Six ans de prison pour un cyberprédateur

Menaçant et agressif derrière sa webcam, Desjardins-Gauthier exigeait... (123RF/Diana Eller)

Agrandir

Menaçant et agressif derrière sa webcam, Desjardins-Gauthier exigeait des photos et ordonnait à certaines jeunes filles d'insérer des objets dans leurs parties génitales. Si elles refusaient, l'homme menaçait de diffuser des vidéos compromettantes.

123RF/Diana Eller

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le cyberprédateur de Québec Frédéric Desjardins-Gauthier est condamné à purger six ans de pénitencier pour avoir terrorisé une trentaine d'adolescentes sur Internet durant six ans.

Frédéric Desjardins-Gauthier... (Fournie par la Sûreté du Québec) - image 1.0

Agrandir

Frédéric Desjardins-Gauthier

Fournie par la Sûreté du Québec

L'homme de 31 ans, sans antécédent judiciaire, a plaidé coupable à de multiples accusations de leurre informatique et d'extorsion aux dépens de jeunes filles un peu partout dans le monde, recrutée via les réseaux sociaux. 

Menaçant et agressif derrière sa webcam, Desjardins-Gauthier exigeait des photos et ordonnait à certaines jeunes filles d'insérer des objets dans leurs parties génitales. Si elles refusaient, l'homme menaçait de diffuser des vidéos compromettantes.

Pour plusieurs victimes, les conséquences des crimes ont été dramatiques, a plaidé le procureur de la Couronne Me François Godin.

Le procureur a déposé les déclarations de parents de trois victimes, deux aux États-Unis et une en Colombie-Britannique.

Les jeunes filles ont souffert de dépression et fait des plans pour s'enlever la vie. 

L'une d'elles, patineuse artistique de talent, s'est écroulée et a dû réapprendre une à une les bases de son sport. 

Tristes et remplies de honte, les victimes sont nerveuses devant les étrangers et se sentent étouffées par leurs parents inquiets.

Un père raconte au tribunal le nombre de nuits qu'il a passées, seul dans sa cuisine sombre, à pleurer en se demandant pourquoi il n'avait pas su protéger sa fille du cyberprédateur.

Lettre d'excuses

Avant de recevoir sa peine, Frédéric Desjardins-Gauthier a fait lire une lettre d'excuses par son avocate Me Marie-Pierre Trottier. L'homme a dit penser tous les jours aux conséquences de ses crimes sur les victimes. Desjardins-Gauthier veut suivre des thérapies pour régler ses problèmes. Après sa peine, il dit qu'il aimerait élaborer des programmes d'aide pour cyberprédateurs, afin de prévenir d'autres crimes.

La juge Hélène Bouillon a estimé raisonnable la suggestion de peine de six ans faite par les parties. 

Le cas de Desjardins-Gautier présente plusieurs facteurs aggravants, a noté la juge. «Il a choisi ses victimes en fonction de leur âge parce qu'il pouvait facilement les manipuler, note la juge Bouillon. Il n'a pas hésité à menacer de détruire leur univers ou de s'en prendre à leur famille.»

Frédéric Desjardins-Gauthier sera inscrit à perpétuité au registre des délinquants sexuels. Après sa peine, il n'aura pas le droit d'accéder à Internet sauf aux fins de son travail, et ce, pour le reste de sa vie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer