Un professeur de Québec accusé de leurre informatique

Marc-Olivier Cloutier... (Tirée de Facebook)

Agrandir

Marc-Olivier Cloutier

Tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Un enseignant de mathématiques suppléant de la commission scolaire de la Capitale et de la commission scolaire des Premières-Seigneuries, Marc-Olivier Cloutier, 26 ans, a été accusé de leurre informatique après une perquisition menée à son domicile de Sainte-Foy jeudi. Cette perquisition a également permis aux policiers de mettre la main sur de la pornographie juvénile.

L'air hagard, Cloutier a comparu vendredi matin devant le juge Jean-Louis Lemay. Le procureur de la Couronne, Me François Godin, s'est opposé à sa libération, et la cause a été remise au 15 décembre, journée où aura lieu son enquête sur remise en liberté. Me Godin a de plus ajouté que d'autres accusations seraient alors déposées contre l'enseignant.

L'escouade sur l'exploitation sexuelle des mineurs de la police de Québec avait effectué jeudi matin une perquisition à la résidence de Cloutier pour y découvrir plusieurs fichiers vidéo et plusieurs photos contenant de la pornographie juvénile. Plusieurs conversations à teneur sexuelle avec de jeunes garçons ont également été découvertes dans l'ordinateur de l'enseignant, selon David Poitras, agent de communication du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ). Celui-ci a ajouté que Cloutier aurait fait plusieurs victimes, toujours des adolescents.

Pour l'instant toutefois, il ne fait face qu'à une accusation concernant un adolescent de 13 ans, avec lequel il lui est désormais interdit de communiquer en vertu d'une ordonnance rendue par le juge Lemay.

Me Godin a expliqué aux médias que les policiers s'affairaient présentement à faire l'expertise de l'ordinateur de Cloutier en vue de porter de nouvelles accusations lors de son retour devant le juge.

Retiré des listes

Par ailleurs, tant la commission scolaire de la Capitale que celle des Premières-Seigneuries ont confirmé au Soleil qu'elles avaient retiré Marc-Olivier Cloutier de leurs listes de rappel. «Nous l'avons fait dès que nous avons été informés des accusations par le SPVQ. On va parler de lui au passé maintenant...» a déclaré Éric Parent, secrétaire général de la commission scolaire de la Capitale, ajoutant que l'enseignant n'avait aucun antécédent judiciaire lors de son embauche à l'année scolaire 2014-2015.

«Il n'avait pas une tâche complète, c'était un enseignant suppléant seulement au secondaire et à la formation générale des adultes. Il n'a jamais été en contact avec des enfants du primaire», poursuit M. Parent.

Marc-Olivier Cloutier était également enseignant suppléant à la commission scolaire des Premières-Seigneuries. «Ses suppléances étaient surtout concentrées à la polyvalente de Charlesbourg, mais on ne le reverra plus dans nos établissements puisqu'il a été retiré des listes de suppléance», explique Martine Chouinard, secrétaire générale.

Les deux commissions scolaires ont indiqué qu'elles prendraient les mesures appropriées pour aviser les parents des élèves des accusations portées contre Cloutier et pour mettre à la disposition des jeunes le personnel qualifié si certains souhaitaient livrer des confidences dans la foulée des récents événements.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer