CAA-Québec ne recommande aucun alcootest en vente libre

Un conducteur «peut être accusé de conduite avec... (Photothèque Le Soleil, Steve Jolicoeur)

Agrandir

Un conducteur «peut être accusé de conduite avec les facultés affaiblies même si son taux d'alcoolémie ne dépasse pas la limite légale de 0,08», rappelle Marco Harrison, directeur de la Fondation CAA-Québec.

Photothèque Le Soleil, Steve Jolicoeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Vous pensiez vous fier sur un alcootest acheté sur Internet pour déterminer si vous pouvez prendre le volant après vos soirées arrosées du temps des Fêtes? Mauvaise idée, met en garde CAA-Québec, qui a testé en laboratoire la fiabilité de 10 alcootests en vente libre.

«Aucun des 10 modèles testés n'est recommandable. En effet, plusieurs donnent des résultats imprécis ou incorrects. Et même ceux qui performent bien ne vous seraient d'aucune utilité en cour, si un policier considère que vous n'êtes pas en état de conduire.»

C'est le constat que tire la Fondation CAA-Québec des tests que l'organisation a commandés en partenariat avec le magazine Protégez-vous. Devant une équipe de toxicologues du Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale du ministère de la Sécurité publique du Québec, six cobayes ont consommé de l'alcool jusqu'à ce que l'appareil de test utilisé par la Sûreté du Québec (SQ) indique un taux d'alcoolémie de 0,12, puis 0,08 et 0,05. 

Des 10 modèles d'alcootest en vente libre essayés sur les mêmes participants, seulement quatre ont montré des taux d'alcoolémie similaires à l'appareil de la SQ. Du nombre, le Mobile Breathalyzer BT-M5, un appareil vendu 142 $ par l'entreprise BACtrak, obtient la meilleure note. 

À l'inverse, le Digital Breath Alcohol Tester, offert à 20 $ sur les sites d'achats en ligne Groupon et Tuango, est jugé «carrément dangereux» par la Fondation CAA-Québec. Dans le tiers des tests effectués, l'appareil a sous-estimé de 30 % le taux d'alcoolémie des participants. Les résultats n'étaient pas ailleurs pas constants d'une utilisation à l'autre. 

Vendu à 4 $ par la Société des alcools du Québec (SAQ), l'éthylotest à usage unique d'Alcootech Canada est pour sa part jugé simplement «inutile». 

«Nos experts et nos participants ont eu de la difficulté à distinguer le changement de couleur des cristaux qui devaient permettre d'interpréter les résultats», justifie le responsable de la section automobile de Protégez-vous, Julien Amado, par voie de communiqué. 

Rien pour inquiéter la porte-parole de la SAQ, Linda Bouchard, mise au courant des résultats. Elle croit que sans être le plus performant, l'outil «agit comme un indicateur qui pourra sensibiliser la clientèle à une consommation responsable». 

Même si 4 des 10 alcootests ont obtenu des taux d'alcoolémie similaires à ceux de l'appareil de la SQ, la Fondation CAA-Québec conseille tout de même de les éviter. Pour bien fonctionner, les appareils doivent être calibrés avant la première utilisation, mais également chaque année. Une opération coûteuse, selon la Fondation.

Dans tous les cas, le taux d'alcoolémie affiché par un alcootest en vente libre n'est pas admissible en cour, en cas d'arrestation. 

Un conducteur «peut être accusé de conduite avec les facultés affaiblies même si son alcoolémie ne dépasse pas la limite légale de 0,08», rappelle également Marco Harrison, directeur de la Fondation CAA-Québec. «La prise de médicaments ou de drogue, la fatigue et le stress sont des facteurs qui peuvent amplifier les effets de l'alcool.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer