Une petite dose de poison à la place de son médicament

Une femme de 37 ans résidant à Métis-sur-Mer est accusée d'avoir remplacé les... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une femme de 37 ans résidant à Métis-sur-Mer est accusée d'avoir remplacé les médicaments d'un membre de son entourage par du poison, et ce, pendant plusieurs semaines.

Nadia Gagnon a comparu mercredi au palais de justice de Mont-Joli pour faire face à une accusation d'avoir administré une substance délétère à un individu.

La suspecte, qui gérait la médication de la victime, «aurait administré volontairement une substance toxique à un homme de 42 ans, et ce, dans le but de lui nuire», peut-on lire dans un communiqué de presse publié par la Sûreté du Québec (SQ). Le stratagème se serait échelonné sur plusieurs semaines à partir du mois d'octobre, provoquant «des problèmes de santé» chez la victime, selon le communiqué.

Des examens médicaux réalisés afin de déterminer la source de ces problèmes auraient permis de détecter la présence d'une substance toxique dans l'organisme de l'homme, mentionne le porte-parole de la SQ Claude Doiron. La victime aurait par la suite dénoncé la situation aux enquêteurs de la SQ.

Nadia Gagnon a été remise en liberté mercredi. Elle n'a aucun antécédent judiciaire à son actif, et pourrait être condamnée à un maximum de deux ans de prison si elle est reconnue coupable.

L'homme a quitté Métis-sur-Mer depuis les événements. Rien ne laisse croire qu'il gardera des séquelles de la consommation de poison.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer