La SQ révisera les plaintes pour agressions sexuelles classées «non fondées»

Après la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et... (Archives La Presse)

Agrandir

Après la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et la Police provinciale de l'Ontario (PPO), c'est au tour de la Sûreté de Québec (SQ) de lancer un vaste processus de révision des plaintes pour agressions sexuelles qui ont été classées «non fondées» au cours des dernières années.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Après la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et la Police provinciale de l'Ontario (PPO), c'est au tour de la Sûreté de Québec (SQ) de lancer un vaste processus de révision des plaintes pour agressions sexuelles qui ont été classées «non fondées» au cours des dernières années.

Le corps policier québécois procédera à l'étude d'un échantillon des plaintes qui ont reçu la cote «non fondée» afin de vérifier si les dossiers ont été menés correctement par les enquêteurs.

L'objectif n'est pas de reprendre les enquêtes à zéro, mais bien de vérifier pourquoi aucune accusation n'a été déposée dans ces dossiers.

Cette décision s'inscrit dans la foulée d'une vaste enquête menée par le quotidien The Globe and Mail qui a mis au jour de graves lacunes dans la façon dont les policiers traitent les plaintes pour agressions sexuelles au Canada.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer