Retour en cour mardi d'Alexandre Bissonnette

Alexandre Bissonnette (en blanc) est accusé de six... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Alexandre Bissonnette (en blanc) est accusé de six meurtres au premier degré et de cinq tentatives de meurtre commises avec une arme à autorisation restreinte.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'auteur présumé des six meurtres de fidèles à la Grande Mosquée de Québec Alexandre Bissonnette sera de retour à la cour mardi, lors d'une audience qui se déroulera encore sous haute sécurité.

Le public qui voudra assister à l'audience devra montrer patte blanche et franchir un détecteur de métal. Ces mesures de sécurité devraient se répéter à chaque étape de cette cause hors du commun.

Alexandre Bissonnette est accusé de six meurtres au premier degré et de cinq tentatives de meurtre commises avec une arme à autorisation restreinte.

Les procureurs de la Couronne Mes Thomas Jacques et Michel Fortin divulgueront à l'avocat de Bissonnette, Me Jean Petit, les éléments de preuve retenus jusqu'ici.

Il y aura certainement d'autres éléments à divulguer au cours des prochaines semaines puisque l'enquête est toujours en cours.

Enquête en cours

Parce que les policiers, GRC en tête, sont toujours au travail, aucune nouvelle accusation ne sera portée par la Couronne mardi.

Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y aura jamais d'autre accusation, par exemple en vertu des articles contre le terrorisme, au terme de l'enquête.

Ni qu'il y en aura.

Du côté de la défense, le criminaliste Me Jean Petit a fait savoir à la Couronne qu'il ne ferait pas de demande d'expertise sur la responsabilité criminelle de son client avant d'avoir pu consulter la preuve.

Expertise psychiatrique

Par la suite, il faudra voir si la défense fera le choix d'une expertise psychiatrique commandée par le tribunal et accessible aux deux parties ou si elle choisira d'aller au privé.

Moyennant plusieurs milliers de dollars, la défense peut engager elle-même un ou plusieurs psychiatres. Elle n'a aucune obligation de divulguer le résultat des expertises à la Couronne.

Pour l'instant, la défense n'a présenté aucune demande de remise en liberté provisoire à la Cour supérieure, juridiction chargée d'étudier les cas d'accusation de meurtre.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer