Une lettre pour Alexandre Bissonnette

Lidka Lafleur a assisté mardi à la brève... (Collaboration spéciale Jean-François Néron)

Agrandir

Lidka Lafleur a assisté mardi à la brève présence à la cour de celui qui était le souffre-douleur de sa cohorte, celle des finissants 2007 à l'école secondaire des Compagnons-de-Cartier de Sainte-Foy.

Collaboration spéciale Jean-François Néron

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Adolescente renfermée, Lidka Lafleur a vu Alexandre Bissonnette se faire insulter chaque jour à l'école secondaire des Compagnons-de-Cartier. Elle regrette aujourd'hui de ne pas lui avoir tendu la main.

La jeune femme a assisté mardi à la brève présence à la cour de celui qui était le souffre-douleur de sa cohorte, celle des finissants 2007 à l'école secondaire des Compagnons-de-Cartier de Sainte-Foy.

Après l'audience, elle s'est approchée de l'avocat de Bissonnette, Me Jean Petit, et a voulu lui remettre une lettre pour son client. L'avocat lui a demandé d'envoyer la missive à son étude d'avocat.

Lidka Lafleur juge Alexandre Bissonnette parfaitement responsable de la tuerie à la Grande Mosquée, «car c'est un choix qu'il a fait».

Mais ce qu'elle a le goût de lui dire et qu'elle a déjà écrit sur sa page Facebook le 2 février, c'est qu'elle est consciente qu'il a été construit et surtout démoli par l'intimidation.

«Je considère qu'il y a d'autres responsables que lui là-dedans, estime Lidka Lafleur. Il y a des gens de notre école qui devraient se regarder fortement et se dire qu'ils ont participé à ce massacre-là.»

Pendant que son frère jumeau avait des tonnes d'amis, Alexandre Bissonnette affrontait, jour après jour, les injures et les railleries, se souvient Lidka. «Je ne sais pas pourquoi lui, ils se ressemblaient comme deux gouttes d'eau, se rappelle-t-elle. Il y avait un lien tellement beau entre les deux frères.»

La vie d'Alexandre Bissonnette aurait-elle pris une autre tournure si elle-même et d'autres étudiants étaient allés parler au jeune homme plutôt que de rester spectateurs de son désarroi? Lidka se pose la question. 

«Ça n'aurait peut-être rien changé, on ne le sait pas, dit-elle. Mais je sais que lorsqu'on a quelqu'un qui est avec nous, ça fait du bien.»

Lettre de Lidka Lafleur

J'aurais dû te parler, Alexandre.

J'aurais donc dû te le dire bien avant. Je t'ai souvent regardé de loin. J'imagine un petit peu la souffrance que tu vis. Je me réserve le mérite d'avoir quelques fois fait cesser les intimidateurs, mais je regrette de ne pas t'avoir ensuite adressé la parole. À ma décharge, je souffrais moi aussi et je me réservais le droit d'être mieux seule avec moi même. 

Je comprends aujourd'hui que si j'avais pris mon courage à deux mains et que j'étais venu te parler comme j'en avais envie. Peut-être que nos souffrances auraient été moindres. J'ai compris dans la vie que lorsque l'on est deux, tout est plus facile à endurer parce qu'on sait qu'il y a quelqu'un qui est là avec nous, qui nous comprend ou veut nous comprendre. 

Toi tu avais ton frère jumeau. Je me souviens à quel point vous étiez inséparable. J'aimais vraiment vous regarder, vous aviez quelque chose de magnifique que personne ne pourra jamais vous enlever. Ce lien indestructible, je crois que c'est ce que les gens t'enviaient. Au lieu d'observer pour mieux reproduire, les gens préfèrent détruire. C'est ce qu'ils ont fait avec toi. Malheureusement pour toi, ils ont réussi. 

J'ignore si mes paroles pourront se rendre jusqu'à toi. J'ignore si une âme bonne et intentionnée voudra aider mon message à se rendre à toi, mais je tiens à te dire à quel point, aujourd'hui, je regrette de ne pas avoir eu le courage de te dire bonjour. De te dire que moi aussi j'avais envie d'être ton amie.

Je pleure beaucoup, oui, pour les familles à qui tu t'en es pris, mais plus particulièrement pour toi. Car tes gestes démontrent clairement la souffrance qui t'habite. Il est inutile de se demander pourquoi quand on t'a connu. Tout le monde sait qu'ils sont en partie responsables de t'avoir détruit.

 




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer