Morsure de chien à Val-Bélair: la SPA choquée par l'absence de plainte

Les autorités auraient mis trois heures à contrôler... (Collaboration spéciale Steve Jolicoeur)

Agrandir

Les autorités auraient mis trois heures à contrôler l'animal.

Collaboration spéciale Steve Jolicoeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le directeur général de la SPA de Québec rappelle aux citoyens qu'ils doivent signaler aux autorités tout comportement dangereux d'un animal pour éviter des attaques comme celle survenue samedi à Val-Bélair.

Le directeur général de la SPA de Québec, Denys Pelletier, était stupéfait en prenant connaissance de la nouvelle concernant un trentenaire qui s'est fait mordre au visage par son chien de type pitbull dans son logement des Habitations Sainte-Geneviève, un immeuble de l'OMHQ-SOMHAC situé au 5260, route Sainte-Geneviève. 

Outre la morsure, il se dit choqué du fait que personne n'avait porté plainte contre le maître et son chien malgré le climat de peur qui s'était installé dans l'immeuble. En effet, un voisin a rapporté au Soleil que le comportement de l'animal avait changé depuis quelques mois et que son propriétaire ne prenait pas la situation au sérieux. Un autre a relaté que le chien en question avait récemment sauté sur un petit garçon sans toutefois le blesser.

«Les règlements municipaux sont pourtant clairs, lance le dg. Si vous avez peur d'un animal domestique, vous faites une plainte à la police. S'il est jugé dangereux, on lui imposera des mesures de sécurité, pour protéger le public», poursuit-il.

Du même souffle, M. Pelletier réitère la position de son organisme dans le dossier des pitbulls. «Ce n'est pas une question de race, mais d'individu», soutient-il, regrettant la médiatisation systématique des attaques de pitbull, alors que les chiens de toute race peuvent mordre.

En 2015, une compilation de l'Association des médecins vétérinaires du Québec démontrait que les chiens de type pitbull arrivaient au 16e rang des cas de morsure avec 1,1 %, tout comme le golden retriever, le Danois et le chow-chow, notamment. Au premier rang se trouve le chihuahua, avec 19,2 %. 

Règlementation attendue

La SPA attend avec impatience le dépôt d'une règlementation provinciale sur les chiens dangereux promise par le gouvernement Couillard. M. Pelletier souhaite que les pitbulls ne soient pas bannis. Il croit que c'est la peur, amplifiée par la médiatisation des attaques et la méconnaissance, qui incite une partie de la population à appuyer leur bannissement.

«Tous les chiens peuvent mordre. Penser que tous les pitbulls sont méchants et que tous les golden retrievers sont gentils est une erreur. L'important, c'est que lorsque vous avez raisonnablement peur d'un chien, vous déposiez une plainte pour forcer les autorités à l'évaluer. N'attendez pas que quelqu'un se fasse mordre pour traiter le problème. Tous les citoyens ont le droit de se sentir en sécurité. Il n'y a aucune raison de tolérer un chien dangereux dans son entourage,» conclut-il.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer