Est-du-Québec: dommages majeurs pour plusieurs municipalités

Percé a été parmi les secteurs les plus... (FOURNIE PAR ARIANE AUBERT BONN)

Agrandir

Percé a été parmi les secteurs les plus durement touchés par les vagues déferlantes et les débordements côtiers.

FOURNIE PAR ARIANE AUBERT BONN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Rimouski) Au lendemain de la bombe météorologique qui s'est abattue sur l'Est-du-Québec vendredi, l'heure est au constat des dommages causés par la mer en furie. Percé et Chandler, en Gaspésie, ont été les secteurs les plus durement touchés, alors que certains chalets ont littéralement été emportés par les vagues déferlantes. Le niveau élevé de la mer a provoqué des débordements qui ont inondé des sous-sols de maisons, des bâtiments et des routes.

«Tous les débris ont été ramassés rapidement et 95 à 97% des routes ont été rouvertes, confirme le directeur régional du ministère de la Sécurité civile, Jacques Bélanger. Il y a seulement quelques entraves sur certains chemins qui ont été brisés. Les municipalités sont dans le constat des dommages. Pour le suivi, ça va aller un peu après la période des Fêtes.»

À Percé, les dégâts sont majeurs. Le Café de l'Atlantique, qui est attenant à la Maison du Pêcheur, a été détruit en bonne partie. Des poutres et des murs ont été arrachés. Il ne reste qu'une coquille vide, dont le toit est sur le point de s'effondrer. Au plus haut de la marée, le quai a complètement été submergé.

À Chandler, quelques résidences secondaires de la rue de la Plage, dans le secteur du Chenal, sont carrément parties à la dérive. Plusieurs autres chalets de ce secteur ont été endommagés par les vagues qui venaient s'échoir contre les façades. 

À Sainte-Flavie, près de Mont-Joli, des résidents ont été évacués. «On a fait des évacuations préventives parce qu'on n'avait plus accès à cette municipalité et on n'était plus capables de donner les services, soit les ambulances, les services d'incendie ou autres, explique M. Bélanger. Ça peut devenir dangereux pour la sécurité des gens. On avait peur aux déferlements parce qu'on ne sait jamais ce qui va sortir de la vague. Il peut sortir de la roche, des débris et des morceaux de bois parfois gros comme des arbres.» En fin de journée vendredi, toutes les personnes évacuées avaient réintégré leur domicile.

Un secteur de la route 132 en Haute-Gaspésie, autre que celui qui avait été détruit par la mer il y a une dizaine de jours, a été inondé par les débordements côtiers. Le ministère des Transports a dû encore une fois fermer la route entre Tourelle et Manche-d'Épée, surtout en raison des débris rejetés par les marées sur la chaussée. La route a été rouverte à 23h30 vendredi, mais la circulation se fait en alternance sur une seule voie entre Tourelle et Marsoui.

Les municipalités de Gaspé, Saint-Maxime-du-Mont-Louis, Mont-Saint-Pierre, Sainte-Félicité, Matane, Saint-Ulric et Rimouski ont aussi été affectées par la puissance des vagues et les grandes marées. «C'est surtout des routes municipales qui ont été fermées pendant la période des marées, indique M. Bélanger. La banquise n'était pas très large puisqu'elle commençait juste à se former, ce qui fait qu'avec le niveau marin qui était élevé et le brassage des bourrasques de vent, ces glaces-là se sont retrouvées sur les routes municipales.» 

D'ailleurs, dans le secteur du Rocher Blanc à Rimouski, le conducteur d'une automobile et ses passagers ont été surpris par une vague qui s'est déposée subrepticement devant leur véhicule. Le moteur a alors étouffé. Jusqu'à ce qu'ils obtiennent des secours, ces gens sont demeurés prisonniers de l'habitacle de leur voiture immobilisée dans l'eau.

Inondations à Sept-Îles: la majorité des résidents ont réintégré leur domicile

Personne n'a été blessé, mais une douzaine de... (Photo tirée de Facebook) - image 3.0

Agrandir

Personne n'a été blessé, mais une douzaine de citoyens ne peuvent toujours pas retourner chez eux, a estimé M. Bureau, puisque des résidences, des chalets et des maisons mobiles ont été emportés par la mer.

Photo tirée de Facebook

La tempête qui s'est abattue sur la Côte-Nord vendredi a forcé l'évacuation d'une vingtaine de résidences. Samedi, la grande majorité des résidents ont pu réintégrer leur domicile, a signalé le directeur général à la Ville de Sept-Îles, Claude Bureau.

Sur l'ensemble du territoire de la Côte-Nord, aucun événement majeur n'a été signalé dans la nuit de vendredi à samedi, a indiqué le directeur régional de la Sécurité civile et du Service incendie du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord, Pierre Dassylva. 

«D'heure en heure, on reçoit des signalements de citoyens ou de municipalités des secteurs qui ont été touchés par le déferlement de vagues», a-t-il expliqué, soulignant que toutes les équipes d'urgence étaient à pied d'oeuvre samedi. 

Personne n'a été blessé, mais une douzaine de citoyens ne peuvent toujours pas retourner chez eux, a estimé M. Bureau, puisque des résidences, des chalets et des maisons mobiles ont été emportés par la mer. Malgré tout, «les gens sont en sécurité», a-t-il rappelé. 

«On est en train d'examiner les infrastructures municipales endommagées», a aussi souligné le directeur général de la Ville. Le ministère des Transports du Québec (MTQ) travaille samedi à protéger une portion de la route 138 dans le secteur de Sheldrake, alors qu'une autre grande marée est prévue aujourd'hui. Malgré les travaux, la circulation est permise dans le secteur.

Les citoyens peuvent communiquer avec la Ville de Sept-Îles via une ligne d'urgence au 418 964-3201 pour signaler des dommages. Jean-Frédéric Moreau

Les sinistrés de la tempête, admissibles à l'aide financière de Québec

Le ministère de la Sécurité publique a décidé de rendre les sinistrés de la tempête dans l'est du Québec admissibiles à son programme d'aide financière.

Le ministère a fait l'annonce de son arrêté par communiqué, samedi, précisant qu'il concerne 18 municipalités de la Côte-Nord, du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

La veille, le déferlement de puissantes vagues avait mené à des évacuations et ravagé des résidences de même que des infrastructures routières.

Cette aide financière aux sinistrés en est une de «dernier recours», indique le communiqué. Elle s'applique donc aux dommages occasionnés par les grandes marées que les assurances ne couvriront pas. Les municipalités pourront également la réclamer pour les dépenses réalisées dans le cadre de leur intervention, tant sur le plan de la prévention que des réparations.

Voici la liste de municipalités concernées:

  • Cap-Chat
  • Chandler
  • Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent
  • Gaspé
  • Havre-Saint-Pierre
  • Marsoui
  • Matane
  • Mont-Saint-Pierre
  • Natashquan
  • Percé
  • Port-Cartier
  • Rimouski
  • Rivière-au-Tonnerre
  • Saint-Maxime-du-Mont-Louis
  • Saint-Ulric
  • Sainte-Anne-des-Monts
  • Sainte-Luce
  • Sept-Îles

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer