillance policière.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Rimouski) Le Centre islamique de Rimouski a été la cible de vandales dans la nuit de dimanche à lundi. Les malfaiteurs ont fracassé des oeufs sur les vitrines qui donnent sur la façade du lieu de culte.

La caméra de surveillance du bâtiment a capté les images de jeunes hommes qui sont d'abord venus pour regarder, par les vitres, à l'intérieur. Puis, quelques minutes plus tard, ils sont revenus lancer des oeufs. Les responsables du Centre ont déposé une plainte à la police.

La vidéo a été mise en ligne sur les réseaux sociaux par les responsables de la mosquée, mais la Sûreté du Québec (SQ) leur aurait demandé de la retirer afin de ne pas nuire à l'enquête. «Les policiers ont demandé qu'on garde ça secret pour que leur enquête puisse progresser», confirme Hamza Djeraumi, qui fréquente occasionnellement le lieu. La SQ refuse de confirmer si une enquête a été ouverte. «On n'a pas d'information à divulguer», indique le sergent Stéphane Tremblay.

Ce n'est pas la première fois que le Centre islamique de Rimouski est la proie de gestes haineux. Depuis son ouverture en 2010, des projectiles de plomb ont déjà été tirés dans les vitres.

M. Djeraumi dit ne pas se sentir menacé comme musulman à Rimouski. Mais, il n'en demeure pas moins que l'attentat du 29 janvier à la Grande Mosquée de Québec a réveillé une certaine crainte. «Depuis environ deux semaines, on a installé un nouveau système de verrouillage, après ce qui est arrivé à Québec, explique l'Algérien d'origine qui est établi à Rimouski depuis 2011. Ça prend des jetons pour entrer. Seuls les gens autorisés peuvent entrer. Lorsque la prière commence, les portes se verrouillent.»

Même si les actes de vandalisme qui viennent de se produire contre leur mosquée ne sont pas graves, il n'en demeure pas moins que Hamza Djeraumi souligne qu'il s'agit d'un geste hautement symbolique visant à exprimer une certaine hostilité contre un lieu de culte et l'Islam qui, comme la plupart des religions, prône avant tout l'amour. Il ose croire qu'il s'agit d'un geste isolé, en se souvenant «de la grande générosité des Québécois au lendemain de l'attentat de Québec». «On est reconnaissants face à toute la solidarité qui a été exprimée envers nous», tient-il à préciser. 

La communauté musulmane de Rimouski est composée de quelque 120 personnes, dont une quarantaine, selon lui, fréquentent la mosquée sur une base régulière.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer