Agressions à l'Université Laval: Thierno Oury-Barry libéré sous caution

Thierno-Oury Barry... (Tirée de Facebook)

Agrandir

Thierno-Oury Barry

Tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le jeune Thierno Oury-Barry, 19 ans, accusé d'une série d'introductions par effraction et de quatre agressions sexuelles dans les résidences de l'Université Laval pourra reprendre sa liberté durant les procédures.

La juge Chantale Pelletier de la Cour du Québec a rendu cette décision vendredi matin après avoir entendu la preuve de la poursuite, frappée d'une ordonnance de non-publication, et les arguments des parties.

En citant des décisions de la Cour suprême, la juge Pelletier a rappelé que la règle cardinale en droit est la remise en liberté et la détention provisoire, l'exception. Et ce, même pour des crimes graves, comme l'introduction par effraction dans le but de commettre une agression sexuelle, passible de l'emprisonnement à perpétuité.

Citant une décision phare de la Cour suprême (La Reine c. St. Cloud), la juge Pelletier a considéré que, contrairement à ce que plaidait la Couronne, la détention de l'accusé n'était pas nécessaire pour préserver la confiance du public en l'administration de la justice. 

De même, la juge a estimé qu'il n'y avait pas lieu de détenir l'accusé en raison du risque qu'il commette une nouvelle infraction, un autre motif pour lequel la Couronne réclamait la détention provisoire.

Le père de l'accusé, un ingénieur à la retraite qui vit en France, a été accepté comme caution. Lorsque le père devra partir après six mois pour se conformer aux lois de l'immigration canadienne, son ex-femme, comptable, prendra sa place. Les deux parents sont prêts à alterner ainsi dans leur rôle de caution jusqu'à la fin des procédures.

Les deux parents déposeront ensemble la somme de 10 000 $ pour garantir la bonne conduite de leur fils.

Ce dernier s'engagera pour une somme de 5000 $. Il déposera au greffe ses passeports délivrés par la France et la Guinée, son pays d'origine.

Conditions

Thierno Oury-Barry, sans antécédent judiciaire, est assigné à son appartement de Sainte-Foy 24 heures sur 24. S'il doit sortir, il devra toujours être accompagné de l'un de ses parents.

Le jeune homme devra se rapporter au poste de police une fois par semaine.

Les crimes allégués ont été commis au petit matin du 15 octobre sur plusieurs étages de la résidence Alphonse-Marie-Parent.

Son dossier reviendra à la cour le 7 décembre.

Étudiant en économie, Oury-Barry a été exclu de l'Université Laval après son arrestation le 22 octobre. Un deuxième étudiant a été arrêté durant la même nuit et a été libéré avec une promesse de comparaître.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer