La drogue achetée en ligne a la cote

Une femme sur deux présentement en cure de désintoxication chez Portage a déjà... (Illustration 123rf/Juan Pablo Gonzalez)

Agrandir

Illustration 123rf/Juan Pablo Gonzalez

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une femme sur deux présentement en cure de désintoxication chez Portage a déjà acheté de la drogue en ligne. Parce que c'est moins cher, et que la transaction est anonyme ou perçue comme beaucoup plus sécuritaire que dans un bar ou une ruelle.

«C'est un ami qui m'a donné l'adresse exacte du site Internet. Ça a été très facile», témoigne Jade, 18 ans, présentement résidente du centre Portage de Prévost, dans les Laurentides. La drogue, un dérivé de la marijuana, venait de Californie. Elle était vendue en grosse quantité (à la livre) et arrivait par la poste ou par un service de livraison de colis, directement à la maison. «C'était vraiment une question de prix pour moi. Ça revenait à la moitié du prix sur le marché québécois. On la partageait en gang et ça nous durait longtemps», témoigne la jeune femme. 

Jade a commandé trois fois en ligne, d'un site qui fait partie du Web profond (dark Web), que l'on dit aussi caché ou privé. Deux fois sur trois, le stratagème a fonctionné. «Il y a une fois où on n'a jamais rien reçu. Ça doit avoir été saisi», lance-t-elle. 

Jade, qui tente en ce moment de se sortir de sa dépendance, croit que la majorité du trafic de drogue se fait encore dans la rue au Québec. Sauf qu'au cours de la dernière année, elle a remarqué que les commandes par Internet commençaient à prendre de l'ampleur. 

Un phénomène qu'a voulu documenter Portage, un organisme offrant des programmes de réadaptation. Un sondage effectué auprès de ses résidents adolescents et adultes lui a permis de constater que 30 % d'entre eux avaient déjà utilisé Internet pour se procurer des drogues. Chez les femmes, ce nombre augmente à 52 %. «C'est énorme. On ne s'attendait pas à ça. On a été vraiment surpris par les résultats», commente Seychelle Harding, directrice des communications chez Portage.

Parmi les témoignages reçus, Mme Harding constate que les femmes apprécient plus particulièrement ce type de transaction parce qu'elles disent moins craindre pour leur sécurité qu'en se rendant dans un bar ou directement chez un revendeur. Les acheteurs peuvent aussi rester anonymes, en payant par exemple avec des cartes prépayées. 

Mme Harding raconte que tous les types de drogues, des plus douces aux plus dures, peuvent se retrouver sur le Web; parfois sur des sites cachés, mais aussi à l'occasion sur des sites connus comme Kijiji, Instagram ou Tinder, selon les commentaires recueillis chez les résidents de Portage. 

Dans son plus récent rapport mondial, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime a constaté que la proportion d'utilisateurs de drogues qui s'est approvisionnée en ligne est passée de 1,2 % en 2000 à 25,3 % en 2014. C'est cette étude et son sondage interne qui poussent maintenant Portage à lever un drapeau jaune. «Même si ça suit la tendance générale du commerce en ligne, ce sont des transactions qui sont méconnues de la population. Il faut sensibiliser les autorités à cette situation qui est vraiment alarmante», croit Mme Harding. 

Selon elle, un approvisionnement facilité sur le Web augmente les risques de dépendance aux drogues dans la population. 

Surveillance des parents 

Pour les jeunes utilisateurs, une bonne surveillance de la part des parents est de mise : autant des sites visités sur le Web que des colis reçus à la maison, car la drogue vendue sur Internet est souvent dissimulée à travers d'autres produits courants de consommation. 

Mme Harding souhaite également que les autorités politiques, policières et douanières soient aux aguets de telles transactions, afin de trouver de nouveaux moyens de faire de la surveillance. Portage gère plusieurs centres de traitement de la toxicomanie, à Montréal, à Provost, à Québec et à Saint-Malachie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer