10 élèves de la commission scolaire des Découvreurs ont perdu un proche

Un homme pose des fleurs près du Centre... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Un homme pose des fleurs près du Centre culturel islamique de Québec, lundi.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Plus d'une dizaine d'écoles primaires et secondaires de Sainte-Foy ont eu à gérer «la panique» et un «sentiment d'insécurité» à la rentrée des élèves lundi matin. La commission scolaire des Découvreurs a demandé à son personnel d'apaiser les craintes et de faire de l'éducation aux valeurs profondes des Québécois: «l'accueil, l'ouverture, l'inclusion et le respect».

Au moins 10 élèves qui fréquentent la commission scolaire des Découvreurs sont en deuil d'un parent proche, soit un père ou un oncle, mort dans l'attentat de la mosquée de Sainte-Foy, dimanche soir. Deux élèves et une enseignante ont également été témoins directs de la tuerie. 

«Nous nous sentons frappés de plein fouet, la famille des Découvreurs», a souligné Alain Fortier, président de la commission scolaire des secteurs de Sainte-Foy et Cap-Rouge.

Dans certaines écoles situées très près de la mosquée, la récréation du matin n'a pas eu lieu, tellement le sentiment d'insécurité des élèves était profond. «Cette folie d'adulte n'a absolument rien à voir avec le quotidien des élèves. C'est l'incompréhension», a indiqué M. Fortier en conférence de presse, en fin d'avant-midi. 

La commission scolaire a contacté le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx pour lui assurer que tous les moyens étaient pris pour accompagner les enfants dans cette épreuve. «Il faut faire comprendre à nos enfants que ce sont des événements extrêmement tristes, mais isolés», a souligné M. Fortier. 

Tous les psychologues de la commission scolaire ont été avisés qu'ils pourraient être appelés en renfort. Les directions d'école ont indiqué aux enseignants que les événements pouvaient être discutés en classe, mais seulement à la demande des élèves qui auraient des questions. «Ce qui est important, c'est de ramener tout ce qui déroge des faits, de s'en tenir aux faits», a souligné le psychologue Jean-François Benoit. 

«C'est le temps de parler des vraies affaires avec les enfants, de voir que quand il y a des épreuves, c'est là qu'il faut s'appuyer sur nos valeurs pour continuer à vivre comme on souhaite vivre. Nos enseignants sont très mobilisés autour de ce message-là», a indiqué M. Fortier.

La commission scolaire a contacté le ministre de... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 4.0

Agrandir

La commission scolaire a contacté le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx pour lui assurer que tous les moyens étaient pris pour accompagner les enfants dans cette épreuve.

Le Soleil, Erick Labbé

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale a aussi dépêché des travailleurs sociaux dans les écoles les plus touchées. 

Environ 5 élèves n'ont pas voulu se présenter à l'école lundi matin, craignant des répercussions de la fusillade. La commission scolaire a référé les familles à l'hôpital Jeffrey Hale, où un centre de crise a été ouvert pour répondre aux besoins. 

La commission scolaire des Découvreurs accueille 12 000 élèves, en provenance de 99 pays différents. Un élève sur quatre n'est pas né au Québec ou a des parents qui ne sont pas nés au Québec. «Mais ce sont aussi et surtout des Québécois», a lancé M. Fortier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer