Acquitté d'un vol de 430 000 $

C'est à la suite d'un vol à la... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

C'est à la suite d'un vol à la caisse populaire de l'avenue Larue, dans Beauport, en janvier 2008, que Jocelyn Allaire s'est retrouvé devant les tribunaux.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Même s'il est «probable» qu'il ait été sur les lieux du crime, Jocelyn Allaire a été acquitté de l'audacieux vol du contenu d'un camion Garda commis en 2008 devant une caisse populaire de Beauport.

Entouré des membres de sa famille, Allaire, 48 ans, a quitté le palais de justice de Québec rapidement, en se cachant le visage avec des enveloppes brunes.

Jocelyn Allaire et Jonathan Gauthier ont été accusés en décembre 2012 d'avoir dérobé 430 000 $ à deux agents de Garda qui venaient renflouer le guichet automatique de la caisse populaire de l'avenue Larue, dans Beauport. Le vol a été commis en janvier 2008 par deux hommes déguisés, armés de poivre de Cayenne.

Gauthier, 32 ans, a plaidé coupable en décembre 2015 au vol qualifié et a écopé d'une peine de trois ans de pénitencier. Grâce à un travail minutieux, les enquêteurs de la police de Québec avaient réussi à épingler Gauthier grâce à des traces d'ADN retrouvées sur les lieux du crime. La tâche n'a pas été facile, car l'individu était jusque-là inconnu des policiers.

Pas la norme de preuve requise

Après avoir entendu le procès en mai dernier, la juge Chantale Pelletier en vient à la conclusion que Jocelyn Allaire doit, lui, être acquitté, même si l'ensemble de la preuve démontre des coïncidences troublantes. «Il est probable que ce soit l'accusé qui était avec Jonathan Gauthier lors du vol qualifié, écrit la juge Pelletier. Cependant, cela n'est pas la norme de preuve requise en droit criminel. La défense de l'accusé et la preuve de la poursuite, examinées dans leur ensemble, sont de nature à susciter un doute raisonnable.»

La poursuite plaidait que Allaire avait un mobile de commettre le crime, soit une situation financière précaire. Quelques jours après le crime, Jocelyn Allaire achète un voyage au Mexique de 4000 $ en payant comptant. Alors que son compte bancaire est à découvert en janvier, l'accusé se met à payer différents comptes à partir du 1er février 2008. 

Jocelyn Allaire a présenté une défense d'alibi, alléguant qu'il était en train de couper et de livrer du bois de chauffage au moment du délit.

La juge Pelletier n'a pas cru le témoignage de l'accusé, qui a fourni des explications «invraisemblables», notamment lors de son interrogatoire avec les policiers. Ce n'est toutefois pas une raison pour le déclarer coupable, rappelle la juge.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer